Publicité

Lafarge: 60 emplois dans le quartier

Économie, Vie de quartier
La fosse de la carrière Lafarge fait environ un kilomètre de long. (photo: Lafarge Canada)
La fosse de la carrière Lafarge fait environ un kilomètre de long. (photo: Lafarge Canada)

Lafarge Canada existe depuis 1970, année de sa fusion avec Canada Cement. L’entreprise compte aujourd’hui deux divisions, ouest et est du Canada. Elle emploie autour de 300 personnes au Québec et environ une soixantaine à sa carrière de Montréal-Est, dont des géologues, ingénieurs, spécialistes de l’environnement, camionneurs et opérateurs de machinerie.

Au Québec, Lafarge dispose de 27 sites et installations, donc quelques carrières et d’une imposante cimenterie, à Saint-Constant.

La carrière de Montréal-Est couvre approximativement 15 millions de pieds carrés et produit une moyenne annuelle de 1,5 million de tonnes de granulats. Les réserves sont évaluées à plus de 50 millions de tonnes. La fosse a une longueur approximative d’un kilomètre. Elle est constituée de trois séries de bancs (ou niveaux), dont le un, le plus élevé, est le plus haut (60 pieds). L’extraction reliée à ce banc est pratiquement terminée.

Même si la carrière a encore un potentiel d’opération pour une centaine d’années, il n’est pas question de transformer en dépotoir les secteurs où l’exploitation est abandonnée (à moins que les autorités politiques en décident autrement). Ils sont plutôt remblayés avec de la terre de la meilleure qualité, dont le contenu de chaque camion doit être analysé et vérifié par le ministère québécois de l’Environnement. Ce type d’opération est encadré par une loi provinciale qui prévoit un plan de restauration des habitats pour toutes les carrières québécoises de ce type, une fois l’exploitation terminée. Les frais de restauration sont assumés par l’exploitant de la carrière.

Depuis quelques années, Lafarge aménage un tertre d’une hauteur de deux à trois étages à la limite ouest de sa propriété, entre la rue Sherbrooke et la limite nord de la carrière, à Anjou. Ce tertre longe le territoire du Faubourg Contrecoeur sur pratiquement toute sa longueur et, surtout, le futur parc Carlos D’Alcantara. Lafarge se donne quelques années pour le compléter.

L’entreprise a commencé à y planter des arbres et des arbustes indigènes sur ses flancs, à son sommet et même sur le terrain situé entre le tertre et le sommet de la falaise donnant sur la fosse. Elle a engagé un architecte paysager pour superviser les opérations de reboisement.

Une production de granulats

Le site de Montréal-Est ne produit plus de ciment depuis 40 ans, car le type de roche issu de la carrière s’y prête mal. Mais, au sud de la rue Sherbrooke, l’entreprise y entrepose des composants ou divers produits de ciment en grande quantité dans ses silos.

Au nord de la rue Sherbrooke (les deux sites sont reliés par un passage sous un viaduc de la rue Sherbrooke), Lafarge opère la seule carrière située sur l’île de Montréal, depuis la transformation de la carrière Miron en dépotoir, en 1968, et de la fermeture de la carrière Francon, en 1984. Ces deux carrières étaient situées dans le quartier de Saint-Michel.

D’avril à décembre, Lafarge produit essentiellement des granulats, six jours par semaine, principalement vendus dans la grande région de Montréal. L’hiver, la production est suspendue (mais pas la vente), ce qui permet l’entretien des installations. Les opérations redémarrent habituellement fin avril, pour se terminer en décembre.

Les granulats sont principalement utilisés dans la construction de routes, de stationnements ou d’assises de fondations d’édifices. Il faut de 100 à 300 tonnes de granulats pour construire une maison, 2000 à 4000 tonnes pour une école ou un hôpital de taille moyenne, 16 000 tonnes pour 1 km de voies ferrées et 30 000 tonnes pour un km d’autoroute, selon une présentation de Lafarge Canada de mai 2013 destinée à l’arrondissement de Anjou.

Fait cocasse, la carrière abrite une famille d’Outardes qui a adopté un des bassins de décantation et qui y revient chaque année. Beaucoup d’espèces habitent ou séjournent dans la fosse : oies, hérons, canards, renards et petits rongeurs.

Autres textes:

Lafarge Canada: un géant mondial

Lafarge Canada: héritière de deux dynasties

Carrière Lafarge: dynamitage sans danger

 

Carrière Lafarge

La carrière de Lafarge Canada à Montréal-Est emploie une soixantaine de personnes. (photo: Raymond LePage, Lafarge Canada)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carrière Lafarge, canard

Beaucoup d’espèces habitent ou séjournent dans la fosse de la carrière Lafarge : oies, hérons, canards, renards et petits rongeurs. (photo: Raymond LePage, Lafarge Canada)

Vos commentaires
loading...