Publicité

Fini l’arrosage du gazon n’importe quand !

Environnement, Vie de quartier
gazon
arrosage-1

(Image: Ville de Montréal)

 

 

 

 

 

 

 

On ne peut plus arroser son gazon quand et comme on veut, depuis le 20 juin dernier.

C’est que la Ville de Montréal a adopté deux nouveaux règlements concernant l’arrosage des pelouses et l’utilisation de l’eau potable, en vigueur dans les 19 arrondissements. Le Faubourg Contrecoeur n’échappe pas à la règle.

Les nouveaux règlements sont conçus pour prévenir le gaspillage d’eau et diminuer les coûts. La Ville de Montréal dépense 260M$ par année pour produire 2,9 millions de mètres cubes d’eau potable par jour (l’équivalent de 800 piscines olympiques).

arrosage-2

(Image: Ville de Montréal)

 

 

 

 

 

 

 

Permis, par permis

Ainsi, si vous êtes du genre à laver votre entrée en asphalte avec votre boyau d’arrosage, vous risquez d’attraper une contravention car c’est désormais interdit (sauf entre le 1er avril et le 15 mai).

Pour votre pelouse, l’arrosage est permis à certaines heures, un jour sur deux :

• vous y allez avec un arrosoir à la main : c’est permis en tout temps;

• votre adresse est paire : vous arrosez à une date paire avec un asperseur amovible ou avec un système automatique (s’il ne pleut pas);

• votre adresse est impaire : vous arrosez à une date impaire (s’il ne pleut pas);

• c’est un jour de pluie ou la canicule : vous utilisez un arrosoir à main ou un boyau poreux, entre 20h et 23h;

• vous avez un système automatique : vous arrosez la nuit, entre 3h et 6h (le matin) et votre système doit être muni d’une sonde d’humidité;

• vous avez un bassin dans votre aménagement paysager : il doit désormais avoir un système de recirculation d’eau;

• s’il utilise l’eau, votre appareil de climatisation ou de réfrigération devra aussi être muni d’une boucle de recirculation (d’ici 2018).

Vous ne respectez pas le règlement? Vous êtes passible d’une amende de 200$ à la première infraction.

arrosage-3

(Image: Ville de Montréal)

 

 

 

 

 

 

 

Comment protéger sa pelouse?

À part l’arrosage, il y a d’autres façons de se garantir une pelouse en santé. Le magazine Protégez-Vous propose ses trucs :

• tondez haut (entre 6 à 8 cm) pour éviter le jaunissement rapide;

• herbicyclez : laissez l’herbe coupée au sol;

• arrosez en profondeur, aux aurores ou le soir, pour lutter contre l’évaporation;

• passez votre tondeuse sur les feuilles mortes en automne et ne les ramassez pas;

• oubliez la tondeuse pendant les canicules;

• aérez le sol (surtout dans le Faubourg Contrecoeur, où les sols sont très compacts).

Le Jardin Botanique produit un excellent Guide d’entretien écologique de la pelouse, notamment en décrivant la tonte idéale, l’arrosage, l’ensemencement des espaces dénudés, la chaume, les insectes et propose même un calendrier pratico-pratique.

La papesse québécoise de l’horticulture urbaine écologique, Édith Smeesters, propose aussi son propre guide, fort utile notamment pour l’aération, le ratissage printanier, l’acidité et les engrais. Le guide PDF de trois pages comprend une bibliographie. Mme Smeesters a aussi conçu un calendrier annuel d’entretien.

Le ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs produit son propre guide d’entretien des pelouses résidentielles. On y parle de méthodes de tonte et de contrôle des organismes indésirables.

Comment économiser l’eau?

Voici quelques conseils pour économiser l’eau :

• arrosez moins souvent mais plus longtemps, donc en profondeur;

• plantez des végétaux qui aiment les sols secs dans les milieux secs;

• recouvrez votre piscine d’une membrane pour diminuer l’évaporation (et le coût de chauffage de l’eau);

• utilisez le plus possible votre lave-vaisselle au lieu de la laver à la main.

On peut aussi estimer votre consommation avec ce calculateur du Programme d’économie d’eau potable (PEEP) du Réseau Environnement.

À quoi sert notre eau?

Selon la Coalition Eau Secours!, chaque Montréalais consomme 225 litres d’eau potable par jour, soit 20% de la consommation d’eau totale. À quoi sert cette eau :

• arrosage : 30%

• toilette : 30%

• lavage : 20%

• bains et douches : 19%

• alimentation : 1%.

Ça coûte cher

La Ville de Montréal dépense annuellement 260M$ pour produire son eau potable, ce qui inclue la dette (76,8M$ par an) et les subventions fédérale et provinciale.

La Ville investit également 420M$ par année pour moderniser ou agrandir ses systèmes de purification, de traitement et de distribution, dont les fuites représentent 47% de l’eau produite.

Le coût de revient est de 1,13$ le mètre cube d’eau (la Ville en produit 2,9 millions par jour). Un mètre cube d’eau représente 1000 bouteilles d’eau d’un litre (qui se vendent souvent 3$ chacune au supermarché).

Les Québécois sont parmi les plus grands utilisateurs (et gaspilleurs) d’eau potable au monde. Selon une étude de 2003 de l’Université de la Colombie Britannique, les Canadiens sont 2e au monde pour la consommation d’eau.

Quelques hyperliens utiles

Calculer sa consommation

Règlementation de l’eau, Ville de Montréal

Le texte des règlements (téléchargeable, format PDF)

Économiser l’eau

Le site web de la Ville de Montréal portant sur l’eau

Les utilisations résidentielles de l’eau potable

L’article sur l’arrosage des Habitations Laurendeau

Les trucs de Protégez-Vous

Quelques chiffres impressionnants sur le réseau d’aqueduc de la Ville de Montréal

Guide d’entretien écologique de la pelouse

Le guide de la pelouse écolo d’Édith Smeesters

Calendrier annuel d’entretien de la pelouse

Guide d’entretien des pelouses résidentielles du ministère de l’Environnement

L’arrosage de la pelouse

 

À lire également : La pelouse, c’est le rêve américain!

Vos commentaires

Commentaires

  1. Stéphane Desjardins dit :

    D’autant plus que cette passion est partagée par des millions d’amants du gazon! Ha ha!

  2. Stéphane Desjardins dit :

    Merci

loading...