Publicité

Le blogue de Louis d’Or: Trop neuf pour être vrai

Éditoriaux
louisdor

Louis_d-OrHabiter dans le Faubourg Contrecoeur peut-il vous rendre invisible? Ne riez pas, ça m’est arrivé.

Deux jours après l’installation d’un système d’alarme, la centrale me rejoint sur mon cellulaire : « Il y a une alerte de secteur. Êtes-vous à la maison? »

C’est non. Comme je suis assez loin ce jour-là, on s’entend pour appeler immédiatement la police.

Une ou deux minutes plus tard, je reçois un autre appel sur mon cellulaire : « Allô, ici le répartiteur du 911. Les policiers cherchent votre domicile. »

Quoi?

Je regarde mon cellulaire, éberlué. Le gars du 911 me dit que mon code postal ne s’affiche pas dans sa base de données. Bref, que mon bout de rue n’existe pas dans son ordinateur. Et quand tu n’existe pas dans l’ordinateur du 911, tu n’existe pas tout court!

Je donne les directions pour les policiers. J’explique que c’est dans le Faubourg Contrecoeur. « C’est où, le Faubourg Contrecoeur? »

Je suis encore sous le choc. Manifestement, les gens du 911 ne s’intéressent pas à la Commission Charbonneau. Ou bien ils ne parlent jamais avec les enquêteurs de l’UPAC.

J’explique encore où est situé mon domicile. Trente secondes plus tard, les flics sont sur le pas de la porte. Fausse alerte. Probablement le chat qui a titillé le détecteur de mouvements.

Je suis quand même secoué. J’appelle le poste de quartier le plus près et j’explique ce qui vient de se produire au commandant en devoir. Le monsieur me répond poliment que c’est la première fois qu’une telle histoire lui est racontée.

Je lui demande, en cas d’incendie ou de crise cardiaque, s’il va falloir donner les directions au service d’urgence? Difficile à faire si t’as perdu connaissance. Il se fait rassurant : « Avec le numéro civique, on va vous trouver, pis vite! »

Quelques semaines plus tard, je décide de commander une pizza. En pitonnant sur le web (vous trouverez bientôt toutes les bonnes pizzerias sur ce site, sinon, dites-leur qu’ils manquent le deal du siècle!), je trouve deux ou trois établissements.

Je m’essaie avec une première chaîne et je tombe sur une centrale de réservations. Le monsieur me demande mon code postal. « Vous n’êtes pas dans mon système. C’est où le Faubourg Contrecoeur? »

Un autre qui ne regarde pas les nouvelles. Je lui explique. Il me demande le boulevard transversal le plus proche. Il me croit à Montréal-Nord! « Désolé, on ne livre pas dans votre région. » Pourtant, il y a bel et bien un établissement de la chaîne à moins de cinq kilomètres de chez nous. Je raccroche, frustré.

Je m’essaie à une autre enseigne. Même ballet au téléphone : pas de code postal, sait pas où c’est situé, donnez-moi un boulevard pas trop loin… J’ai beau lui dire qu’ils ont une succursale à quelques centaines de mètres de chez moi, sur la rue Sherbrooke, rien n’y fait. Elle bouche le combiné de sa main pour parler à son boss, en disant qu’elle a un client malcommode sur la ligne. Le boss finit par trouver sur Google Maps. Mais Google Street View montre un champ. Le gars pense qu’il s’agit d’un canular. Je suis sur le point de m’énerver quand il finit par prendre ma commande.

Je vous compte les deux pires situations, mais j’en aurais pu en ajouter deux ou trois autres… Comme le gars de Fedex qui est venu me livrer un DVD et qui pensait que j’étais… à Montréal-Nord!

Habiter le Faubourg Contrecoeur, c’est donc faire partie des 200 000 nouvelles adresses ajoutées chaque année dans la base de données de Postes Canada, selon leur site web. La société d’État ajoute qu’elle dessert 32 millions de personnes et que plus d’un million changent d’adresse chaque année. Ce qu’elle ne dit pas, c’est que si vous avez le malheur d’avoir un code postal tout neuf, vous êtes dans un purgatoire informatique plus ou moins long, le temps que les nouvelles listes de codes postaux arrivent dans les ordis des centres d’appels.

Soyez patients. Et ne vous inquiétez pas : votre domicile existe parce que le service des taxes municipales, lui, n’a aucun problème à le trouver!

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires

Commentaires

  1. Stéphane Desjardins dit :

    Surveillez nous! Abonnez-vous à notre bulletin. D’autres sujets similaires sont prévus. Merci de nous lire!

loading...