Publicité

Maka Kotto, un parcours d’exception

Éditoriaux
Les héros de jeunesse de Maka Kotto: Martin Luther King et Nelson Mandela. (photo: Wiki Commons)
Les héros de jeunesse de Maka Kotto: Martin Luther King et Nelson Mandela. (photo: Wiki Commons)

Maka_Kotto ministre_Maka_Kotto_Facebook    ministre_Maka_Kotto_Twitter    ministre_Maka_Kotto_courriel
Pour son premier blogue, le député de Bourget dévoile ses origines et son parcours de vie.

Avec l’arrivée de nouvelles et nombreuses familles dans le Faubourg Contrecoeur, je profite de l’opportunité qui m’est offerte pour me présenter et réitérer, comme à l’ensemble de la population, l’assurance de ma collaboration à titre de représentant de la circonscription de Bourget à l’Assemblée nationale du Québec.

Je suis né à Douala, au Cameroun, en Afrique de l’Ouest, à 12 000 kilomètres du Québec, il y a bientôt 52 ans.

J’ai été élevé au sein d’une famille aux revenus très modestes, où on valorisait hautement l’éducation. Mes parents ont fait d’énormes sacrifices pour nous permettre, mes trois sœurs et moi, d’aller à l’école et de faire des études supérieures. J’ai étudié dans un pensionnat de jésuites français. Inspiré notamment par le cheminement de personnages comme Martin Luther King et Nelson Mandela, je me suis inscrit sur la longue liste de citoyens et d’humanistes engagés.

Cela dit, c’est à travers les arts, le théâtre surtout, que j’ai été sensibilisé aux enjeux politiques et sociaux. Ce qui m’a amené, à 18 ans, à me rendre en France pour étudier l’économie, le droit et les sciences politiques, sous les conseils pressants de mon père pour qui le métier d’artiste, du moins au Cameroun, était synonyme de chômeur potentiel. J’ai ensuite étudié en arts dramatiques et en cinéma et mené une carrière artistique comme acteur, auteur et metteur en scène.

C’est ma rencontre avec l’écrivain Dany Laferrière, en 1989, qui a joué le rôle de déclencheur dans ma décision de venir m’installer au Québec.  Des collègues de travail, au théâtre et au cinéma, m’ont véritablement fait connaître le Québec et les profondes aspirations de son peuple.

En 2003, Bernard Landry m’invite à briguer les suffrages pour le Parti québécois dans la circonscription de Viau. Je suis battu certes, mais heureux d’avoir forcé la tenue d’une véritable campagne électorale.

L’année suivante, en 2004,  je suis élu député du Bloc québécois au Parlement fédéral pour représenter et défendre les intérêts des citoyennes et citoyens de la circonscription de Saint-Lambert. Et réélu en 2006.

Depuis le 12 mai 2008, je suis le député de Bourget. Le 19 septembre 2012, la première ministre Pauline Marois m’a confié le poste de ministre de la Culture et des Communications. Elle me confie, en somme, un rôle au cœur de la défense de notre identité, soit celui de promouvoir et de protéger notre culture, ainsi que celui de faire rayonner nos créateurs, ici et à l’étranger.

Fondamentalement, l’acte qui m’attend en politique est de contribuer à l’épanouissement de la maison qui m’a accueilli. Une maison que j’aime passionnément : le Québec.

Je suis un démocrate qui participe à l’architecture d’un Québec maître de son destin, tolérant et participatif; un Québec qui considère chaque citoyen, quelle que soit son origine, sa religion, son sexe ou son orientation sexuelle, comme un acteur responsable de ce destin.

J’ai mes racines en Afrique, j’ai donné mes premières fleurs en France et porté mes fruits au Québec. Je n’ai jamais eu à réfléchir à la manière dont je devais m’intégrer. Mon pays est là où je me sens le bienvenu. C’est pour cette raison que je suis heureux et fier, depuis 23 ans déjà, d’être un membre de la famille élargie du Québec.

Filmographie de Maka Kotto

Maka Kotto sur l’Internet Movie Database

cameroun-carte

Le Cameroun (carte: Google Maps)

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires

Commentaires

  1. Stéphane Desjardins dit :

    Merci à vous!

loading...