Publicité

Débat électoral : des engagements concrets

Élus, Vie de quartier
Daniel Poulin, Réal Ménard et Pierre Lessard-Blais, à la sortie du débat électoral organisé par Solidarité Mercier-Est. (photo: Stéphane Desjardins)
Daniel Poulin, Réal Ménard et Pierre Lessard-Blais, à la sortie du débat électoral organisé par Solidarité Mercier-Est. (photo: Stéphane Desjardins)

Le débat électoral d’hier soir a permis aux candidats à la mairie de Mercier Hochelaga-Maisonneuve de faire plusieurs promesses.

Une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées au débat électoral organisé par Solidarité Mercier-Est à la Maison de la culture de Mercier, mercredi soir (30 octobre). L’événement, cordial et très civilisé, fut ponctué par quelques rares réparties plutôt comiques et plusieurs railleries. Notamment autour de l’oreille qu’aurait Daniel Poulin de son chef Denis Coderre, ainsi qu’au sujet d’une visite de l’émission « La petite séduction », qui ne s’est jamais arrêtée chez nous à cause d’un malentendu pas réellement expliqué.

Les thématiques ont toutes portées sur les priorités issues du forum Agir pour mon quartier, qui a eu lieu samedi dernier (26 octobre).

Le débat était scindé en deux parties. La première fut consacrée aux candidats des deux districts de l’arrondissement situés dans Mercier-Est : Tétreaultville (où se trouve le Faubourg Contrecoeur) et Maisonneuve Longue-Pointe (v. autre texte). La deuxième fut consacrée aux candidats à la mairie de l’arrondissement Mercier Hochelaga-Maisonneuve.

Trois d’entre eux étaient sur scène :

Réal Ménard, Coalition Montréal (Marcel Côté) – Maire sortant;

Pierre Lessard-Blais, Projet Montréal (Richard Bergeron);

Daniel Poulin, Équipe Denis Coderre pour Montréal.

Les organisateurs ont précisé que les questions ne venaient que du public, d’abord reçues sur Facebook et ensuite de la salle. Le temps de réponse était minuté.

Faits d’armes

D’entrée de jeu, les trois candidats avaient à se présenter au public. Réal Ménard a évidemment vanté ses réalisations, dont des investissements de 30M$ durant son premier mandat, notamment dans les parcs et les piscines. C’est le candidat de la continuité. Pierre Lessard-Blais, lui, a révélé qu’il était un jeune entrepreneur et un commerçant établi dans l’arrondissement, ayant fondé la microbrasserie l’Espace Public, rue Ontario. Daniel Poulin s’est présenté comme un novice en politique, un « pur », qui entend redorer le blason de l’arrondissement, dont la réputation hors de ses frontières n’est pas à la hauteur de ses qualités, selon lui.

Ce dernier a beaucoup insisté sur le fait que, s’il était élu, il serait à l’écoute des citoyens. Et que, sur le plan du développement social, les groupes communautaires représentaient une richesse inouïe.

Pierre Lessard-Blais a plutôt insisté sur les changements de zonage pour stimuler le développement de logements abordables. « Avec Projet Montréal, ce ne serait pas légal de construire à partir de la limite du trottoir, dit-il. Et nous privilégions la construction de grands logements, des 5 ½ et des 6 ½, pour attirer les familles. »

Il entend rabaisser la norme actuelle de 100 à 20 le nombre d’unités qu’un promoteur peut ériger dans l’arrondissement avant d’être obligé à offrir du logement social ou abordable. Il s’engage aussi à relancer la zone commerciale du Faubourg Contrecoeur dans les meilleurs délais et à revitaliser le secteur Des Ormeaux/Hochelaga.

« Je ne veux pas m’adonner à des discours philosophiques, mon approche est plutôt réaliste et concrète, a rétorqué Réal Ménard. Pour la zone commerciale du Faubourg, on s’attend à un développement cette année. La vente du terrain devrait aboutir et le projet ira en consultations. Ce projet va lever à la fin de 2014 ou au début de 2015. »

Le maire sortant veut aussi réaliser des percées visuelles sur le fleuve au parc de la Promenade Bellerive. Il insiste sur l’importance de son équipe d’inspecteurs pour améliorer la qualité des logements locatifs. Il a promis cinq ruelles vertes dans Mercier-Est et, surtout, le remodelage complet de l’intersection Honoré-Beaugrand/Sherbrooke. « Nous avons agi dans ce dossier car la direction des transports de la Ville travaille présentement là-dessus, dit-il. On aura un rapport dès l’an prochain. » Il a aussi fait la promesse formelle d’interdire le camionnage sur la rue Sherbrooke.

Environnement

Nicole Loubert, une citoyenne qui lutte depuis longtemps pour les questions de sécurité et d’environnement, a donné l’exemple de la garderie de Montréal-Est, qui s’est installée rue Georges-V, juste en face des réservoirs des raffineries. Avec tous les risques de catastrophes industrielles que cela peut supposer quand on a celle de Lac-Mégantic en tête.

« Je n’aurais pas voulu voter sur un dossier comme celui-là s’il avait été présenté chez nous, a dit M. Ménard. Mais nous n’avons aucun pouvoir de décision dans ce genre de question. »

debat électoral

À la question mystère « Si vous êtes coincé dans un ascenseur pendant trois heures, avec qui aimeriez-vous l’être? Le Doc Mailloux, trois femmes des Femen, Stephen Harper ou Anne-Marie Losique? » Daniel Poulin a choisi cette dernière, alors que Pierre-Lessard Blais et Réal Ménard auraient voulu discuter de valeurs sociales avec le Premier ministre du pays. M. Ménard a affirmé que, pour le Premier ministre, ce serait une expérience personnelle intense et probablement la première fois qu’il passerait trois heures dans un espace restreint avec un gai! (photo: Stéphane Desjardins)

 

M. Blais s’est désolé que l’arrondissement se fasse imposer ce choix par Montréal-Est : « J’aimerais, à l’avenir, qu’on instaure un dialogue avec nos voisins sur des sujets comme les risques industriels. »

« Le camionnage, la voie ferrée de la rue Souligny, ce sont tous des risques industriels avec lesquels il faut composer. Mais il faudra écouter les citoyens et défendre leur point de vue à la ville-centre », a commenté M. Poulin.

Serge Godin, propriétaire du marché IGA de la rue Hochelaga, dans une intervention remarquée, a mentionné que l’argent, c’était le nerf de la guerre. Comment les candidats allaient-ils revitaliser les artères commerciales de Mercier-Est?

M. Ménard lui a répondu que la revitalisation commerciale passait entre autre par l’effet d’entraînement des futurs commerces et résidents du développement de la cour de voirie Honoré-Beaugrand, qui comptera plus de 300 unités de logement. M. Poulin entend attirer des commerces et des restaurants de qualité sur Hochelaga. « Il faut que les Montréalais des autres quartiers découvrent nos richesses, comme ce fut le cas sur le Plateau Mont-Royal », a-t-il dit.

« Il y a trois ans, le projet d’implanter une association de commerçants sur le modèle d’une Sidac est tombé car les commerçants n’en voulaient pas, a commenté M. Blais. Ce fut un vrai drame. Je vais relancer ce projet. »Il entend aussi miser sur des commerces haut de gamme mais, surtout, installer une institution phare sur la rue Hochelaga. Il a clairement nommé StationVu, le futur cinéma de quartier.

Transport

Une question venant du public concernait le transport en commun. Pierre Lessard-Blais a repris la pièce maîtresse de son parti : le tramway. « J’aimerais bien voir les citoyens du quartier descendre au centre-ville sur un tramway circulant sur la rue Notre-Dame, d’autant plus que le métro est saturé aux heures de pointe », a-t-il dit.

Réal Ménard a reconnu que le tramway est un beau projet, mais mise plutôt sur les voies d’autobus réservées. « Elles ne coûtent presque rien et sont très efficaces », a-t-il répliqué.

M. Ménard appuie aussi le prolongement du métro à Anjou, aux limites de l’arrondissement.

Logement

Une autre question du public visait le logement social. M. Blais est d’accord pour créer des réserves foncières afin de contrer la spéculation sur les terrains qui seront cédés à de futures coops, mais selon la capacité de payer des contribuables. Et il endosse complètement la proposition d’instaurer un registre national des beaux, une vieille revendication des associations de locataires.

M. Ménard a par contre jugé irréaliste la proposition de Projet Montréal d’abaisser de 100 à 20 le nombre d’unités qu’un promoteur peut ériger dans l’arrondissement avant d’être obligé à offrir du logement social ou abordable. Il préfère convaincre les promoteurs projet par projet.

Mot de la fin

Pierre Lessard-Blais a insisté sur la transparence d’une administration sous l’égide de Projet Montréal. Daniel Poulin a mentionné qu’il avait l’oreille de Daniel Coderre, qui a de très bonne chances d’être le futur maire de Montréal. Réal Ménard a affirmé que pour être maire, il fallait aimer les gens et être capable de les faire travailler ensemble. Il fallait donc adopter une attitude pragmatique, comme en témoigne ses réalisations dans l’arrondissement.

L’animatrice, Émilie Auclair, directrice adjointe de Solidarité Mercier-Est, a mis fin au débat sur une note humoristique, par une question mystère destinée aux candidats : Si vous êtes coincé dans un ascenseur pendant trois heures, avec qui aimeriez-vous l’être? Le Doc Mailloux, trois femmes des Femen, Stephen Harper ou Anne-Marie Losique? Daniel Poulin a choisi cette dernière, alors que Pierre-Lessard Blais et Réal Ménard auraient voulu discuter de valeurs sociales avec le Premier ministre du pays.

« Je crois que pour M. Harper, a lancé M. Ménard, ce serait une expérience personnelle intense et probablement la première fois qu’il passerait trois heures dans un espace restreint avec un gai! »

 

Vos commentaires
loading...