Publicité

Décollage officiel de la nouvelle maison de l’Agora Anjou

Vie de quartier
L'Agora d'Anjou

La nouvelle maison de l’Agora d’Anjou, un projet de 450 000$, ouvrait officiellement ses portes le 3 septembre. (photo: Stéphane Desjardins)

Il y avait foule à la Maison de l’Agora d’Anjou, rue Baldwin, qui abrite la Maison des jeunes Chemin Faisant. C’était l’inauguration officielle devant tout le gratin politique et communautaire local.

Le jeudi 3 septembre, les dirigeants de l’Agora inauguraient grandes pompes leur nouvel édifice flambant neuf, un projet de 450 000$, situé rue Baldwin, juste au nord de la Place Chaumont.

Une quarantaine de personnes assistaient aux discours des dirigeants de l’Agora, notamment celui de François-André Brosseau, le président du conseil d’administration, qui agissait comme maître de cérémonie.

Le nouvel immeuble, qui appartient à l’Agora d’Anjou, abrite non seulement la Maison des jeunes Chemin Faisant mais aussi les bureaux d’OSA (Opération surveillance d’Anjou, qui gère le programme Tandem de la municipalité) ainsi que des espaces de rangement au sous-sol. Il dispose également d’une salle de conférence à l’étage, pourvue d’un système de projection numérique.

« Nous pouvons l’offrir en location aux PME de la région, pour éviter qu’elles réservent une salle d’un hôtel du centre-ville, avec tous les désagréments que cela comporte de se déplacer là-bas, explique M. Brosseau. La salle peut accueillir entre 30 et 40 personnes assises. »

Les locaux de la Maison des jeunes d’Anjou, notamment fréquentée par de nombreux ados du Faubourg Contrecoeur, sont situés au rez-de-chaussée et au sous-sol. Ils sont pourvus d’une vaste cuisine très fonctionnelle, car l’organisme offre des ateliers de cuisine deux soirs par semaine, qui sont très populaires.

L'Agora d'Anjou

Les dirigeants de l’Agora d’Anjou ont rendu hommage à leurs bienfaiteurs et bénévoles. (photo: Stéphane Desjardins)

Les dirigeants de l’organisme ont chaudement remercié les commanditaires et bénévoles qui ont financé et travaillé d’arrache-pied à la finition intérieure de l’édifice, érigé sur le même site que l’ancienne Maison des jeunes, un immeuble tellement vétuste qu’il ne répondait plus aux normes de sécurité incendie.

« Le travail incroyable des bénévoles nous a permis d’économiser entre 50 000$ et 60 000$ en frais de main-d’oeuvre, insiste M. Brosseau. Ils ont notamment tiré les joints, posé le plancher flottant, la céramique, terminé l’électricité et posé les fixtures. Certains bénévoles ont travaillé pratiquement à plein temps pendant plusieurs semaines! »

L’Agora a obtenu une subvention de 60 000$ du Centre local de développement (CLD) d’Anjou ainsi qu’un prêt de 300 000$ de la Caisse populaire d’Anjou à un taux minime. L’organisme a aussi bénéficié d’un coup de pouce de la Ville de Montréal qu’il évalue entre 150 000$ et 200 000$. La Ville prête le terrain par l’entremise d’un bail emphytéotique de 25 ans, elle a rasé l’ancien immeuble à ses frais, nivelé le terrain et installé les infrastructures (aqueduc et égout). Elle a aussi assumé les frais des professionnels, comme les architectes et les ingénieurs. La députée d’Anjou, Lise Thériault, a aussi contribué financièrement.

Lors de l’inauguration, l’Agora a d’ailleurs dévoilé une série de plaques pour rendre hommage aux bénévoles ainsi qu’aux principaux bailleurs de fonds et donateurs.

Le Rocha est aussi un partenaire de l’immeuble et s’est fortement impliqué dans la reconstruction, malgré que ses bureaux soient situés ailleurs.

François-André Brosseau

François-André Brosseau, président du CA de l’Agora, agissait aussi comme maître de cérémonie. (photo: Stéphane Desjardins)

Fait cocasse : le directeur général du Rocha, René Obregon-Ida, est en congé sans solde puisqu’il se présente comme candidat à la mairie de l’arrondissement Anjou sous la bannière de Projet Montréal. Il a eu droit aux applaudissements de son opposant, le maire actuel de l’arrondissement, Luis Miranda, un ex-membre de Vision Montréal, le parti de l’ex-maire de Montréal Gérard Tremblay. M. Miranda se présente sous sa propre bannière, Équipe Anjou, qu’il a déjà dirigée de 2003 à 2008. Il est maire d’Anjou depuis 16 ans.

Jeudi prochain (10 octobre), ce sera au tour de la Maison des jeunes Chemin Faisant de tenir ses propres activités pour inaugurer le nouvel immeuble. L’organisme en profitera pour célébrer ses 30 ans d’existence.

Vos commentaires
loading...