Publicité

Promenade Bellerive : l’indispensable Société d’animation

Le spectacle annuel de la Fête nationale est l'événement principal organisé par la Société d'animation de la Promenade Bellerive. (photo: Société d'animation de la Promenade Bellerive)
Le spectacle annuel de la Fête nationale est l’événement principal organisé par la Société d’animation de la Promenade Bellerive. (photo: Société d’animation de la Promenade Bellerive)

Peu de grands parcs de Montréal peuvent se targuer d’avoir un groupe de citoyens dédiés à sa protection et à son développement. La Promenade Bellerive a sa très dynamique Société d’animation.

Issue d’une lutte citoyenne pour la protection de la Promenade Bellerive, créée à partir d’un comité de citoyen déterminé à protéger et à développer cet espace vert exceptionnel, la Société d’animation de la Promenade Bellerive vient tout juste de célébrer ses 20 ans, le 22 septembre dernier.

« Nous avons reçu une belle lettre de félicitations par le maire actuel par intérim, Laurent Blanchard, ajoute René Di Cenzo, un des fondateurs et piliers de la Société d’animation. Fait à noter, M. Blanchard fut le président de notre conseil d’administration pendant neuf ans alors que notre société venait tout juste d’être créée. »

Les dirigeants actuels de la société sont aussi très fiers du prix Artisan décerné par la Société Saint-Jean Baptiste pour l’organisation de la Fête nationale, qui se tient chaque année à la scène principale de la Promenade, angle Mercier et Bellerive. « Nous avons remporté ce prix pour la région de Montréal et nous en sommes très heureux, car cet événement est dispendieux et complexe à organiser, reprend M. Di Cenzo. C’est l’événement principal organisé par notre organisme. »

Outre la Fête nationale, la Société d’animation s’est associée à plusieurs organismes du quartier pour tenir divers événements dans le parc. Dont la Maison de la culture de Mercier, StationVu, qui organise des projections de cinéma, ainsi que le Festival âge et Culture, qui produit de nombreux spectacles.

La Société d’animation compte plus d’une trentaine de membres et dispose d’un chiffre d’affaires annuel d’environ 180 000$, explique sa directrice générale, Carole Castonguay.

Promenade Bellerive

La Promenade Bellerive faisait pitié à ses débuts. (photo: Société d’animation de la Promenade Bellerive)

Celle-ci dénonce une incongruité : « Nous sommes obligés de verser environ 10 000$ par année de TVQ simplement à cause de notre statut de fournisseur de la Ville de Montréal, dit-elle. C’est complètement absurde. »

La Société d’animation ne compte qu’un seule employé permanent à temps plein, sa directrice générale. Mais elle compte plusieurs employés à temps partiel ou contractuels, en fonction des divers projets saisonniers. La crèmerie emploie notamment cinq personnes, des étudiants ou des retraités. « Nous sommes ouvertes sept jours par semaine, ajoute Mme Castonguay, soit 3000 heures par année. »

N’importe qui peut devenir membre, à un prix symbolique de 5$.

La Société d’animation de la Promenade Bellerive boucle son budget annuel grâce à une enveloppe provenant de la Ville. L’organisme entretient le chalet et organise les activités tenues dans le parc. L’entretien du parc comme tel relève toutefois de l’arrondissement. La navette fluviale, autrefois sous la responsabilité de l’organisme, est désormais gérée par la Ville de Montréal. Le service est offert les fins de semaines d’été.

Lisez les autres textes :

L’incroyable succès de la Promenade Bellerive

La navette fluviale, premier d’une série de succès

Promenade Bellerive

Au bout de la rue Meese, en 1950. Le chemin de fer a aujourd’hui disparu et le viaduc est enseveli sous la Promenade Bellerive actuelle. (photo: Société d’animation de la Promenade Bellerive)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Promenade Bellerive

Le chemin de fer qui longeait le fleuve est situé juste au sud de la rue Bellerive. Tétreaultville a remplacé les fermes environnantes de l’époque. (photo: Société d’animation de la Promenade Bellerive)

 

Vos commentaires
loading...