Publicité

Zone commerciale : une pétition circule

Économie, Élus, Vie de quartier
Le nouveau comité de citoyens du Faubourg Contrecoeur met de la pression sur les candidats à l'élection montréalaise, en exigeant que le chantier de la zone commerciale soit lancé dès que possible. (photo: Stéphane Desjardins)
Le nouveau comité de citoyens du Faubourg Contrecoeur met de la pression sur les candidats à l’élection montréalaise, en exigeant que le chantier de la zone commerciale soit lancé dès que possible. (photo: Stéphane Desjardins)

Le nouveau comité de citoyens du Faubourg Contrecoeur fait circuler une pétition pour exiger le développement, dans les meilleurs délais, de la zone commerciale du Faubourg.

La pétition sera disponible sur le site internet de Solidarité Mercier-Est dès demain (30 octobre) ou jeudi. Le comité exige des décideurs politiques qu’ils mettent tout en oeuvre pour que ce dossier débloque le plus rapidement possible. Ils profitent de la campagne électorale pour mettre cet enjeu de l’avant.

Gaëtan Primeau, le conseiller sortant de Tétreaultville, répète depuis plusieurs semaines qu’un déblocage ne pourra se faire avant plusieurs mois, à l’automne 2014 si tout va bien. L’arrondissement attend toujours des projets issus des promoteurs. Mais ceux-ci, Catania en tête, rétorquent que le zonage concernant le stationnement rebute aux commerçants, qui doutent de la viabilité des futurs commerces avec les normes actuelles du Faubourg (v. notre texte du 25 octobre).

Le comité de citoyens estime que les élus peuvent accélérer les choses. Faut-il absolument aller en consultation pour changer le zonage, alors que celui-ci permet déjà des commerces, ce qui repousse le lancement des travaux de plusieurs mois? 

Le comité de citoyen estime que les élus peuvent accélérer les choses. Faut-il absolument aller en consultation pour changer le zonage, alors que celui-ci permet déjà des commerces, ce qui repousse le lancement des travaux de plusieurs mois? « Oui, il faut aller en consultation pour modifier le zonage, c’est inscrit dans la Loi sur l’Aménagement et l’Urbanisme (art. 123), précise André-Anne Cadieux, chargée d’actions volet revitalisation, environnement et aménagement chez Solidarité Mercier-Est. De plus, le zonage n’encadre pas seulement les usages, mais aussi le nombre de cases de stationnement requis, les hauteurs, l’affichage, etc. Ce n’est donc pas pour l’usage (commercial) que la consultation doit avoir lieu, mais bien au sujet du nombre de stationnements permis. C’est tout de même positif qu’il soit obligatoire pour le gouvernement d’informer et de consulter les citoyens pour des questions d’urbanisme et de modification au zonage, même si cela allonge le processus. » On peut trouver davantage de renseignements à sujet dans le Guide d’aide à la prise de décision en urbanisme

Les membres du comité affirment que ce retard de plusieurs années dans le développement de la zone commerciale affecte leur qualité de vie ainsi que la valeur de leurs propriétés. Ils doivent ainsi se déplacer sur plusieurs kilomètres, hors de Mercier-Ouest, pour trouver une grande surface pour faire leurs emplettes. Plusieurs résidents qui se déplacent à pied (il y en a) vivent dans un véritable désert alimentaire, la nouvelle appellation des territoires où l’on ne peut acheter des aliments sains sans se déplacer en voiture. De tels déplacement engendrent une pollution inutile alors que le règlement de zonage sur le stationnement vise à diminuer les îlots de chaleur. Pourtant, la Place Versailles et les Galeries d’Anjou sont entourées d’immenses stationnements, situés plus près du centre-ville que le Faubourg.

Les membres du comité affirment que le développement de cette zone permettra enfin de créer de nombreux emplois dans le quartier et desservira tous les citoyens de Mercier-Est.

Ils exigent donc que les travaux commencent aussi tôt qu’au printemps 2014 et que tous les candidats à l’élection municipale s’engagent à respecter leurs exigences.

Le comité n’exclut pas organiser quelques coups d’éclat au cours des prochains mois.

Vos commentaires

Commentaires

  1. yancivicsir92@hotmail.com' Yan St-Hilaire dit :

    Selon le zonage existant à propos des places de stationnement, ça donnerait environ le même nombre de place que dans le stationnement du Tradition, est-ce que vous pensez qu’un IGA Extra pourrait être viable à long terme avec si peu de places? vraiment pas!.

    Donc on risque d’avoir des petits commerce qui sert pas à grand chose.
    Je vais donc continuer à faire mon épicerie chez IGA à Pointe-aux-Trembles à la place!.

    1. Stéphane Desjardins dit :

      Certaines personnes vont au Métro boul. Joseph-renaud, à Anjou, à deux pas du Faubourg. D’autres au Loblaw, angle Sherbrooke et autoroute 25, ou au Super C de la Place Versailles. Plusieurs vont au IGA sur Hochelaga, angle Liebert, qui est tout de même ouvert 24h par jour!

      Disons que la situation n’est pas idéale…

  2. maboun@gmail.com' Mathieu Boudreault dit :

    Au lieu de vouloir concurrencer les grandes surfaces déjà existantes, pourquoi ne pas construire une série de petits commences d’alimentation à l’image du marché Jean-Talon ou des halles d’Anjou: Poissonnerie, boucherie, boulangerie, friterie, café bistro, restaurant, fromagerie, SAQ etc.. Lorsque j’habitais près du marché Jean-Talon, je n’avais pas besoin d’aller au IGA Extra.

    1. Stéphane Desjardins dit :

      En effet, il semble y avoir une opinion voulant que les citoyens ne désirent que des grandes surfaces. Mais est-ce bien vrai?
      On va lancer ce débat…
      Merci de votre mot

  3. yancivicsir92@hotmail.com' Yan St-Hilaire dit :

    Pourquoi vouloir concurrencer les grandes surfaces déjà existantes? La réponse est bien simple, parce qu’ils ont les reins assez solide pour faire face à la concurrence!.

    Est-ce qu’il faut construire un autre boulangerie quand on a Marie Pain au coin de Pierre-Bernard et Sherbrooke?

    Ou construire un autre fromagerie quand il y a la fromagerie Hamel à côté du Jean-Coutu?

    la réponse est non, vu qu’ils n’ont pas les reins assez solide dans les petites surface!

    La meilleure exemple que je peux vous donner,c’est à l’emplacement du Pharmaprix, avant il y avait un Rona, imaginez-vous comment un Rona pouvait être viable avec un si petit terrain et un si petit stationnement, ça prit quelque années et il on fermé leur porte!. Est-ce que c’est ça qu’on veut pour la zone commerciale, que des petits commerces ouvrent leurs porte, et qu’ils ferment quelque années plus tard? Vraiment pas!.

    C’est pour cette raison que j’aime mieux avoir moins de commerce, mais en plus grande surface (avec des grosses bannières), que d’avoir des petits commerce pour concurrencer les autres petit commerce existant!.

loading...