Publicité

Dossier garderies : il faut changer le zonage

Économie, Élus, Vie de quartier
Réal Ménard, le maire de l'arrondissement, affirme que la situation dans le Faubourg est assez complexe, car il faudra changer le zonage pour y implanter un service de garde. (photo : Stéphane Desjardins)
Réal Ménard, le maire de l’arrondissement, affirme que la situation dans le Faubourg est assez complexe, car il faudra changer le zonage pour y implanter un service de garde. (photo : Stéphane Desjardins)

Le zonage du Faubourg Contrecoeur ne permet pas la construction d’un CPE ou l’installation d’une garderie privée, subventionnée ou non.

Il s’agit d’une absurdité, considérant que le Faubourg est conçu pour attirer les familles.

Pourtant, le développement du quartier prévoyait un CPE. Ce que confirme le maire de l’arrondissement Mercier Hochelaga-Maisonneuve. « Nous privilégions cette formule. J’ai même écrit une lettre d’appui au ministère de la Famille à l’occasion du dernier appel d’offres du gouvernement, pour la création de nouvelles places. Une garderie du quartier a même présenté un projet. Mais il n’a pas été retenu par le ministère de la Famille », ajoute Réal Ménard.

Trois CPE ont fait une demande pour de nouvelles installations dans Mercier-Est, une seule a été acceptée, loin au sud de la rue Sherbrooke, lors du dernier appel d’offres gouvernemental. Ce qui se traduira par deux nouvelles installations de 80 places.

Pas si simple

Réal Ménard affirme que la situation dans le Faubourg est assez complexe, car il faudra changer le zonage même si un projet de CPE n’est pas dans les cartons à Québec. « Il faudrait que les citoyens se mobilisent, dit-il. Pour avancer les choses, ça prendrait peut-être un projet financé en premier lieu par le privé, même si nous privilégions un CPE. Mais à l’arrondissement, on va accueillir tous les projets, peu importe leur nature, s’ils font du sens. »

Le nouveau conseiller de Tétreaultville, Richard Celzi, reconnaît que l’absence de services de garde est un dossier délicat et urgent : « À première vue, je ne vois pas pourquoi on ne peut pas changer le zonage pour accommoder les gens. Mais laissez-moi étudier le dossier car je viens d’être élu… »

En octobre, André Fortin, PDG de Catania, qui possède les derniers terrains disponibles dans le Faubourg Contrecoeur où serait construit un éventuel CPE, déplore le fait qu’on doive changer le zonage. « Nous avons exprimé plusieurs fois aux autorités qu’il fallait un CPE dans le Faubourg », a-t-il dit. Catania a produit l’an dernier une lettre d’engagement à bâtir un éventuel CPE si le projet avait été retenu par Québec.

Voir autres textes :

Vers une crise dans le Faubourg

Deux ans d’attente

Sur-place dans le Faubourg

Vos commentaires
loading...