Publicité

Dossier garderies: Le projet de CPE dans le Faubourg fait du sur-place

Économie, Élus, Vie de quartier
Une garderie privée rue de Grosbois, à un jet de pierre du Faubourg. (photo : Stéphane Desjardins)
Une garderie privée rue de Grosbois, à un jet de pierre du Faubourg. (photo : Stéphane Desjardins)

Un CPE ou une garderie dans le Faubourg Contrecoeur? Soyez patients!

Un service de garde a toujours fait partie intégrante du concept d’aménagement du Faubourg Contrecoeur. Mais le Faubourg se développe depuis des années, attirant sans cesse de nouvelles familles, sans qu’un CPE ou une garderie ne soit aménagée. Le zonage actuel l’interdit (v. autre texte)!

Début 2012, les autorités sont déterminées à changer la donne. Le maire de l’arrondissement Mercier Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, et Catania appuyaient publiquement le projet de CPE. Un comité est formé regroupant le maire, des représentants de Catania, de Solidarité Mercier-Est et d’un CPE du quartier présentent un projet à Québec.

Plusieurs emplacements sont envisagés. Celui privilégié par les experts des services de garde du quartier : installer le CPE directement dans le futur parc d’Alcantara. « C’était un emplacement idéal, car les enfants auraient eu directement accès à la verdure, explique Bianca Boudreau, coordonnatrice de la démarche enfance-famille chez Solidarité Mercier-Est. Mais l’ancien conseiller de Tétreaulville, Gaëtan Primeau, était contre l’idée. L’idée d’un CPE dans ce parc, même lors de consultations publiques sur le développement du Faubourg, n’avait pas été évoquée. Pourtant, pour le bien-être des enfants, c’était la meilleure solution. »

Le deuxième emplacement le plus sérieusement étudié se trouve dans l’îlot C, soit le terrain situé derrière le siège social de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). Le CPE aurait été situé dans une future résidence pour personnes âgées, une coopérative pour les 50 ans et plus pourvue d’un ascenseur. Une bonne idée de projet intergénérationnel. « Mais ça signifiait que la coop perdait 17 logements. Et le projet ne prévoyait pas de cour pour le CPE, ce qui est interdit par la réglementation », explique Mme Boudreau.

Un troisième emplacement étudié par le comité se situe juste derrière l’immeuble du CLSC de la Pointe-de-l’Île, angle Sherbrooke et Contrecoeur. Mais l’espace aurait été insuffisant pour loger une cour pour les enfants et le CLSC aurait perdu la sienne.

Un quatrième site potentiel était situé directement dans la future zone commerciale. Les discussions concernant le développement de cette zone faisaient état d’un supermarché à grande surface donnant sur la rue Sherbrooke. Le CPE aurait été construit derrière le supermarché, avec une cour donnant sur le stationnement des autres commerces. « L’environnement posait toujours problème dans les discussions entourant les sites potentiels d’un CPE dans le Faubourg », commente Mme Boudreau.

Un CPE privilégié

Cette dernière privilégie un CPE parce que le programme éducatif y est mieux développé qu’au sein d’une garderie privée. Une opinion que partage Sébastien Breton, directeur de la Maison des familles de Mercier-Est. « Mais ce qui se développe dans Mercier-Est, ce sont les garderies privées, ajoute-t-il. Le gouvernement est déterminé à ouvrir beaucoup de places en CPE partout au Québec et ailleurs à Montréal, mais pas dans Mercier-Est. Je ne comprend pas pourquoi. »

M. Breton affirme que le service offert par un CPE est meilleur, que les éducatrices y sont moins isolées et que l’encadrement est plus poussé. « Nous avions notre propre projet de CPE dans le Faubourg Contrecoeur, ajoute-t-il. Mais le dossier était très compliqué. La volonté politique existe d’ouvrir des places de CPE ailleurs. Je ne comprend pas pourquoi les dossiers sont refusés dans notre quartier. »

carte

Le localisateur du site web d’Enfance-Famille (www.enfancefamille.org) affiche plusieurs services de garde sur le teritoire entourant le Faubourg Contrecoeur.

Ça prend un local coûte que coûte

Il n’a toutefois pas l’intention d’abandonner : « Ça prend un CPE dans le nord de Mercier-Est, idéalement dans le Faubourg Contrecoeur. Il nous faut aussi des locaux communautaires dans un immeuble commun. Il faut que les gens puissent socialiser, se réunir, organiser des événements. Ailleurs, ces services sont regroupés dans un immeuble commun avec un CPE. On va pousser encore et encore pour que ce projet se réalise. On ne lâchera pas! »

La crise des services de garde a été longuement discutée lors des ateliers du forum Agir pour mon quartier, d’octobre dernier, organisé par Solidarité Mercier-Est. Il s’agit désormais d’une priorité du développement social du quartier.

Actuellement, le Faubourg Contrecoeur est desservi par trois services de garde en milieu familial situés sur son territoire, de six places chacun. Deux garderies privées presque côte-à-côte sur la rue de Grosbois, dont celle des Premiers pas, d’une vingtaine de places, sont situées à un jet de pierre du Faubourg. Une garderie privée, chez Picabou, aussi sur de Grosbois mais face au parc Thomas-Chapais, compte 45 places.

Mercier-Est compte six CPE dans 12 installations, une soixantaine de garderies familiales, quatre garderies privées subventionnées et quelques garderies privées non-subventionnées, dont les tarifs tournent autour de 35$ par jour. Dans le Bas-Anjou, à proximité du Faubourg, on compte deux CPE, deux garderies subventionnées et deux garderies non subventionnées.

Une liste des services de garde est disponible dans notre annuaire des ressources communautaires.

Voir autres textes :

Vers une crise dans le Faubourg

Deux ans d’attente

Il faut changer le zonage

 

Vos commentaires
loading...