Publicité

Réal Ménard devra mettre de l’eau dans son vin

Élus
Le soir de l'élection, Réal Ménard a déclaré que la nouvelle réalité politique de Montréal constituait le défi le plus difficile de sa carrière politique.
Le soir de l’élection, Réal Ménard a déclaré que la nouvelle réalité politique de Montréal constituait le défi le plus difficile de sa carrière politique.

Le maire de l’arrondissement Mercier Hochelaga-Maisonneuve devra composer avec un conseil éclaté.

L’élection de dimanche a complètement bouleversé les cartes dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve. D’un conseil d’arrondissement homogène, on y retrouve aujourd’hui trois partis!

Réal Ménard est aujourd’hui fin seul de la Coalition Montréal menée par Marcel Côté, à la table du conseil. Il est tout de même fort d’une majorité de 2000 voix mais n’a récolté que 36,29% des voix. Un meilleur score toutefois que le maire de Montréal, Denis Coderre (32,13%). Seuls deux autres maires de Coalition Montréal ont réussi à se faire élire dimanche : Russell Copeman, dans Côte-des-Neiges Notre-Dame-de-Grâce, et Benoit Dorais, dans le Sud-Ouest. Des dizaines de candidats à la mairie ou aux postes de conseillers ont été balayés à l’élection, dont Laurent Blanchard (ex-maire par intérim de Montréal) et Louise Harel (ex-chef de Vision Montréal). « Même dans nos scénarios les plus apocalyptiques, on n’avait pas prévu ça », a déclaré M. Ménard au quotidien La presse. Plusieurs analystes de la scène politique municipale croient que le parti Coalition Montréal ne fera pas long feu.

Le soir des élections, Réal Ménard a même confié que cette situation constituait le défi le plus difficile de sa carrière politique. Le lendemain, il a déclaré à Contrecoeur Express, d’une voix sereine, qu’il allait être un maire rassembleur.

« La pire chose, c’est d’avoir un conseil dysfonctionnel, dit-il. Je vais donc offrir ma collaboration, faire mon travail de maire. Il faudra que chacun mette de l’eau dans son vin autour de la table, moi compris. »

Voici la composition du nouveau conseil d’arrondissement :

Maire : Réal Ménard (Coalition Montréal – Marcel Côté);

Tétreaultville : Richard Celzi (Équipe Coderre);

Maisonneuve Longue-Pointe : Laurence Lavigne-Lalonde (Projet Montréal – Richard Bergeron);

Hochelaga : Éric Alan Caldwell (Projet Montréal- Richard Bergeron);

Louis-Riel : Karine Boivin-Roy (Équipe Denis Coderre).

Une courbe d’apprentissage

Réal Ménard se dit malgré tout très à l’aise avec la nouvelle réalité : « Avant le scrutin, je faisais partie d’une coalition. Trois partis étaient représentés au conseil exécutif de la Ville. Je suis habitué à travailler en collaboration. »

Mais un conseil d’arrondissement, ce n’est pas la même chose qu’à la ville centre. Les élus sont très proche des réalités de terrain. « C’est certain qu’à l’exécutif de la Ville de Montréal, on s’occupe de la gestion de la ville et des grands dossiers, reprend-il. À l’arrondissement, c’est différent. Il va y avoir une courbe d’apprentissage. Mais, comme maire, je ne peux faire plus que d’inciter les gens à travailler ensemble. »

L’équipe sortante est en fonction jusqu’au 14 novembre, le temps d’effectuer une transition en douceur avec les nouveaux élus. Quelle est la prochaine étape? Réal Ménard répond sans hésiter qu’il s’agit de la préparation du budget, d’ici Noël, qui tourne autour de 72 millions. Il va aborder cette question dès qu’il réunira les élus pour la première fois. Il reconnaît que c’est un exercice délicat.

Heureux et triste

Réal Ménard se dit heureux d’avoir gagné, certes, mais il est triste pour ses collègues Lyn Thériault, Laurent Blanchard et le candidat Pierre Paquet, battus dimanche. Lyn Thériault (Louis-Riel) et Laurent Blanchard (Hochelaga) sont arrivés deuxièmes. Pierre Paquet a fini quatrième dans Maisonneuve Longue-Pointe.

Il se dit particulièrement désolé pour Gaëtan Primeau, qui a fini quatrième. « Gaëtan est un gars de terrain. Il connaît tout le monde. C’est paradoxal, car Tétreaultville est le district où les investissements furent les plus élevés dans l’arrondissement. Il ne verra pas, comme conseiller, l’inauguration de la piscine Annie Pelletier, dans quelques semaines. Gaëtan était très dévoué auprès des citoyens. Ce sont les dures réalités de la démocratie. »

Vos commentaires
loading...