Publicité

Hausse de taxes dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve

Économie, Élus
Pour ne pas couper dans les services, Réal Ménard s'est résigné à une hausse de taxe de 1 cent du 100$ d'évaluation. Les élus de Projet Montréal ont voté contre. (photo: Stéphane Desjardins)
Pour ne pas couper dans les services, Réal Ménard s’est résigné à une hausse de taxe de 1 cent du 100$ d’évaluation. Les élus de Projet Montréal ont voté contre. (photo: Stéphane Desjardins)

Mercredi dernier (18 décembre), les élus de l’arrondissement votaient un budget comprenant une hausse de taxes d’un cent du 100$ d’évaluation.

Le budget, qui est équilibré, ne comprend pas de réelle coupure de service à la population. Mais les surplus ont considérablement fondu depuis l’an dernier. Pour équilibrer le budget, les élus ont dû se résigner à imposer une hausse de taxes d’un cent du 100$ d’évaluation. En bout de ligne, ceux de Projet Montréal ont voté contre.

Rappelons que le rôle d’évaluation est également en hausse de 16,5% en moyenne dans l’arrondissement et de 18,1% dans le Faubourg Contrecoeur (v. notre texte du 17 septembre). C’est moins que la moyenne montréalaise (19,7%), mais cette hausse (de la valeur des immeubles), couplée à celle du budget, se traduira tout de même par une hausse du compte de taxes.

Réal Ménard, maire de l’arrondissement, la fixe à une trentaine de dollars en moyenne par contribuable, puisque la valeur moyenne des immeubles est de 300 000$ dans l’arrondissement. « Je considère qu’il s’agit d’une hausse raisonnable pour maintenir les services et éviter des coupures; on n’étrangle personne », explique-t-il.

Il faudra attendre en janvier pour connaître la véritable hausse du compte de taxes, car la ville-centre n’a pas encore adoptée son budget. Le maire Denis Coderre parle de l’ajuster à l’inflation, mais rien n’a filtré des discussions budgétaires provenant de la mairie de Montréal.

Surplus modeste

Le budget de l’arrondissement passe de 72 M$ en 2013 à 72,6 M$ en 2014. Les recettes provenant de Montréal et des sources locales baissent de 12,4M$ avant l’application de la taxe locale sur les services et certaines sources de financement locales.

Le surplus, qui a déjà été dans les millions et qui a servi à équilibrer le budget et à ajouter des services ces dernières années, a donc fondu à 300 000$. « C’est un chiffre conservateur, affirme le maire de l’arrondissement, Réal Ménard. On verra en mars si la réserve pour l’enlèvement de la neige nous permettra d’afficher un surplus plus élevé. Et nous n’avons même pas tenu compte de la réserve pour la CSST. »

Dilemne

Pour arriver à équilibrer le budget, les élus avaient, grosso modo, à trouver un million de dollars. « L’an dernier, la contribution de la ville-centre fut de 58M$. Cette année, elle est de 56M$. Il est clair que nous sommes en période d’austérité. Cela dit, il ne faut pas être alarmiste, car nous maintenons tout de même l’intégrité des services. »

En bout de ligne, les élus avaient à choisir entre des coupures d’un million ou une augmentation des taxes. Ils ont privilégié la deuxième avenue. Mais ceux de Projet Montréal n’approuvent pas : « Nous faisons face à un choc budgétaire cette année, et celui-ci sera amplifié en 2015 », affirment Éric Alan Caldwell (conseiller d’Hochelaga) et Laurence Lavigne Lalonde (Maisonneuve Longue-Pointe) dans un communiqué paru le 18 décembre.

Ces conseillers affirment également avoir décelé certaines lacunes quant au contrôle des dépenses. Ils déplorent l’absence de marge de manœuvre pour prioriser certains projets de développement et la possibilité de coupures éventuelles de certains programmes ou partenariats avec des organismes du quartier.

Ils craignent aussi que l’augmentation des taxes ne se traduise par une hausse des loyers, qui affecterait les plus démunis de l’arrondissement.

Ils soulignent du même souffle que certains services auraient pu être tarifés selon le principe d’utilisateur payeur. Ils citent en exemple le fait que beaucoup de gens de l’extérieur de l’arrondissement se stationnent dans nos rues pour prendre le métro. « Mais on n’équilibrera pas le budget en augmentant les tarifs de certains services, comme les vignettes. Les élus de Projet Montréal voulaient les faire passer de 50$ à 100$. Je n’étais pas d’accord. C’est impossible, dans un milieu comme le nôtre, de trouver 1M$ en coupant dans les services ou en allant chercher de nouveaux revenus. Quand vous augmentez démesurément les tarifs, ce sont les pauvres et la classe moyenne qui écopent. Je me refusais à cette éventualité. J’ai ouvert les livres, tous les élus y sont allés de leurs suggestions. Nous avons abouti avec cette solution de compromis avec laquelle je me sens à l’aise », rétorque M. Ménard.

Compromis

Devant l’impasse, les élus ont convenu de former un comité qui étudiera toutes les avenues budgétaires pour 2015. Le comité regroupera tous les élus et certains fonctionnaires. Il va travailler tout au long de 2014.

Le budget de l’arrondissement traduit la situation budgétaire de Montréal dans son ensemble, qui est très difficile. La métropole doit composer avec le ralentissement de l’économie et la « crise » des régimes de retraites municipaux.

« Montréal est tributaire de son impôt foncier pour 70% de ses revenus, reprend le maire Ménard. La crise financière ne se réglera pas tant que nous n’aurons pas accès à de nouvelles sources fiscales. » Ce n’est pas une question nouvelle, mais l’abcès devra être crevé tôt ou tard. Cette question fait d’ailleurs l’objet de négociations serrées entre le gouvernement du Québec et le monde municipal.

Faits saillants

Voici les faits saillants du budget de l’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve, tirés du communiqué du bureau des élus :

réductions de dépenses totalisant 1 447 500 $ ;

augmentation de 35 000 $ de la prévision au chapitre des recettes de sources locales ;

reconduction de la taxe locale de 0,06 $ le 100 $ imposée en 2013 pour des revenus estimés à 6 994 800 $ ;

recours au surplus accumulé de l’arrondissement pour 2 750 000 $ ;

imposition d’une taxe locale additionnelle de 0,01 $ le 100 $ pour générer des revenus de 1 165 800 afin de compléter le financement requis pour 2014.

Vos commentaires
loading...