Publicité

L’histoire vivante du quartier racontée par les Badauds de Mercier-Est

Histoire, Vie de quartier
Promenade Bellerive

Photo du parc de la Promenade Bellerive en hiver, prise par l’aéromodélisme des Badauds de Mercier-Est. (photo: Badauds de Mercier-Est)

Quand des citoyens décident de raconter des tranches de vie actuelles et passées d’un quartier, ça donne une page Facebook absolument fascinante. Impossible de résister au charme de celle des Badauds de Mercier-Est.

Il y a trois ans, un jeune retraité du quartier, Denis Clavet, s’amuse à prendre des photos de Mercier-Est. L’ornithologue amateur, qui adore se promener aux parcs de la Promenade Bellerive ou Thomas-Chapais, se demande comment partager ses clichés et ses observations de la vie du quartier. Il lui vient l’idée de lancer une page Facebook. Les Badauds de Mercier-Est sont nés.

« Je ne connaissais rien aux médias sociaux, raconte-t-il amusé. Aussitôt que la page fut lancée, d’autres personnes se sont greffées au projet. Nous sommes devenus une bande de joyeux créateurs de contenus. »

Rapidement, M. Clavet impose une ligne éditoriale, pour éviter les dérapages et assurer un ton convivial. Il insiste aussi pour que ceux qui affichent des photos sur la page en identifient la source. Car les photos des Badauds sont publiques.

Les Badauds de Mercier-Est, c’est aujourd’hui six personnes : Michel Barlatti, Claude Béliveau (aussi de StationVu), Denis Clavet, Dominic Dufour, François Faulkner, Maurice Janot Gohier. Époque oblige, certains d’entre eux ne se sont jamais rencontrés ou parlés en personne. « Nous pourrions nous croiser sur la Promenade Bellerive sans le savoir! Nos échanges sont parfois strictement électroniques », explique en souriant M. Clavet, qui avoue n’avoir jamais rencontré en chair et en os trois de ses collaborateurs…

Très populaire

Certaines entrées de la page Facebook atteignent une centaine de visites et de J’aime, d’autres montent jusqu’à 2000. Parfois, on constate des pics jusqu’à 4000. La page a 430 amis, en constante augmentation. Environ 65% des amis et des visiteurs sont des femmes.

« Nous n’avons aucun autre objectif que de partager nos photos et nos observations, reprend M. Clavet. Nous avons constaté que plusieurs abonnés n’habitent pas le quartier. Ce sont d’anciens résidents ou leurs enfants. Certains viennent nous voir pour des sujets particuliers. Par exemple, je suis fou des oiseaux. Les maniaques de la gent ailée me suivent systématiquement, d’autres ignorent mes clichés. »

Les badauds sont à accumuler une impressionnante iconographie historique du quartier. Certains photos sont uniques, parfois hypnotisantes!

« Vous savez, on fait ça par pur plaisir, poursuit-il. Parfois, on en profite pour se taquiner entre nous! Par exemple, Dominic faisait une fixation sur les poubelles de la Promenade Bellerive. On a multiplié les blagues qui faisaient référence à l’émission La P’tite Vie dans laquelle, vous le savez, les poubelles prennent beaucoup de place… »

M. Clavet alimente sa page tout simplement au fil de ses randonnées. Il marche tous les matins et fait souvent des rencontres intéressantes. Comme celle où un parfait inconnu lui a offert de reproduire les cabanes d’hirondelles bicolores qu’il installe aux lampadaires de la Promenade Bellerive et qu’il entretient avec deux de ses amis. « Quelques jours plus tard, il m’en a offert 14 nouvelles! On va bientôt manquer de lampadaires », dit-il.

Lire notre autre texte : Valoriser le quartier

Vos commentaires
loading...