Publicité

Soyez membre de Solidarité Mercier-Est!

Vie de quartier
Il faut plus que jamais faire avancer les dossiers, explique Fabienne Audette, directrice générale de Solidarité Mercier-Est, qu'on voit ici à la dernière assemblée générale, le 5 décembre. (photo: Stéphane Desjardins)
Il faut plus que jamais faire avancer les dossiers, explique Fabienne Audette, directrice générale de Solidarité Mercier-Est, qu’on voit ici à la dernière assemblée générale, le 5 décembre. (photo: Stéphane Desjardins)

Solidarité Mercier-Est vient de lancer sa nouvelle campagne de membership. Voilà un p’tit 5$ bien placé!

En fait, il s’agit du tarif citoyen, qui concerne les individus et les commerçants du quartier. Justement le genre de public que veut recruter Solidarité Mercier-Est (SME), une table de concertation qui regroupe des organismes communautaires et les forces vives du quartier.

Pourquoi être membre de SME? Pour s’impliquer dans le développement socio-économique du quartier, tout simplement. Et les besoins sont grands. Surtout depuis le forum de développement social Agir pour mon quartier (notre dossier) d’octobre dernier. On y a établi les priorités de développement pour les cinq prochaines années. Reste à les traduire en objectifs concrets, afin de convaincre les décideurs d’investir dans les bons projets, ceux qui vont avoir un impact réel sur notre qualité de vie. Un travail auquel SME vient tout juste de s’atteler. Et qui nécessite de l’implication citoyenne.

« Habituellement, les membres individuels et les organismes doivent renouveler avant l’assemblée générale de juin. En juin dernier, les 75 participants l’ont fait sur place. Mais plusieurs autres, qui étaient absents, ne sont pas encore passés à l’acte. C’est cette clientèle que nous désirons rejoindre », explique Fabienne Audette, directrice générale de SME.

Timing différent

Habituellement, SME tient sa campagne de recrutement à l’automne. Mais, cette année, l’organisme a tenu son forum (ouverts à tous, membres ou non), précédé d’une série de Cafés urbains. Les dirigeants ne voulaient pas mélanger les cartes et brouiller le message.

Mais, la semaine dernière, SME a tenu une assemblée (v. autre texte) où il fut question de relancer la campagne. « On cherche aussi à susciter un peu plus d’engagement chez les membres, poursuit Mme Audette. Il y avait 20 personnes à l’assemblée de la semaine dernière. Pour un organisme de 80 membres, ce n’est pas assez. Il faut que les gens viennent aux assemblées et qu’ils s’impliquent aussi davantage dans les problématiques. »

Fabienne Audette ajoute que SME est « passé à un stade supérieur » et que l’organisme ne peut se contenter d’un appui moral. « Il faut faire avancer les dossiers, surtout à la suite du forum et des élections municipales », dit-elle.

Elle se réjouit de la participation sectorielle de ses membres. Elle cite en exemple celui du Comité de concertation enfance famille de SME, où sont activement engagés les représentants des 20 CPE du territoire. « Mais les organismes doivent aussi participer aux assemblées. C’est ainsi qu’ils se positionnent face au développement et aux autres acteurs de la communauté », ajoute-t-elle.

Elle comprend que ce n’est pas facile car chacun a ses priorités personnelles, sa vie familiale, que les organismes doivent aussi s’impliquer au sein de leurs regroupements sectoriels. Mais elle croit sincèrement qu’un effort doit être donné à cause du contexte actuel, stratégique.

Elle reconnaît aussi que SME a un effort à faire sur le plan de sa stratégie de communication et son offre de service aux citoyens. Des projets de centre de documentation informatisé sont dans l’air. SME aimerait aussi maximiser l’utilisation de son Annexe, ses locaux situés rue de Teck, que l’organisme aimerait louer davantage. « Nos tarifs sont imbattables », dit-elle avec le sourire.

SME a comme objectif d’augmenter constamment son membership, notamment en attirant des commerçants et quelques organismes piliers de la communauté, comme le centre Almage (qui s’adresse aux aînés anglophones), le CLEM (actif en alphabétisation) ou l’étincelle de l’amitié (santé mentale). L’invitation est lancée…

Fabienne Audette est très fière d’avoir recruté la Caisse Desjardins de Tétreaultville : « Ils veulent solidifier leurs liens avec la communauté. Nous sommes heureux d’avoir une institution financière comme membre », conclut Fabienne Audette.

Vos commentaires
loading...