Publicité

Succès de la première assemblée ouverte de Solidarité Mercier-Est

Vie de quartier
Comment mousser la mobilisation citoyenne? En faisant circuler l'information. (photo: Stéphane Desjardins)
Comment mousser la mobilisation citoyenne? En faisant circuler l’information. (photo: Stéphane Desjardins)

Solidarité Mercier-Est (SME) testait la semaine dernière une nouvelle formule d’assemblée générale ouverte : les gens ont embarqué avec enthousiasme.

Une trentaine de personnes se sont déplacées jeudi dernier (5 décembre) à l’assemblée générale ouverte de SME, qui se tenait au Centre Tétreaultville. Il s’agissait, pour SME, de revenir sur le forum de développement social Agir pour mon quartier (notre dossier), d’octobre dernier, afin de mieux définir quelques priorités issues de l’événement.

« Pour nous, cette assemblée était un test avec cette formule ouverte, explique Fabienne Audette, directrice générale de SME. Les gens en furent ravis, comme l’ont confirmé les feuillets d’évaluation. C’est vrai qu’il n’y a pas eu foule, mais la Corporation de développement de l’Est de Montréal (CDEST) et l’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve tenaient leurs partys de Noël au même moment… »

Mme Audette tiendra ce jeudi un comité de suivi avec le personnel de SME. « L’assemblée n’a pas pris de décision, c’est ce que nous voulions, dit-elle. Il fallait avant tout faire émerger les sujets et les approfondir collectivement. Les gens ont choisi les bons enjeux et y les ont débattu avec sérieux et entrain à l’assemblée. C’est à nous de prendre le relais », dit-elle.

Un espace de discussions

L’assemblée a dressé une liste de thèmes et les a regroupés en quatre espaces de discussions, puis les membres se sont scindés en autant de groupes. Question de mettre un peu de viande sur les thématiques suivantes :

• relance commerciale;

• marché public;

• mobilisation au sein des organismes;

• activités hivernales.

Solidarité Mercier-Est

Une trentaine de personnes étaient présente à la dernière assemblée générale « ouverte » de Solidarité Mercier-Est. (photo: Stéphane Desjardins)

Relance commerciale

Les membres ont intensément échangé sur la façon de relancer et développer l’activité commerciale dans le quartier, notamment dans la future zone commerciale du Faubourg Contrecoeur (notre dossier) et sur les rues Hochelaga et Des Ormeaux.

Quels genres de commerces voulons-nous? Un débat entre les bannières, les commerces de proximité, les grandes surfaces, les épiceries fines, les entreprises d’économie sociale et des commerces d’ambiance ont abouti à un constat : il faut s’assurer de doter le quartier d’une offre permanente de fruits et légumes frais. Il faut aussi moduler l’offre commerciale pour éviter que les résidents sortent du quartier pour faire leur courses. Ça passe tout autant par des grandes surfaces que des commerces d’ambiance, qui permettent de se démarquer de la Place Versailles, par exemple.

On mise beaucoup sur le développement de la zone commerciale du Faubourg. Mais aussi sur la venue de StationVu, le cinéma de quartier doté d’un bistrot, qui va s’implanter d’ici deux ans dans le secteur des rues Hochelaga et Des Ormeaux. On voit dans ce projet la bougie d’allumage qui relancera ces artères commerciales.

« Épicerie fine ne rime pas avec embourgeoisement, fait remarquer un participant. J’y vois plutôt des produits de qualité, abordables. » Personne ne refuse non plus les bannières comme Starbucks, mais il y a aussi de la place pour des commerces d’économie sociale qui se démarquent, à l’exemple de la Station InVivo du Parc olympique.

Marché public

Si le projet de StationVu collectionne les appuis, celui de marché public constitue LA préoccupation citoyenne dans Mercier-Est.

Quelle forme prendra ce projet? Un marché fixe, mobile, avec ou sans toit permanent, où? La formule mixte l’a emportée : un marché implanté à un endroit fixe mais doté d’activités mobiles, pour rejoindre des clientèles qui peuvent difficilement se déplacer (familles démunies, aînés…).

Les participants sont très préoccupés par le site du futur marché, qui doit être central dans le quartier. On a ainsi ciblé le parc face à l’église Sainte-Claire, sachant qu’il faudra faire des études d’implantation et de circulation. L’offre de produits devra, évidemment, comporter des fruits et légumes, mais aussi des fromages et des viandes. Les participants ont aussi évoqué des partenariat avec des commerces établis du quartier, par exemple la Fromagerie Hamel.

Solidarité Mercier-Est

Fruiteries, épiceries fines, commerces d’ambiance, StationVu: les priorités pour Mercier-Est. (photo: Stéphane Desjardins)

Mobilisation

Plus que jamais, le quartier a besoin d’un espace commun pour faire valoir les dossiers, les priorités, les luttes et les organismes du milieu. On souhaite un espace web pour faire circuler l’information. Sur ce plan, découvrez notre guide Habiter le Faubourg et, surtout, notre page Ressources communautaires.

Activités hivernales

Si les participants se sont réjouis de l’aménagement d’une butte pour glisser, dans le parc d’Alcantara, ils aimeraient que l’arrondissement en aménage une autre au sud de la rue Sherbrooke, pour éviter que les jeunes enfants aient à traverser cette artère. Ils aimeraient aussi que la Ville aménage davantage de patinoires familiales.

L’idée d’une fête d’hiver en famille tenue sur plusieurs fins de semaine dans divers lieux du quartier, pour les valoriser, fut retenue avec enthousiasme. Celle, lancée par Contrecoeur Express, d’aménager une patinoire dans la forêt du parc Thomas-Chapais, a beaucoup fait jaser.

 

Vos commentaires
loading...