Publicité

Logements locatifs : du sur-place?

Économie, Vie de quartier
Préserver et construire des logements locatifs est une priorité énoncée au forum de développement social Agir pour mon quartier d'octobre dernier (notre photo), une position reprise à de nombreuses tribunes communautaires depuis les dernières élections municipales. (photo: Stéphane Desjardins)
Préserver et construire des logements locatifs est une priorité énoncée au forum de développement social Agir pour mon quartier d’octobre dernier (notre photo), une position reprise à de nombreuses tribunes communautaires depuis les dernières élections municipales. (photo: Stéphane Desjardins)

Le stock de logements locatifs pour les familles n’augmente pas dans Mercier-Est, sauf dans le Faubourg. Infologis demande des mesures de protection et d’accessibilité.

C’est même une priorité du développement social du quartier, clairement identifiée lors du Forum Agir pour mon quartier d’octobre dernier, organisé par Solidarité Mercier-Est, et réitérée lors de la réunion de la RUI de jeudi dernier (v. autre texte).

Actuellement, le taux d’inoccupation des logements locatifs dans Mercier-Est est de 3,2%, ce qui est considéré comme équilibré (en fonction des propriétaires et des locataires) selon les experts. Mais quand on regarde le taux d’inoccupation des logements destinés aux familles, qui ont trois chambres à coucher ou plus, celui-ci tombe à 0,5%.

« C’est une catastrophe pour les familles, considère Anicet Ndayishimiye, directeur général d’Infologis, un organisme voué à la protection des droits des locataires de l’est de Montréal. Un tel taux reflète le fait que les familles, notamment celles qui ont des revenus moins élevés ou qui comptent plusieurs enfants, ont de la difficulté à se loger. Or, Mercier-Est est souvent présenté comme un quartier familial. Ce sera de moins en moins le cas si ça continue comme ça. »

Ces taux d’inoccupation sont tirés du dernier Rapport sur le marché locatif de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) paru en décembre et concernent l’année 2013. Ils sont sensiblement les mêmes par rapport à 2012. Malgré la construction de plusieurs logements familiaux dans le Faubourg Contrecoeur, ce taux sera encore défavorable cette année pour les locataires, prédisent ceux qui se préoccupent de cette question dans le quartier.

« Et ce qui fausse les données, c’est que de nombreux condos sont désormais offerts sur le marché locatif. Mais dans le quartier, hormis le Faubourg, il s’est construit une majorité de condos à une ou deux chambres, souvent loués à 1000$ ou plus. C’est trop petit ou inabordable pour les familles », ajoute M. Ndayishimiye. Dans le quartier, un logement de trois chambres offert dans un duplex se loue habituellement entre 900$ et 1000$ par mois.

V. notre autre texte sur l’investissement dans le parc de logements locatifs.

Vos commentaires
loading...