Publicité

Où s’installera le futur marché public?

Économie, Vie de quartier
Roger Dufresne, lors du forum Agir pour mon quartier de Solidarité Mercier-Est, le 26 octobre dernier. (photo: Stéphane Desjardins)
Roger Dufresne, lors du forum Agir pour mon quartier de Solidarité Mercier-Est, le 26 octobre dernier. (photo: Stéphane Desjardins)

Les promoteurs du CÉRES veulent installer un marché public dans la Promenade Bellerive, chaque été. D’autres veulent un marché permanent, ailleurs dans le quartier.

Un débat anime les gens qui s’intéressent à cette question dans les cercles communautaires et politiques dans Mercier-Est. Si tout le monde s’entend sur l’importance de doter le quartier d’un marché public dans les meilleurs délais, l’endroit où il devrait être implanté ne fait pas l’unanimité.

D’autant plus qu’il faudra certainement changer le zonage pour permettre l’implantation d’un marché public, qu’il soit estival ou permanent. Un tel marché entraînera invariablement un accroissement de la circulation automobile. Le choix d’un site devra donc être fait avec soin, pour ne pas dégrader la qualité de vie des résidents.

Les promoteurs du CÉRES espèrent instaurer un marché estival, directement sur la Promenade Bellerive. D’autres veulent installer un marché plus permanent dans la zone commerciale du Faubourg Contrecoeur.

Un marché public dans le Faubourg a toutefois peu de chance de se matérialiser, selon Réal Ménard, maire de l’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve. Car il dépend du bon vouloir du propriétaire du terrain (actuellement Catania). Cette dernière cherche à signer des baux avec plusieurs commerçants pour cette zone. Les informations qui ont filtré à ce jour concernent une chaîne d’alimentation, comme IGA ou Métro. Pas un marché public. Et le développement de la zone dépend d’un changement de zonage concernant le stationnement (v. autre texte), qui se fera vraisemblablement à la fin de cette année.

Plusieurs aimeraient que l’éventuel marché s’installe dans le parc Pierre-Bernard, sur la rue éponyme. Ce serait le site le plus central dans le quartier. D’autres ont évoqué le stationnement de l’église Saint-Victor. Mais le secteur est mal desservi par les circuits d’autobus.

Près de la piscine Annie-Pelletier?

Plusieurs ont évoqué l’ancienne cour à bois de l’ex-marchand BMR, rue Des Ormeaux, juste au sud d’Hochelaga, qui a fermé ses portes il y a quelques années. Il faudra toutefois détruire l’immeuble actuel et peut-être décontaminer le site.

Mais un site attire l’attention : le parc Clément-Jetté, juste à côté de la piscine Annie-Pelletier, qui va ouvrir ses portes dans quelques semaines. « Il offre plusieurs avantages, explique Roger Dufresne, un citoyen du quartier qui s’intéresse avec passion à ce projet. On pourrait y installer des toilettes, car le marché bénéficierait de l’eau courante et de l’électricité grâce à la proximité de la piscine. »

M. Dufresne imagine avant tout une structure légère, essentiellement une place asphaltée recouverte de toits pour abriter les étals. Le site ne permet pas la construction d’un immeuble car une conduite géante d’égout passe à cet endroit.

« J’ai demandé aux autorités municipales d’effectuer des études de circulation, reprend M. Dufresne. Mais les impacts pour les résidents sont plus limités qu’ailleurs, car seulement une dizaine de maisons seraient exposées, rue Pierre-Bernard. Et leurs propriétaires verraient la valeur de leurs immeubles bondir si un marché s’installait à proximité. C’est ce qui est arrivé aux alentours du marché Jean-Talon. »

Les élus de l’arrondissement se sont engagés à rencontrer M. Dufresne dans les prochains jours.

Le projet de marché public, dans Mercier-Est, fait l’unanimité dans les milieux politiques et communautaires du quartier.

V autres textes :

Le Sésame veut un marché dans Mercier-Est

Un quartier qui a bien besoin d’un marché public

Produit ici, vendu ici!

Vos commentaires
loading...