Publicité

RUI : des priorités pour le quartier

Vie de quartier
Ces enjeux nous concernent parce que plusieurs résidents du Faubourg Contrecoeur vont faire leurs courses ou fréquentent parcs, équipements sportifs, restaurants et cliniques de ce secteur. (photo: Stéphane Desjardins)
Ces enjeux nous concernent parce que plusieurs résidents du Faubourg Contrecoeur vont faire leurs courses ou fréquentent parcs, équipements sportifs, restaurants et cliniques de ce secteur. (photo: Stéphane Desjardins)

Le milieu communautaire a établi de nouvelles priorités pour le développement du quartier, pour les cinq années à venir.

Le 16 janvier, Solidarité Mercier-Est (SME) tenait une première réunion cette année portant sur les grands enjeux de développement social dans le cadre de la RUI (revitalisation urbaine intégrée) de la zone de Mercier-Est comprise au sud de Hochelaga, plus de la rue Hochelaga jusqu’au fleuve, entre l’autoroute 25 et Montréal-Est, où se concentrent des enjeux socio-économiques parfois assez complexes (v. notre texte ainsi que le communiqué de SME).

L’exercice s’inscrit dans le forum de développement social Agir pour mon quartier, tenu en octobre dernier (v. notre dossier). Le plan stratégique de la RUI est quinquennal, et deux plans d’action y sont attachés : 2014-2016 et 2017-2019.

Ça nous concerne

Ces enjeux nous concernent parce que plusieurs résidents du Faubourg Contrecoeur vont faire leurs courses ou fréquentent parcs, équipements sportifs, restaurants et cliniques de ce secteur.

rui2b

Les participants ont établi les priorités par comités en fonction des orientations adoptées début janvier. (photo: Stéphane Desjardins)

La réunion du 16 janvier a permis d’adopter un plan stratégique quinquennal composé de cinq axes : développement social et culturel, mobilité, rues commerciales, aménagement du milieu, verdissement et parcs. Une enveloppe de 416 000$ sur cinq ans provenant du Secrétariat de la région métropolitaine et de la Ville de Montréal permettra de financer les projets collectifs issus des plans d’action concertés.

La semaine dernière (le 23 janvier) et hier (30 janvier), deux réunions ont permis de concrétiser les priorités établies dans ce plan en actions concrètes.

La réunion du 23 janvier concernait le verdissement, la mobilité et les rues commerciales. Hier, ce fut le développement social et l’aménagement du milieu. Le plan final sera adopté le 20 février.

Des priorités

Voici quelques-unes des idées dégagées lors de deux soirées (la liste finale fait l’objet d’une analyse poussée par le comité aviser RUI) :

• Promenade Bellerive : aménagement d’une butte pour glisser (et contrer les nuisances sonores du Port de Montréal, dans la partie ouest du parc), aménagement de pistes de ski de fond, cabane à sucre;

• corvée de nettoyage sur la rue Hochelaga;

• carrés d’arbre sur les trottoirs des rues commerciales : les multiplier, campagne « adoptez votre carré » par des citoyens et des commerçants;

• mobilisation des commerçants : sondage sur leurs besoins, renforcer le lien entre commerces, organismes du milieu et citoyens;

• rue Hochelaga : organisation d’événements (ventes trottoir), oriflammes, signature visuelle distinctive;

• demander à l’arrondissement d’adopter une réglementation pour contrer les bâtiments abandonnés (comme le cinéma Paradis ou l’ancien BMR de la rue Des Ormeaux), trouver une nouvelle vocation et du financement pour convertir ces immeubles ou ces sites;

• implanter des terrasses sur les rues commerciales;

• favoriser des coups d’éclat médiatiques positifs pour faire valoir les projets et revendications du milieu;

• multiplier les cafés urbains pour approfondir et cerner des problématiques;

• instaurer une politique de l’arrondissement pour imposer l’aménagement de locaux communautaires dans les nouveaux développements résidentiels, à l’image du pourcentage de logements sociaux;

• développement du pôle culturel de Mercier-Est : utiliser le 25e anniversaire de la Maison de la culture Mercier comme levier, créer une signature visuelle; assurer des espaces de stationnement dans le secteur pour contrer l’isolement des aînés;

• nuisances industrielles : évaluer l’importance et la nature du camionnage de jour sur les rues du quartier; faire des représentation auprès du port et de ses locataires;

• améliorer la diffusion des informations socio-communautaires;

• mieux coordonner les plans d’urgence en cas de catastrophe, entre notre arrondissement et celui d’Anjou ainsi qu’avec Montréal-Est;

• renforcer le sentiment d’appartenance au quartier;

• multiplier les espaces de rencontre pour les citoyens;

• multiplier les initiatives pour mousser l’alimentation saine;

• organiser un salon ou une foire annuelle pour mettre en valeur les organismes du quartier;

• organiser une Fête des récoltes annuelle, fin août;

• organiser des olympiades pour Mercier-Est;

• tenir une Fête des vélos annuelle;

• valoriser les héros historiques ou actuels de Mercier-Est (murales, monuments, événements, médias).

Vos commentaires
loading...