Publicité

Camionnage, surveillance des parcs et déchets au conseil d’arrondissement

Culture, Élus
carriere

Le conseil a rendu hommage à Robert Carrière, un citoyen qui s’intéresse à l’histoire de Longue-Pointe et de Tétreaultville. Il signe ici le livre d’or en compagnie des élus et de Suzie Miron, qui a proposé sa candidature. (photo: Stéphane Desjardins)

Le conseil d’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve avait lieu ce soir (4 février). Le camionnage de transit sur les rues Notre-Dame et Sherbrooke, la surveillance des parcs et les questions environnementales ont dominé la période des questions des citoyens.

Le conseil a commencé par un hommage à Robert Carrière, un citoyen qui s’intéresse à l’histoire de Longue-Pointe et de Tétreaultville. L’homme, qui anime bénévolement deux sites Facebook, L’histoire des quartiers Longue-Pointe et Tétreaultville et Born and raised in Tétreaultville, a accumulé une impressionnante collection de photos au fil des décennies. Avant de l’inviter à signer le livre d’or, le maire Réal Ménard lui a livré un vibrant hommage: « M. Carrière perpétue la mémoire de notre quartier par pure générosité. Il fallait souligner le travail de ce passionné d’histoire. »

Ce fut également le dernier conseil d’arrondissement pour Claude Plante, le directeur des services financiers, qui prend sa retraite à la fin du mois, après plusieurs décennies de bons et loyaux services. « Ce résident du quartier a toujours servi ses concitoyens avec beaucoup de vigueur, de sérieux et de générosité. Il va nous manquer », a dit le maire.

Le maire a aussi averti les citoyens que la piscine Annie-Pelletier sera livrée en avril au lieu de février. « Une défectuosité technique dans une pente qui plonge dans la piscine doit être corrigée par l’entrepreneur. Je regrette ces délais, qui s’ajoutent à ceux liés à la grève de la construction, l’été dernier. J’en appelle à la patience de tous et chacun. »

Période de questions

Le conseil s’est poursuivi avec la période des questions aux citoyens, pour accommoder ceux qui doivent concilier vies publique et familiale. Cette période était traditionnellement située à la fin de l’ordre du jour.

La période a commencé par l’intervention d’un citoyen qui demande une interdiction aux colporteurs de sonner aux portes munies d’un autocollant « pas de publicité ». Un tel règlement existerait ailleurs à Montréal. Le maire a promis de vérifier si c’est faisable.

Camionnage

« Des citoyens se plaignent du manque de respect du règlement du camionnage de transit de nuit sur la rue Notre-Dame », est intervenue Geneviève Dufresne, de Solidarité Mercier-Est (SME). Cette dernière a mentionné que plusieurs personnes ont souligné ce problème au Comité environnement et urbanisme de SME du 16 janvier dernier (v. notre texte). Elle a félicité les élus pour avoir voté un tel règlement et leur a demandé comment l’arrondissement allait s’y prendre pour le faire respecter. M. Ménard a demandé à Pierre Landry, directeur du poste de police de quartier 48, d’éclaircir la situation : « Nous faisons des inspections et, même si nous sommes présents, je dois reconnaître qu’il y a encore du travail à faire. C’est clair qu’on doit éduquer davantage les camionneurs. C’est un défi pour les forces policières. »

Toujours au sujet du camionnage, sur la rue Sherbrooke cette fois, Mme Suzie Miron, qui a siégé sur un comité sur ce sujet avec le maire, se demandait si le dossier allait aboutir. Il s’agit d’un projet d’interdire le camionnage de transit sur la rue Sherbrooke, de nuit, entre l’autoroute 25 et la rue Georges V. Le maire Ménard a répondu que l’actuel responsable du comité circulation, Richard Celzi, conseiller de Tétreaultville, « vit une courbe d’apprentissage accélérée. Nous avons travaillé avec les arrondissements limitrophes d’Anjou, Ville-Marie et Rosemont, ainsi que la Ville de Montréal-Est et le ministère des Transports du Québec (MTQ). Ils ont donné leur accord et doivent l’approuver chacun de leur côté. Nous espérons que ça aboutisse fin février début mars. »

Surveillance des parcs

La table de sécurité urbaine d’Hochelaga-Maisonneuve a exprimé sa vive préoccupation, transmise par M. Serge Doucet, directeur de Tandem Mercier Hochelaga-Maisonneuve, concernant l’abolition de postes de surveillants d’installations dans les parcs en été. « Ils contribuent largement au renforcement du sentiment de sécurité pour les jeunes familles et les aînés, à la diminution du vandalisme et des coûts, et stimulent la fréquentation des parcs », a-t-il dit. Le maire Ménard a répondu que l’animation sera maintenue dans les parcs, malgré les coupures de 216 000$. « Ce sont des choix douloureux. On aurait aimé ne pas couper, mais la situation budgétaire est bien connue », a poursuivi le maire.

Environnement

En ce qui concerne une éventuelle usine de pré-traitement des déchets domestiques pour l’ensemble de Montréal, le maire Ménard a confirmé qu’il y avait deux sites envisagés, un dans l’ouest de l’île et un autre à Montréal-Est. Selon plusieurs informations qui circulent dans les milieux concernés, c’est ce dernier site qui risque de l’emporter. Ce qui fera exploser le camionnage dans le quartier. Le maire Ménard a reconnu que le principe d’équité territoriale ne sera pas totalement respecté. « Le maire de Montréal, Denis Coderre, en a fait un engagement électoral de ne pas installer ce centre dans l’ancienne carrière Saint-Michel. Dans ce contexte, ce qui m’importe, c’est que la technologie l’emporte sur la géographie. Le site doit respecter des critères pour diminuer les nuisances concernant les odeurs et le camionnage. Il sera certainement situé dans une zone industrielle. » Le maire a confirmé que le projet fera l’objet d’une consultation publique.

Le conseil a aussi adopté le règlement relatif à la taxe aux services 2014 de l’arrondissement (v. autre texte).

Vos commentaires
loading...