Publicité

L’ancienne caisse populaire Saint-Justin est à vendre

Économie
L'immeuble, qui a été construit en 1967 et dont l'architecture reflète parfaitement l'époque moderniste, est vide. On demande 975 000$. Une garderie pourrait parfaitement s'y loger. (photo: Stéphane Desjardins)
L’immeuble, qui a été construit en 1967 et dont l’architecture reflète parfaitement l’époque moderniste, est vide. On demande 975 000$. Une garderie pourrait parfaitement s’y loger. (photo: Stéphane Desjardins)

L’édifice emblématique de l’ancienne caisse populaire Saint-Justin est à vendre, rue De Grosbois. On demande 975 000$.

La Caisse populaire de Longue-Pointe a finalement mis en vente son point de service Saint-Justin. L’immeuble, qui a été construit en 1967 et dont l’architecture reflète parfaitement l’époque moderniste, est vide. Seuls les guichets automatiques sont opérationnels et la caisse espère que l’acheteur acceptera de maintenir le service. Sinon, elle devra les installer ailleurs.

« En 2004, nos deux caisses ont fusionné et nous nous sommes engagés à maintenir le point de service de la rue De Grosbois pendant cinq ans. Finalement, nous l’avons maintenu presque dix ans », explique la directrice générale de la Caisse populaire Longue-Pointe, Lucie Séguin.

« La fréquentation, à Saint-Justin, n’a cessé de baisser depuis dix ans, reprend-elle. Mais, depuis cinq ans, la baisse est flagrante. Il fallait prendre cette décision difficile, par équité pour tous les autres membres et aussi en fonction de la pérennité de la caisse. Les gens changent massivement leurs façons de transiger avec les institutions financières. Internet l’emporte définitivement sur les guichets. Nos membres se servent massivement du service AccèsD et du programme Bonidollars offerts avec la carte Visa. La baisse du nombre de transactions est même assez importante chez les guichets automatiques! Le monde change et il faut s’y adapter. » La directrice confirme qu’à la fin, seulement une ou deux personnes par jour se présentaient à l’ancienne caisse Saint-Justin.

Mme Séguin affirme que la caisse fait tout en son possible pour accompagner sa clientèle âgée pendant cette transition.

Les clients qui fréquentaient l’immeuble de la rue De Grosbois ont le choix entre les guichets automatiques qui s’y trouvent toujours ou d’aller au siège social, au 8025, rue Notre-Dame, à l’est d’Honoré-Beaugrand, près de l’église Saint-François-d’Assise.

La directrice ajoute que la caisse a augmenté ses heures d’ouverture à 46 heures par semaine. Tous les matins, l’institution ouvre ses portes à 9h. Les lundi, mardi et vendredi, elle ferme à 17h; les mercredi et jeudi, elle ferme à 20h tout autant pour les services conseil que courants.

Un grand immeuble

L’immeuble, dont la vente est pilotée par la Fédération des caisses Desjardins du Québec (v. lien), fait 8208 pieds carrés, sur un terrain de 9652 pieds carrés. Il comporte environ cinq espaces de stationnement et une rallonge de deux étages construite en 1990. La firme CCI Consultants occupait cette partie jusqu’à l’an dernier. Le bâtiment principal fait 4919 pieds carrés et est pourvu d’une mezzanine de 3289 pieds carrés. Il y a aussi un sous-sol de 8208 pieds carrés.

L’évaluation municipale est de 910 000$ et les taxes municipales et scolaires annuelles sont de 37 620$. Desjardins estime le revenu de loyer potentiel à 107 352$ par année si on tient compte de tous les locaux disponibles. Les dépenses d’exploitation se chiffraient à 107 352$ l’an dernier. L’immeuble est en bon état.

Desjardins confirme avoir eu des manifestations d’intérêt mais aucune offre à ce jour. Parmi les utilisations potentielles, hormis les habituels bureaux et commerces, on mentionne une garderie. Vu le déficit de places en garderie dans le quartier, ce serait une excellente nouvelle, même pour les futurs utilisateurs, car l’immeuble est situé à un pâté de maisons du parc Thomas-Chapais.

Vos commentaires
loading...