Publicité

Le blogue de Richard Celzi et Réal Ménard : Le stationnement dans le Faubourg Contrecœur

Vie de quartier
À la suite de représentations que nous avons faites auprès de la STM, il a été décidé de procéder à des évaluations afin de trouver de nouvelles places de stationnement et d’assurer la quiétude du voisinage. (photo: Stéphane Desjardins)
À la suite de représentations que nous avons faites auprès de la STM, il a été décidé de procéder à des évaluations afin de trouver de nouvelles places de stationnement et d’assurer la quiétude du voisinage. (photo: Stéphane Desjardins)

Le nouveau développement résidentiel du Faubourg Contrecœur est un endroit où il fait bon vivre. Le nouveau parc Carlos d’Alcantara et le développement commercial à venir viseront aussi à enrichir la vie de quartier. Pas surprenant que de nombreuses familles aient récemment décidé de s’y installer et de s’y épanouir !

Nous sommes cependant conscients qu’il reste encore des ajustements à faire. Ce milieu de vie continue effectivement de se transformer dans le cadre de la phase IV d’aménagement du Faubourg.

Récemment, les questions de la desserte de la ligne d’autobus 26 de la Société de transport de Montréal (STM) et du stationnement sur rue ont suscité des réactions citoyennes, comme l’a noté le Contrecoeur-express.ca le 28 janvier dernier.

Les désagréments seraient de deux ordres :

1- Les arrêts de l’autobus 26 seraient trop longs, réduisant ainsi le nombre de places pour du stationnement résidentiel. Par exemple, il y aurait trop peu d’espaces de stationnement dans la partie centrale du Faubourg, notamment dans les rues Robitaille, Claude-Masson, Anne-Courtemanche et de Contrecoeur;

2- Le terminus de fin de ligne de l’autobus, érigé au coin des rues Claude-Masson et Robitaille, amènerait une circulation trop dense sur Claude-Masson.

Comme élus, il est toujours rassurant de voir les citoyens s’engager activement dans leur milieu de vie, en nous interpellant afin de trouver des solutions à leurs problèmes. C’est la raison pour laquelle il nous a fait plaisir d’aller à la rencontre des résidents préoccupés par ces questions, le 9 janvier dernier. Pour l’occasion, nous avions également demandé à Alain Labelle, chef de division à la STM, de nous accompagner.

À la suite de représentations que nous avons faites auprès de la STM, il a été décidé de procéder à des évaluations afin de trouver de nouvelles places de stationnement et d’assurer la quiétude du voisinage.

Richard Celzi et Réal Ménard

Comment ?

D’abord, dès l’adoucissement des températures, la STM mesurera la longueur de tous les arrêts d’autobus à partir de la rue Sherbrooke jusqu’à la fin de la ligne. Les arrêts d’autobus doivent normalement faire 27 mètres (environ 90 pieds). Dans le cas où des arrêts seraient plus longs que 27 mètres, ceux-ci seront raccourcis, libérant ainsi quelques espaces de stationnement.

De plus, la STM validera le positionnement des arrêts, la signalisation en place ainsi que le niveau d’achalandage. Des observations seront menées sur le terrain afin de déterminer le nombre précis de personnes qui embarquent et débarquent de l’autobus dans la dernière portion du trajet de l’autobus 26, incluant les personnes qui utilisent le terminus de fin de ligne. Si le taux d’achalandage pose problème, nous veillerons, de concert avec la STM, à trouver une solution satisfaisante pour tous.

Enfin, la STM s’engage à revoir le positionnement des autobus qui passent par le terminus de manière à ce que leurs phares ne soient pas dirigés sur les maisons.

Toutes les vérifications seront complétées dès le mois d’avril. Nous nous sommes déjà engagés à communiquer avec les citoyens concernés quand nous aurons reçu les résultats des vérifications.

Le dossier est en cours et notre volonté est d’agir pour le bien collectif, de façon à assurer un milieu de vie de qualité à tous les résidents du quartier, les mêmes personnes qui prennent parfois leur voiture, arpentent les rues comme piétons à d’autres occasions ou grimpent dans l’autobus pour aller travailler.

Dossier à suivre!

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...