Publicité

L’école et les arts fête ses 20 ans

Culture
jboudreau

Julie Beaudoin, coordonnatrice générale de L’école et les arts, pose au sein de la dernière exposition tenue en collaboration avec la Maison de la culture Mercier, l’Art en boîte. (photo: Stéphane Desjardins)

Il y a 20 ans naissait un projet unique à Montréal : L’école et les arts. Portrait d’un programme qui rend les arts accessibles aux jeunes du quartier, qu’ils soient riches ou pauvres.

« L’école et les arts est né parce qu’en 1994, on voulait que les élèves du quartier aient accès à des activités culturelles de qualité à proximité de leurs écoles », explique Julie Beaudoin, coordonnatrice générale. Les directeurs d’école et l’agent culturel de l’époque à la Maison de la culture Mercier, Sylvain Galarneau, ont donc imaginé ce programme unique à Montréal, qui est envié partout dans le monde scolaire et dans le réseau Accès Culture. Ils ont lancé un projet-pilote d’un an et ça fait 20 ans que ça dure!

Devant le succès du programme, en 1997, L’école et les arts devient un organisme sans but lucratif. Au début, le quartier de Rivière-des-Prairies s’était joint au programme mais, en 2005, ils se sont retirés pour lancer le leur.

Découvrir et apprendre

L’école et les arts entend faire découvrir les arts de la scène aux jeunes. On mise donc sur la musique, la danse, la chanson, les marionnettes, le multidisciplinaire et même le cirque. Le but est de plonger les jeunes spectateurs dans un environnement de spectacle professionnel, livré sur une vraie scène et non dans le gymnase de leur école.

Entre 34 et 36 écoles participent au programme, selon les années. Il n’y a pas d’obligation : les écoles s’inscrivent selon leurs besoins, en fonction de la programmation offerte par l’École et les arts.

Concrètement, le programme offre deux types d’activités : les spectacles, qui sont livrés à la Maison de la culture Mercier, et les activités au sein même des écoles. Le volet « spectacles » s’adresse à la clientèle du primaire. Le volet « dans les écoles » s’adresse tant aux niveaux primaire, secondaire qu’aux écoles spécialisées.

Parfait pour les enseignants

Contrairement aux sorties scolaires traditionnelles, L’École et les arts offre un programme « clé en mains ». « C’est notre marque de commerce : nous fournissons le transport en autobus depuis l’école jusqu’à la Maison de la culture, le spectacle et le matériel pédagogique pour les enseignants, reprend Julie Beaudoin. Chaque spectacle a son matériel, ce qui permet aux enseignants de préparer les élèves. Certains en profitent même pour exiger des exercices portant sur des thèmes liés au spectacle dans leur enseignement régulier. » L’école et les arts offre même une visite éclair d’une quinzaine de minutes par une animatrice, qui vient présenter le spectacle directement dans la classe. « Cette courte prestation ne bouleverse pas l’agenda de la journée et permet de stimuler l’intérêt des jeunes », reprend Mme Beaudoin.

« Pour nous, l’aspect pédagogique est fondamental, poursuit-elle. Nous tenons à travailler avec les enseignants. »

« Les écoles n’ont ni les budgets ni le temps ou l’expertise pour négocier avec les artistes, réserver des spectacles ou produire le matériel pédagogique, ajoute Julie Beaudoin. D’autant plus que notre service est gratuit. »

Le programme permet aux élèves d’avoir accès à trois spectacles par année pendant sept ans. Au terme de leur primaire, les élèves auront vu 21 spectacles si leur école participe à toutes les activités.

Chaque année, entre 15 000 et 16 000 élèves fréquentent ainsi la Maison de la culture Mercier. Avec les activités livrées directement en classe, L’école et les arts rejoint 29 000 élèves par année. L’assistance se monte à 395 000 spectateurs par année pour toutes les activités.

Une aubaine

L’école et les arts dispose d’un budget annuel d’environ 200 000$ et d’un seul salarié, sa coordonnatrice. Avec ces maigres ressources, l’organisme tient 550 activités, prépare des dizaines de cahiers pédagogiques et tient un showcase annuel où professeurs, directeurs d’école et même élèves sont invités à la Maison de la culture. L’événement, qui aura lieu le 10 avril, permet de découvrir la programmation à venir grâce à des prestations des artistes eux-mêmes.

L’école et les arts bénéficie du soutien de plusieurs commanditaires, dont Desjardins, le Club optimiste Tétreaultville et Québecor, qui appuie le projet Lisons ensemble. Il s’agit d’ateliers de lecture tenus en classe à partir de livres, de spectacles et de performance théâtrales portant sur des thèmes précis.

Les services de L’école et les arts (6,50$ par élève par sortie, plus 3,50$ pour chaque élève qui voyage par bus) sont défrayés de plusieurs manières, notamment grâce aux Comités de quartier de la CSDM, par la Maison de la culture Mercier qui assume les frais de la salle et de son personnel technique, ainsi que par les commanditaires. L’école et les arts est reconnu et soutenu financièrement par le programme Une école montréalaise pour tous, des ministères de la Culture et de l’Éducation, qui permet de soutenir les clientèles défavorisées. De plus, certaines écoles paient une partie de la facture en organisant des campagnes de financement.

Du changement

Pour ses 20 ans, L’école et les arts a lancé son propre blogue. Cinq nouvelles écoles d’Hochelaga-Maisonneuve se joindraient possiblement au programme de sorties scolaires, dès mars.

Vos commentaires
loading...