Publicité

Un arrondissement qui vieillit

Économie, Environnement, Vie de quartier
CEDEST

La population de Mercier Hochelaga-Maisonneuve est jeune mais vieillit rapidement. L’arrondissement présente aussi de grandes zones de pauvreté et une population massivement peu scolarisée, selon une étude présentée par les chercheur de la CDEST. À droite, le D.G., Didier Fleury. (photo: Stéphane Desjardins)

Constat connu : la population de Mercier Hochelaga-Maisonneuve est jeune mais vieillit rapidement. L’arrondissement présente aussi de grandes zones de pauvreté et une population massivement peu scolarisée.

C’est ce qui ressort d’un bilan présenté par la Corporation de développement de l’est de Montréal (CDEST) dans le cadre de l’élaboration de son prochain plan d’orientation stratégique (PALÉE, v. autre texte). La CDEST a ainsi présenté un portrait socio-économique de Mercier Hochelaga-Maisonneuve.

Les chercheurs de la CDEST se sont abreuvés aux données de Statistique Canada, issues du dernier recensement fédéral de 2011, qui couvre la période 2006-2001. Ils ont souligné les limitations de leur échantillon et les problèmes méthodologiques liés aux changements apportés par le gouvernement de Stephen Harper, qui ont passablement compliqué leur tâche.

Voici des données tirées de la présentation de la CDEST de mardi (25 février) dernier, concernant la population de l’arrondissement :

Territoire

Une situation géographique privilégiée

L’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve a une superficie de 25,4 km2: c’est le cinquième plus grand arrondissement de la ville.

Il compte plusieurs axes de circulation majeurs : l’autoroute 25, le pont-tunnel Louis-H. Lafontaine et le port de Montréal, neuf stations de métro et de nombreuses lignes d’autobus.

Un territoire à vocation essentiellement résidentielle

En matière d’utilisation des sols, c’est le secteur de l’habitation qui occupe la plus grande partie du territoire.

On y retrouve 65 665 logements privés qui abritent 131 483 résidents.

Hochelaga est le quartier le plus densément peuplé avec 9 544 habitants au km2.

Mercier Hochelaga-Maisonneuve a très peu de terrains vacants disponibles affectés à l’usage résidentiel.

Les projets de conversion de bâtiments non résidentiels et les changements d’affectations de secteurs traditionnellement institutionnels ou industriels se sont multipliés au cours des dernières années.

Une grande disponibilité de terrains pour le développement

L’arrondissement dispose d’une importante quantité de pieds carrés de terrains à développer.

La récession des années 1980 a eu raison de beaucoup de grandes entreprises et a laissé une trame industrielle morcelée avec de nombreux terrains vacants ou abandonnés.

Combinés, les secteurs « De L’Assomption » et « Dickson » offrent plus de 5 380 000 pieds carrés (500 000 m2) disponibles.

Plusieurs axes commerciaux à mettre en valeur

Mis à part la Place Versailles qui est un centre commercial de type classique, les concentrations de commerces se retrouvent principalement sur les différentes artères de l’arrondissement.

Dans Mercier-Ouest et Mercier-Est, la rue Sherbrooke offre une multitude de commerces et de services aux résidents.

L’axe Hochelaga/des Ormeaux ainsi que le boulevard Notre-Dame le long de la promenade Bellerive sont aussi deux artères commerciales.

Population

Une faible augmentation de la population

Mercier – Hochelaga-Maisonneuve est le 4e arrondissement le plus populeux (8 % de la population totale) de Montréal, avec 131 483 habitants

Augmentation de 2 390 personnes (faible hausse de 1,8 %, même que Montréal

Une forte proportion de jeunes, mais une population qui vieillit

Mercier – Hochelaga-Maisonneuve a une structure démographique dominée par les 25-34 ans : 18,2 % de la population totale

Tout près de 25 % de la population qui se retrouve en dessous de 25 ans

L’arrondissement a un indice de vieillissement de 0,81, comparativement à Montréal, dont l’indice de vieillissement de 0,99 (le seuil d’équilibre est de 1).

Hochelaga et Maisonneuve, le groupe le plus représenté est celui des 25-34 ans (plus de 25 %

Mercier-Est et Mercier-Ouest, c’est la tranche des 45-54 ans qui domine

Les femmes sont plus âgées que les hommes

Les 66 675 femmes de l’arrondissement sont légèrement plus âgées que l’ensemble des Montréalaises. Leur âge médian de 41,7 ans se compare au 39,7 ans pour Montréal.

Les 64 800 hommes recensés, ils ont aussi un âge médian légèrement supérieur à la moyenne montréalaise, soit 38,9 ans versus 37,6 ans.

Familles et ménages

Une famille sur quatre est monoparentale

En 2011 : 7 665 familles monoparentales dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve (24 % du total des familles).

C’est supérieur aux taux de Montréal, de la Région métropolitaine de recensement de Montréal (RMR) et de la province.

Près de 80 % de ces familles monoparentales sont dirigées par des femmes.

Les célibataires et les gens en couples au nez à nez

Les gens mariés ou en union libre sont ceux qui sont les plus représentés dans l’arrondissement (43,6 %).

Les gens célibataires : 39,4 % (moyenne montréalaise de 36,4 %).

Beaucoup de personnes vivent seules

Les ménages de l’arrondissement sont essentiellement composés de personnes seules.

Presque un ménage sur deux ne compte qu’une seule personne (moyenne de l’arrondissement de 44,8 % comparé à celle de la Ville de Montréal à 40,7 %).

Mercier-Est compte le moins de ménages de personnes seules (taux inférieur à celui de Montréal).

1,6 enfant par famille

L’arrondissement compte 32 110 familles.

18 355 familles ont des enfants à la maison contre 13 755 qui n’en a pas.

Plus de la moitié des familles ont un enfant, près du tiers en ont deux et un peu plus de 10 % en ont trois ou plus.

En moyenne, on dénombre 1,6 enfant par familles.

Hochelaga est le quartier qui compte le moins de familles avec enfant (47,6 % des familles) alors que Mercier-Est est celui où l’on dénombre le plus de familles avec enfants (60,2 %).

Habitation

Un arrondissement de locataires

Seul le tiers des occupants sont propriétaires.

81 % de la population de Hochelaga est locataire comparé à 44% pour Mercier-Est, ce qui est supérieur à la moyenne de Montréal qui est de 33 %.

37,1 % de la population de l’arrondissement consacre plus de 30 % de ses revenus aux coûts reliés à l’habitation, c’est inférieur au taux montréalais, qui est de 40,3 %.

Le coût mensuel des loyers est de 662 $ pour les locataires, ce qui représente 70 $ de moins que la moyenne montréalaise.

Les propriétaires qui consacrent en moyenne 42 $ de moins par mois que le reste des propriétaires montréalais (1 119 $ contre 1 161 $).

Hochelaga est le quartier qui a la plus forte proportion de locataires consacrant 30 % ou plus de ses revenus à l’habitation (42,9 %), alors que Mercier-Est est celui où les locataires sont les moins nombreux dans cette situation (32,9 %).

Un parc immobilier inégal selon les quartiers

Plus de 10 % des logements dans Maisonneuve et jusqu’à 13,4 % dans Hochelaga nécessitent des investissements majeurs

Dans Mercier-Est et Mercier-Ouest, où plus de logements ont été construits après 1960, c’est moins de 7 % qui nécessitent d’importants travaux d’entretien.

Immigration

Un résident sur cinq est né à l’extérieur du Canada

Sur les 131 483 résidents, 24 015 seraient originaires d’un autre pays. (près d’une personne sur cinq).

Mercier-Ouest est le quartier qui attire le plus les immigrants. Pour la période 2006 et 2011, 42,5 % des nouveaux arrivants s’y sont installés.

Au total, 26 % de sa population serait d’origine étrangère.

La proportion est de 15,6 % dans Mercier-Est.

L’Afrique est la région du monde d’où provient la plus grande part des nouveaux arrivants.

Sur les 7000 immigrants arrivés entre 2006 et 2011, 1 080 arrivent d’Algérie.

Quant aux minorités visibles, les noirs sont ceux qui sont le plus représentés dans l’arrondissement. Viennent ensuite les Arabes et les Latino-Américains

Langues

Un arrondissement essentiellement francophone

Le français est la langue principale dans plus de 80 % des foyers du territoire.

Les langues non officielles sont plus parlées que l’anglais

Près de 10 % des répondants ont affirmé parler une autre langue que le français ou l’anglais.

Près d’une personne sur deux affirme maîtriser l’anglais et le français

Près de la moitié de l’arrondissement maîtrise les deux langues officielles (proportion supérieure au Québec mais moins que celle de Montréal).

Mercier-Est est celui qui compte le plus de gens parlant uniquement le français.

Diplomation

Un taux de diplomation inférieur à la moyenne montréalaise

À 84,2 %, Mercier Hochelaga-Maisonneuve a un taux de diplomation inférieure à la moyenne montréalaise et provinciale.

Une personne sur cinq est sans diplôme dans Hochelaga.

L’arrondissement possède plus de gens ayant un diplôme universitaire, tant de premier cycle que des cycles supérieurs, comparativement au Québec.

Beaucoup de détendeurs d’un diplôme d’apprenti ou d’une école de métier

Dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve, la proportion de gens ayant un diplôme d’apprenti ou d’une école de métier est supérieure à la moyenne montréalaise.

Mercier-Est se démarque

Mercier-Est est le quartier qui a le deuxième moins fort taux de diplomation, après Hochelaga.

Mercier-Est est le seul quartier où les gens possédant uniquement un diplôme d’études secondaires dépassent ceux ayant un diplôme de premier cycle universitaire.

Mercier-Est compte le plus de gens ayant un diplôme d’apprenti ou d’une école de métier.

Emploi, activité, chômage

Une proportion importante de prestataires d’aide sociale

Comparativement aux taux de la ville de Montréal (63,2 % et 56,9 %), les taux d’activité et d’emploi sont légèrement supérieurs dans l’arrondissement (63,4 % et 57,8 %).

Hochelaga-Maisonneuve avait 15,2 % de sa population ayant recours à l’aide sociale (assurance sociale et solidarité sociale) versus 6 % pour l’ensemble de l’île de Montréal.

La situation était toutefois moins alarmante dans Mercier où 7,7 % de la population nécessitait ces aides.

Revenu

Un revenu médian inférieur à celui de l’ensemble des Montréalais

Le revenu médian des ménages de Mercier Hochelaga-Maisonneuve est inférieur à celui de l’ensemble des Montréalais.

Mercier-Est est le quartier où l’on retrouve les revenus médians les plus élevés, à la fois pour les particuliers (28 256 $) que pour les ménages (46 142 $), comparativement à Montréal.

Hochelaga, qui est le quartier où l’on retrouve les revenus médians les plus faibles : pour les particuliers, c’est une différence de 7 818 $ et, pour les ménages, de 14 551 $, comparativement à Montréal.

Une personne sur trois a un faible revenu après impôts

Mercier Hochelaga-Maisonneuve compte une population ayant un faible revenu après impôt en 2010 plus importante en proportion que celle de la Ville de Montréal (28,8 % contre 26,4 %) et ceux de la province (16,7 %).

Hochelaga compte près de quatre personnes sur dix dans cette situation (plus de deux fois supérieur à la moyenne québécoise).

Les aînés sont ceux les plus touchés par les faibles revenus

Les 65 ans et plus sont ceux qui doivent composer le plus avec de faibles revenus : 30,8 % des aînés se retrouvent dans cette situation (moyenne montréalaise : 23,2 %).

Pauvreté chez les enfants; des statistiques encourageantes

31,1 % des enfants de moins de 6 ans de Montréal vivent en situation de pauvreté, comparativement à 28,5 % dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve.

Mercier-Est est le quartier où cette réalité est la moins présente avec un taux de 20,6 %.

Établissements, emplois

L’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve comptait, en juin 2013, 2 311 établissements (ou employeurs)

Hochelaga : 439

Maisonneuve : 393

Mercier-Est : 531

Mercier-Ouest : 948).

Les cinq principaux secteurs d’industries en termes de nombre d’établissements étaient : commerce de détail (surtout grâce à la Place Versailles), services (sauf gouvernements), soins de santé, services professionnels, hébergement et restauration.

Les petites entreprises, importantes dans le tissu économique

95 % des établissements de l’arrondissement comptent moins de 50 employés, soit 2185 sur un total de 2311.

1 sur 2 établissements comptent moins de cinq employés

La répartition de ces établissements est relativement égale entre Hochelaga-Maisonneuve (36 %), Mercier-Est (23 %) et Mercier-Ouest (41 %).

Six grands secteurs

Mis à part les grandes artères commerciales, les établissements sont localisés essentiellement dans six grands secteurs : L’Assomption, Dickson, L.H. Lafontaine, De Rouen, Moreau, Des Ormeaux.

 

Vos commentaires
loading...