Publicité

Les taxes adoptées sans Projet Montréal

Élus
menard

Le maire Ménard a dû composer avec l’opposition des conseillers de Projet Montréal pour adopter le budget de l’arrondissement (photo: Stéphane Desjardins)

Le conseil d’arrondissement de l’arrondissement de Mercier Hochelaga-Maisonneuve a adopté ce soir (4 février) le règlement relatif à la taxe aux services 2014 à la majorité. Un désaccord poli a émergé chez les élus, ceux de Projet Montréal ayant enregistré leur dissidence.

Les deux conseillers de Projet Montréal, Éric Alan Caldwell et Laurence Lavigne-Lalonde ont toutefois voté contre. Le maire a dû trancher pour que la majorité l’emporte.

Mme Lalonde a souligné que tous les élus ont à cœur de ne pas alourdir le fardeau fiscal des contribuables. Elle et son collègue Caldwell ont proposé de considérer de nouvelles avenues de financement, notamment en moussant l’efficacité au sein des services. Un exercice déjà en cours.

Le maire a précisé que le budget de l’arrondissement est passé de 72,3M$ l’an dernier à 71M$ cette année. De plus, la ville centre a exigé des coupures dans la masse salariale d’environ 1M$. Malgré des revenus en hausse dans les recettes locales, notamment par une augmentation de la taxe locale de 1 cent par 100$ d’évaluation, qui va rapporter 1,6M$, il a fallu utiliser le surplus accumulé pour équilibrer le budget.

Affrontement poli

M. Caldwell a questionné le maire sur les augmentations moyennes des taxes globales de 2,3% dans l’arrondissement. « Durant la campagne électorale, tout le monde s’entendait pour une cible moyenne dans les 2%. En faites-vous, M. Ménard, votre cible pour 2015? »

Ce dernier a répondu que le rôle d’évaluation a bondi en moyenne de 19,5% pour l’ensemble de la ville, et de 16% dans Mercier Hochelaga-Maisonneuve. « Les hausses les plus importantes ont été constatées dans le Sud-Ouest (à cause du canal Lachine), le Plateau Mont-Royal et Rivière-des-Prairies. C’est certain que je souhaite que l’augmentation du fardeau fiscal soit contenue. Ce serait parfait si nous respections l’inflation, par exemple. Mais pour seulement maintenir les services à la population, il faut ajouter 2,5 millions (M)$ au budget chaque année. On doit appliquer les échelons inscrits dans les conventions collectives, respecter les augmentations prévues aux contrats de déneigement et les clauses d’ajustement dans l’enlèvement des ordures. Et, l’an prochain, nous devrons instaurer la cueillette des déchets compostables. Cette année, on a coupé 1,3M$ et l’an prochain, il faudra rationaliser davantage. »

M. Ménard fonde de grands espoirs dans l’effort de paramétrisation en cours à la ville centre, qui est censé se traduire par un financement des arrondissements basé sur les services rendus réellement à la population et non selon des critères historiques.

M. Caldwell a insisté sur l’importance de la capacité de payer des contribuables, pour ne pas briser leur lien de confiance, et insisté sur la cible de 2%. M. Ménard lui a répondu qu’il avait enregistré le message.

V. autre texte sur le conseil d’arrondissement.

On peut visualiser les séances du conseil d’arrondissement en cliquant ici.

Vos commentaires
loading...