Publicité

Dossier Robert Carrière : Le prix des maisons a bien changé!

Histoire
Pierre Tétreault (1858-1922), fondateur et premier maire de Tétreaultville. (photo: coll. Pierre Tétreault, Raised and Born in Tétreaultville, Robert Carrière)
Pierre Tétreault (1858-1922), fondateur et premier maire de Tétreaultville. (photo: coll. Pierre Tétreault, Raised and Born in Tétreaultville, Robert Carrière)

Le prix des maisons a beaucoup évolué au fil du temps, comme le rappelle Robert Carrière. Il y a plus d’un siècle, elles se vendaient plus cher si elles venaient avec des outils!

Contrecoeur Express publie le 5e de plusieurs textes d’un dossier sur Robert Carrière, historien de Tétreaultville et Longue-Pointe. La prochaine partie de notre dossier paraît lundi ou mardi prochain.

Pendant ses recherches, Robert carrière a déniché une photo de sa première maison, un cottage qu’il a acheté pour 9500$ en 1955. « Elle vaut certainement dans les 350 000$ aujourd’hui », dit-il, amusé.

Alors qu’aujourd’hui, on développe intensivement les terrains du Faubourg Contrecoeur et qu’on vient d’annoncer la construction de 350 unité d’habitation sur celui de la Cour de voirie Honoré-Beaugrand, M. Carrière relate le constant développement immobilier des villages de la Longue-Pointe et de Tétreaultville depuis deux siècles. Un territoire essentiellement agricole, qui s’est rapidement mué en une des premières banlieues de Montréal, dans les années 1940-1950.

« En 1948, M. Laurent Martineau labourait ses terres pour produire des fèves qu’il vendait aux supermarchés Steinberg, dit-il. Il a fini par les revendre à des promoteurs qui ont bâti le Village Champlain, qui est considéré comme la première banlieue de Montréal. Le village s’étend de part et d’autres des rues Honoré-Beaugrand et Sherbrooke. Il comprend aussi le premier centre d’achats situé sur l’Île de Montréal, au même endroit, qui est toujours debout, près du métro. »

M. Carrière a grandi près des rues Saint-Antoine et Des Ormeaux, dépourvues de voitures jusque dans les années 1930. « Les rues étaient couvertes de bouse de chevaux, à l’époque », dit-il. L’ouverture de la rue Sherbrooke vers l’est s’est faite en 1931. Hochelaga a suivi, dix ans plus tard. Ces nouvelles artères ont stimulé le développement de Mercier-Est.

« La maison derrière chez moi s’est construite en 1906. Le propriétaire l’a vendue pour 600$. L’acheteur l’a payée 10$ par mois pendant six ans, sans intérêt, sans taxes, comme l’indique le contrat de vente que j’ai récupéré. C’étaient les coutumes de l’époque. Le vendeur s’appelait Napoléon Lebrun. Il défrayait le salaire de la « maîtresse d’école » afin de vendre ses terrains et ses maisons. Il avait acheté sa terre de Lomer Gouin en 1906. Son arrière-arrière petit-fils est un de mes amis. »

Lomer Gouin fut Premier ministre du Québec de 1095 à 1920. Il a épousé la fille d’Honoré-Mercier, qui fut lui-même Premier ministre québécois de 1887 à 1891. Lomer Gouin est entré sans le sou en politique et a fini millionnaire.

Pierre Tétreault, le fondateur de Tétreaultville, construira des dizaines de maisons sur ses deux terres, qu’il avait achetées après avoir fait fortune dans les mines, au Montana. Il en a construit 87. Il a aussi érigé une église et une salle de danse le parc du Terminal (aujourd’hui, le parc Thomas-Chapais), nommé ainsi parce qu’il finança le prolongement du tramway vers l’est pour y attirer les milliers d’ouvriers irlandais qui travaillaient dans les usines de Montréal, notamment aux shops Angus. Il inaugura le parc en 1905 par une grande fête avec orchestre symphonique dans le parc du Terminal, aussi nommé le parc Grove, à l’angle des rues Pierre-Bernard et de Grosbois.

« Le grand-père de mon voisin, Louis Lachance, a ouvert le premier clos de bois du village, angle Pierre-Tétreault et Dubuisson, poursuit M. Carrière. Il avait acheté trois bâtiments sur la rue Baldwin pour 65$, au début des années 1900. Les deux maisons s’étaient vendues 20$ chacune, mais la troisième s’est vendue 25$ avec le garage et, surtout, les outils qu’il contenait! J’ai les actes de vente. »

À lire aussi:

Robert Carrière, la mémoire du quartier

Robert Carrière, ou la piqûre de l’histoire

Un quartier qui a eu son lot de catastrophes

Un quartier qui a eu son lot de catastrophes, la suite

Vos commentaires
loading...