Publicité

Le plus grand des hommages

Vie de quartier
Annie Pelletier était visiblement émue pendant le discours inaugural lors de l’ouverture de la piscine. (Patrick Deschamps, arrondissement Mercier Hochelaga-Maisonneuve)
Annie Pelletier était visiblement émue pendant le discours inaugural lors de l’ouverture de la piscine. (Patrick Deschamps, arrondissement Mercier Hochelaga-Maisonneuve)

Même si elle a déjà été intronisée au Panthéon des sports du Québec, au Hall d’honneur des Jeux du Canada et par le Comité olympique canadien, Annie Pelletier a avoué que de nommer une piscine en son nom est assurément « le plus grand hommage » qu’elle ait reçu.

La championne olympique en plongeon était présente lors de l’inauguration officielle de la piscine Annie-Pelletier (voir autre texte) le 26 avril dernier. « Nous n’avons même pas de musée des sports au Québec. Les intronisations demeurent dans des livres. Maintenant, il y a un bâtiment qui porte mon nom! » s’est exprimée Annie Pelletier en entrevue avec le Journal de Mercier-Est.

Le quartier où tout a commencé

L’ex-athlète est arrivée dans Tétreaultville à l’âge de 1 an et demi avec ses parents qui demeurent toujours dans la maison où Annie a grandi, près de l’école Saint-François-D’Assise. Elle y est restée jusqu’à l’âge de 21 ans, tout juste avant les Jeux olympiques d’Atlanta en 1996 où elle remporta sa médaille de bronze du plongeon individuel au tremplin de 3 m.

« Mes premières cascades, mes premières culbutes, c’est au parc de La Bruère que je les ai faites. J’ai toujours été très active et très téméraire, donc c’est à cet endroit que j’ai aussi eu mes premières poques. J’allais constamment à la barboteuse tout près de chez mes parents. C’est d’ailleurs de là que j’ai développé mon goût pour l’eau », confie Annie Pelletier.

Une piscine sans tremplin?

La piscine Annie-Pelletier comprend deux bassins, un pour la natation et un récréatif (pour en savoir plus sur les caractéristiques de la piscine, cliquez ici). Or, certains ont sans doute déjà remarqué qu’il n’y a pas de tremplin à la piscine Annie-Pelletier. N’est-ce pas alors un peu étrange de nommer la piscine l’honneur d’une championne en plongeon? Pas nécessairement.

Annie Pelletier explique : « Avant de sauter du haut d’un tremplin et avant même de savoir nager, il faut d’abord apprendre à aimer l’eau et apprivoiser ses peurs. C’est la base. La piscine rallie autant les enfants que les adultes, avec un côté très ludique et un autre pour faire de la natation. Avoir cette installation dans mon quartier d’enfance, c’est inestimable. Si un jour j’ai des enfants, je vais pouvoir les emmener ici. »

Vos commentaires
loading...