Publicité

L’histoire des cinq églises de la paroisse Saint-François-d’Assise

Histoire, Vie de quartier
L'exposition sur le patrimoine de la paroisse se situe à l'Espace Emmaüs, dans l'église. (photo: Marie-Eve Cloutier)
L’exposition sur le patrimoine de la paroisse se situe à l’Espace Emmaüs, dans l’église. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Fondée en 1724, la paroisse Saint-François-d’Assise de la Longue-Pointe est l’une des plus anciennes d’Amérique du Nord.

Afin de souligner ses 290 ans d’histoire, un dépliant ainsi qu’une exposition sur le patrimoine de la paroisse – où se sont succédé cinq différentes églises – ont été lancés en grande première lors de la célébration de l’eucharistie le 27 avril dernier (voir autre texte).

« L’idée de créer un dépliant ne date pas d’hier. Elle a commencé à germer lors du 275e anniversaire de la paroisse. Un comité pour faire la recherche a été formé. Des heures interminables ont été consacrées à la numérisation des documents et des images qui font partie du dépliant », souligne Réjean Charbonneau, archiviste à l’Atelier d’histoire de la Longue-Pointe.

Une petite chapelle et une première église

L’histoire débute avec la création d’une petite chapelle construite face au fleuve Saint-Laurent en 1719. Saint François d’Assise est choisi comme patron protecteur.

Dès 1722, il est permis aux habitants de la Côte de la Longue-Pointe « de construire une église paroissiale et un presbytère dans le lieu le plus commode de ladite Côte » par un Règlement de l’évêque de Québec, confirmé ensuite par un Arrêt du roi de France.

« Rappelons-nous que nous sommes alors à l’époque de la Nouvelle-France », explique Jean-Yves Bronze, historien. « Le roi de France, Louis XV, n’a que 14 ans et règne depuis à peine un an. La construction de l’église débuta le 4 juin 1724 pour se terminer en 1730. »

Cette première paroisse compte alors 32 familles. Malheureusement, le 10 juin 1893, l’église originelle est la proie des flammes.

Deuxième incendie et démolition

Malgré la destruction de la première église par le feu, une deuxième église est reconstruite immédiatement avec les mêmes pierres, mais avec un clocher plus gros. La durée de vie de ce deuxième lieu sacré sera cependant écourtée par un deuxième incendie. Le soir du 7 novembre 1907, le feu détruit une seconde fois l’édifice et une partie du presbytère.

La même année, la décision est prise de reconstruire le bâtiment rapidement. Une église plus sobre et plus modeste est construite tout près de la précédente.  Elle servira jusqu’en 1914 pour être démolie en 1922.

Place à la modernité

Étant donné l’augmentation de la population, on décide de construire une quatrième église beaucoup plus vaste et imposante derrière le presbytère avec façade sur la rue Notre-Dame. Inspirée du style romain, elle est construite en pierres et en acier.

« Malheureusement, la construction du pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine force la démolition de cette quatrième église en 1964 pour faire place au chantier de construction », raconte Jean-Yves Bronze.

Avant même la démolition de cette quatrième église, l’emplacement pour construire la cinquième église – toujours en place aujourd’hui – est établi en 1963. Prévue pour accueillir 800 personnes, l’église, d’architecture plus moderne, est construite sur la terre des Frères de la Charité, dans le quadrilatère des rues De Beaurivage, Georges-Bizet, Lafontaine et Notre-Dame.

Aujourd’hui, la cinquième église de la paroisse Saint-François-d’Assise a su s’adapter aux impératifs interreligieux et multiculturel. Depuis 2011, l’église est aussi membre du réseau « Église verte ».

 

À lire aussi:

La paroisse Saint-François-d’Assise de la Longue-Pointe célèbre ses 290 ans!

Vos commentaires
loading...