Publicité

Grand nettoyage des berges de la SAPB : une vingtaine de personnes bravent la pluie et le froid

Environnement
Malgré la température peu clémente, une poignée de gens était au rendez-vous pour le grand nettoyage des berges au Parc de la Promenade Bellerive le 4 mai dernier. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Malgré la température peu clémente, une poignée de gens était au rendez-vous pour le grand nettoyage des berges au Parc de la Promenade Bellerive le 4 mai dernier. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Malgré la pluie et le temps froid hier (dimanche), au moins une vingtaine de personnes sur les 60 inscrites se sont présentées pour participer à la onzième édition du grand nettoyage des berges au Parc de la Promenade Bellerive.

L’événement avait déjà été reporté d’une semaine à cause du haut niveau d’eau du fleuve Saint-Laurent. Malheureusement, le niveau d’eau toujours exceptionnellement élevé cette fin de semaine a forcé les gens à ramasser les déchets jonchant le sol près des rives, mais pas directement sur les berges. Environ 20 sacs de déchets ont été ramassés le temps de la matinée.

« Nous tenons l’événement de plus en plus tôt au printemps, car il est plus facile de voir les déchets dans les buissons avant le retour de la végétation », explique Carole Castonguay, directrice générale de la Société d’animation de la Promenade Bellerive (SAPB). « Par contre, puisque nous n’avons pas pu accéder aux berges cette année à cause du haut niveau de l’eau, j’ai bien peur qu’une partie des déchets que nous n’avons pas pu ramasser se retrouve dans le fleuve », se désole-t-elle.

Du progrès, mais encore du travail à faire  

Malgré la situation particulière connue ce dimanche, Mme Castonguay se réjouit de voir le nombre de participants augmenter d’année en année depuis la première édition en 2004.

« On remarque aussi que le parc est de moins en moins sale, mais il ne faut pas oublier que nous avons un restaurant McDonald pas très loin et nous constatons que nous avons encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire, peut-être encore plus en ce qui concerne les adultes que les enfants », fait remarquer Mme Castonguay.

En effet, il n’est pas rare de retrouver également du verre cassé dans le stationnement près du parc, ce qui peut être dangereux pour les enfants qui fréquentent l’endroit. « Nous aurions parfois besoin d’une sorte de police environnementale », lance la directrice de la SAPB.

Cependant, de plus en plus de citoyens décident de prendre les devants de manière individuelle et prennent le temps de ramasser des déchets lorsqu’ils prennent une marche dans le parc, tout simplement (voir autre texte à ce sujet). « Si chaque personne décidait d’en faire autant, ce serait merveilleux », commente Mme Castonguay.

À lire aussi:

Faire sa part pour l’environnement

Vos commentaires
loading...