Publicité

Les rues du Faubourg : De Contrecoeur

Histoire
Carte datant de 1914 où l’on peut voir la rue Contrecœur aujourd’hui appelée De Contrecœur (Collection : Robert Carrière)
Carte datant de 1914 où l’on peut voir la rue Contrecœur aujourd’hui appelée De Contrecœur (Collection : Robert Carrière)

La rue de Contrecœur rappelle un personnage qui a grandement marqué l’Histoire de la Nouvelle-France : Claude-Pierre Pécaudy de Contrecœur (1705-1775).

La rue de Contrecœur rend donc hommage à cet officier canadien dans les troupes de la Marine. Dans le contexte de la guerre de Conquête, celui-ci a défendu les intérêts de la Nouvelle-France dans la Vallée de l’Ohio.

« La rue de Contrecœur se nomme officiellement ainsi depuis le 13 décembre 1996. Selon les cartes historiques de l’île de Montréal, il est possible d’affirmer que cette rue existe depuis 1914 sous le nom raccourci de Contrecœur », explique Robert Carrière, historien de Tétreaultville. Aujourd’hui, elle relie les rues Anne-Courtemanche et Bellerive. Deux espaces verts d’envergure se trouvent sur son passage, soit la Promenade Bellerive et le parc Carlos-D’Alcantara, inauguré l’an dernier (v. notre dossier). La rue de Contrecœur n’a pas toujours eu l’étendue qu’on lui connaît. En effet, « c’est seulement depuis l’an 2000 qu’elle se prolonge au-delà de la rue Sherbrooke, vers le nord », reprend M. Carrière.

Qui est Contrecœur?

Très tôt dans sa vie, Pécaudy de Contrecœur embrasse la carrière des armes. À l’âge de 16 ans, il est cadet. Puis, à 20 ans, il reçoit une expectative d’enseigne. Son principal accomplissement a été d’assurer la présence française dans la Vallée de l’Ohio. En effet, cette région a longtemps été revendiquée par les deux forces coloniales d’Amérique du Nord, la France et la Grande-Bretagne, bien avant la création des États-Unis.

Sous les commandements du gouverneur de la Nouvelle-France, Michel-Ange Duquesne de Menneville, Pécaudy de Contrecœur et ses troupes prennent aux Anglais le fort Prince George le 16 avril 1754. L’effectif anglais étant seulement d’une quarantaine de personnes, ceux-ci ont préféré se retirer et laisser le site aux Français.

Comme le fort Prince George était en construction, les Français décident de le détruire et d’en construire un nouveau. Il a été nommé Duquesne en l’honneur de leur gouverneur. Cet avancement a permis aux Français de consolider leurs alliances militaires avec les peuples autochtones de la région. Il est à noter qu’à l’emplacement du fort se trouve aujourd’hui la ville de Pittsburgh, en Pennsylvanie.

En 1755, le fort Duquesne est pris d’assaut par les troupes britanniques, celles-ci étaient dirigées par Edward Braddock. L’armée britannique comptait entre 2500 et 3000 soldats et le nombre de Français et d’Amérindiens combinés s’élevait à 2000. Malgré leur désavantage numérique, les Français ont réussi à gagner la bataille.

La carrière militaire de Pécaudy de Contrecœur prend fin en 1756 quand il décide de retourner vivre au Canada, où il s’occupe de sa seigneurie. Celle-ci faisait 6 640 arpents et comptait 371 habitants en 1765. Le 3 janvier 1775, il est nommé membre du Conseil législatif. Cependant, il ne profite pas longtemps de ce nouveau titre, puisqu’il décède peu après, soit le 13 décembre 1775. 

 

Vos commentaires
loading...