Publicité

Déjà plus de 400 articles

Vie de quartier
Stéphane Desjardins, éditeur, au cocktail de financement de StationVu, en décembre 2013. (photo: Maurice Gohier)
Stéphane Desjardins, éditeur, au cocktail de financement de StationVu, en décembre 2013. (photo: Maurice Gohier)

En septembre 2013 naissait ce journal. Jamais je n’aurais cru que, moins d’un an plus tard, un tel succès soit au rendez-vous.

Après deux mois de réflexion et de programmation, le premier texte paraissait en septembre 2013 dans Contrecoeur Express, portant sur l’assemblée générale annuelle de Solidarité Mercier-Est. L’idée de base était fort simple: permettre aux résidents du Faubourg Contrecoeur de connaître les nouvelles et les informations les concernant, et créer un sentiment d’appartenance avec Mercier-Est, leur quartier d’adoption.

Le journal a connu un succès immédiat, même s’il n’a jamais été imprimé. L’importance des nouvelles locales, réalisées par des journalistes chevronnés selon les standards de qualité les plus élevés, est un besoin vital dans le quartier.

Rapidement, l’idée d’étendre le concept à l’ensemble de Mercier-Est a fait son chemin dans les esprits. Mieux: nous avons imaginé un véritable réseau de nouvelles locales, avec des journaux comme celui du Faubourg Contrecoeur dans plusieurs quartiers de la ville. Le premier serait celui de Mercier-Est. Nous avons mandaté l’Agence Monolith pour mettre sur pied une nouvelle plate-forme permettant l’édition de plusieurs journaux, tant sur Internet que sur les tablettes numériques et téléphones intelligents.Nous sommes parmi les premiers médias québécois dotés d’une telle technologie adaptative.

En avril dernier, le journal de Mercier-Est sur le réseau Pamplemousse.ca voyait le jour au chalet de la Promenade Bellerive.

Cette semaine, nous franchissons la barre des 400 articles publiés en dix mois. Ce chiffre témoigne de notre implication dans la qualité de vie du quartier. J’en ai écrit quelques-uns mais il faut aussi souligner la contribution de notre journaliste Marie-Ève Cloutier, notre journaliste stagiaire Maryse Boulons et nos nombreux blogueurs, dont plusieurs sont des élus qui ont accepté de collaborer car ils croient en l’importance d’institutions d’information locales. Nous les remercions.

Nous remercions aussi de l’appui du milieu communautaire, des commerçants, des lectrices et des lecteurs qui ont rendu possible cette belle aventure. Nous savons que nous faisons la différence car nous avons été le seul média présent aux débats électoraux des élections montréalaises et québécoises, les seuls à couvrir le forum Agir pour mon quartier organisé par Solidarité Mercier-Est et souvent les seuls à couvrir les nombreuses activités et événements organisés par le mouvement social de Mercier-Est.

Et ça marche. Car de nombreux articles attirent des centaines, voir des milliers de visites sur notre site ou dans les médias sociaux. Par exemple, notre reportage récent sur la malpropreté de la piscine Annie-Pelletier a tapé les 1000 visites en quelques heures. L’article de Robert Carrière sur Marie, enfant de personne, a fait parler de lui jusqu’aux États-Unis. Avec près de 10 000 pages-vues par semaine, un taux de clic exceptionnel de 11%, un taux d’ouverture à partir de l’infolettre de 42% (soit 22% au-dessus de la moyenne de l’industrie, grands médias inclus) et une durée de session de 5:04 minutes (quatre minutes de plus que les sites des grands médias), il est clair que vous nous avez adopté avec enthousiasme.

Aujourd’hui, nous distribuons des cartes-postales à la grandeur de Mercier-Est pour mieux nous faire connaître de la population. Abonnez-vous à notre infolettre! Incitez vos voisins et amis à le faire: c’est gratuit! Cliquez sur J’aime de notre page Facebook. Abonnez-vous à notre compte Twitter. Vous ne manquerez rien de l’actualité de votre quartier. Merci encore pour votre appui. Bonne lecture!

Vos commentaires
loading...