Publicité

Prohibition dans le quartier: on ferme!

Histoire
Le 1er mai 1906 Augustin Tétreault neveu de Pierre Tétreault et propriétaire du Grand Central Hôtel à Beaurivage, perd son permis de boisson. (Coll : Mme Tétreault, petite fille de Augustin Tétreault)
Le 1er mai 1906 Augustin Tétreault neveu de Pierre Tétreault et propriétaire du Grand Central Hôtel à Beaurivage, perd son permis de boisson. (Coll : Mme Tétreault, petite fille de Augustin Tétreault)

Nous sommes en 1906. La Longue-Pointe est frappée par la Prohibition. Surtout au village de Beaurivage, où le maire Caty suspend les licences des hôtels.

Le maire a l’appui de son conseil, sauf celui du conseiller Georges Tiffin, qui a voté pour le renouvellement de ces licences. C’est qu’à la suite d’une retraite de tempérance prêchée par le Révérend Père Ugolin, franciscain installé à Beaurivage, la presque totalité des paroissiens s’est enrôlée dans la société de tempérance. À l’époque, la tempérance était un phénomène de lutte contre les abus liés à la consommation d’alcool. Le régime sec était prôné par les adeptes de ce mouvement.

Après la cérémonie de réception, dimanche soir, à la demande du Père, tous les membres se sont rendus à la sacristie pour signer une requête demandant au conseil de retrancher le nombre des licences. «La requête a été présentée, hier soir au conseil, convoqué en réunion spéciale, par M. le curé, J. H. Lecours, qui a exhorté les conseillers à lui accorder la plus sérieuse considération et à accomplir sans faiblesse le grave devoir qui leur incombait», lit-on dans le journal.

Clifford House Hôtel, rue Notre-Dame Longue-Pointe, il y a environ cent ans. (Coll.: Robert Carrière)

Clifford House Hôtel, rue Notre-Dame Longue-Pointe, il y a environ cent ans. (Coll.: Robert Carrière)

Il avait quatre licences dans le village, et elles étaient tenues par MM. Jos Chevalier, Hormidas Bircher, Arthur Faulkner et Augustin Tétreault. Ces licences expiraient précisément le jour où le conseil se réunissait. Et, en même temps que la requête des citoyens, le conseil avait par devant lui les demandes de renouvellement.

Or, par un vote de cinq sur six, le conseil a refusé tous les renouvellements et accordé, par le fait même, la requête des citoyens.

La séance était présidée par le maire Caty. Ont voté contre le renouvellement des licences les conseillers Philias Boisvert, Philias Renaud, Thomas Pelletier, Henri Robert et Albert Lacas, M. Georges Tiffin est le seul conseiller qui ait voté pour le renouvellement.

«Ce matin, tous les hôtels de Beaurivage étaient fermés, par suite de la résolution prise, hier, par le conseil municipal», poursuit le journal.

Le 1er mai 1906, Augustin Tétreault, neveu de Pierre Tétreault et propriétaire du Grand Central Hôtel à Beaurivage, perd donc son permis de boisson, sur ordre du conseil municipal de la veille. M. Jos. Chevalier, Hormidas Bircher et Arthur Faulkner ont également perdu leur permis de boisson. Ce matin-là, tous les hôtels étaient fermés!

Vos commentaires
loading...