Publicité

Des citoyens préoccupés par le bruit

Élus
Lors de la séance du conseil d’arrondissement du 2 juillet, Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe, a déposé une motion d'appui à la motion déposée par la députée fédérale d'Hochelaga relativement à l'investissement dans le logement social de la part d'Ottawa. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Lors de la séance du conseil d’arrondissement du 2 juillet, Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe, a déposé une motion d’appui à la motion déposée par la députée fédérale d’Hochelaga relativement à l’investissement dans le logement social de la part d’Ottawa. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Le bruit, autant entre voisins qu’en ce qui concerne les transports, semble préoccuper certains citoyens qui sont venus poser des questions lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement avant le congé estival hier soir (2 juillet).

Brigitte Cousineau, résidente du secteur, affirme selon elle que le Règlement sur le bruit à l’égard de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisoneuve est en partie déficient pour l’une de ses applications. « Le dimanche 29 juin dernier, avant 9 h le matin, ma voisine a porté plaine à la police pour un bruit de tondeuse à gazon. L’agent lui a répondu que le règlement ne s’appliquait pas dans le cas de cet appareil. La même chose m’est déjà arrivée par le passé. Je salue l’ouverture d’esprit dont a fait preuve le conseil d’arrondissement pour avoir modifié son Règlement il y a deux ans, mais pourquoi ne pas avoir précisé les appareils domestiques dont l’usage est prescrit entre 9 h et 17 h la fin de semaine? » a demandé Mme Cousineau au maire de l’arrondissement MHM.

« Quand nous avons modifié le Règlement en 2012, nous n’avons pas, à tord ou à raison, inclus les tondeuses dans les appareils domestiques pour ne pas porter porter préjudice aux gens qui veulent passer leur tondeuse la fin de semaine. Le conseil d’arrondissement de l’époque en avait décidé ainsi. Cependant, on peut se rasseoir et reprendre la discussion afin de voir si on amende le règlement en ce sens », a affirmé Réal Ménard.

Nuisance quotidienne 

Le président du Collectif en environnement Mercier-Est (CEM-E), Jean Lapointe, est venu faire un suivi concernant une dénonciation adressée à l’arrondissement à propos des problèmes de bruits causés plus particulièrement par le transport par camion sur les rues Notre-Dame et Sherbrooke et par les activités portuaires du Port de Montréal.

Lors d’une récente conférence de presse (19 juin), le Directeur de santé publique de Montréal et la Ville de Montréal ont annoncé qu’ils unissaient leurs forces pour prévenir les effets du bruit du transport sur la santé de la population. En effet, les niveaux élevés de bruit générés par le trafic routier, aérien et ferroviaire sur l’île de Montréal pourraient avoir des effets sur la santé de la population, selon Richard Massé, directeur de santé publique de Montréal. Dans un avis rendu public par la DSP, il est notamment recommandé d’instaurer politique régionale de lutte au bruit provenant de sources mobiles comme la circulation routière, ferroviaire ou aérienne.

À titre de membre du comité exécutif et responsable de l’Environnement à la Ville de Montréal, Réal Ménard a alors exprimé la volonté de la municipalité à instaurer des mesures de prévention pour diminuer l’exposition de la population au bruit du transport.

« Dans le secteur où j’habite, je vis toutes les facettes des problèmes de nuisance par le bruit exprimé dans l’avis de la Direction de la santé publique. Avec les camions en circulation sur Notre-Dame, le jour, assis sur mon balcon, le bruit est infernal. J’estime que les policiers pourraient en faire plus pour contrôler les véhicules qui dépassent les limites de vitesse », a exprimé Jean Lapointe.

Le commandant Pierre Landry, chef du PDQ 48 à l’arrondissement, a réitéré que le contrôle routier est l’une des priorités dans le quartier, mais qu’il y a en effet beaucoup de livraisons par camion dans un secteur où le commercial et le résidentiel se côtoient en raison de la proximité avec le Port de Montréal.

De l’argent pour les logements sociaux

Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe, a déposé une motion d’appui à la motion déposée à la Chambre des communes par Marjolaine Boutin-Sweet, député d’Hochelaga et porte-parole en matière de logement au sein de l’opposition officielle à Ottawa, relativement à l’investissement fédéral dans le logement social.

« Étant donné que le gouvernement fédéral refuse de renouveler le versement de subventions pour les logements sociaux et que les municipalités n’ont pas les moyens de pallier ces coupes et considérant que ces actions ont des conséquences importantes dans le budget de centaines de famille, nous désirons appuyer la motion de madame Boutin-Sweet », a déclaré Laurence Lavigne-Lalonde.

L’arrondissement de MHM compte plus de 6320 logements sociaux et communautaires, soit le troisième arrondissement en comptant le plus après le Sud-Ouest et Ville-Marie.

Le conseil d’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve fait relâche pour le mois d’août. D’ici la prochaine réunion en septembre, le maire Réal Ménard invite les citoyens à profiter de la programmation estivale dans le quartier afin de profiter pleinement de l’été.

Vos commentaires
loading...