Publicité

Première bibliothèque libre-service, rue Eugène-Achard

Culture, Vie de quartier
La superbe bibliothèque en libre-service a été réalisée sur-mesure par les Ateliers d'Antoine, une entreprise de réinsertion sociale. (photo: Stéphane Desjardins)
La superbe bibliothèque en libre-service a été réalisée sur-mesure par les Ateliers d’Antoine, une entreprise de réinsertion sociale. (photo: Stéphane Desjardins)

Une première boîte d’échanges de livres en libre-service dans Mercier-Est vient d’être installée par une famille de la rue Eugène-Achard. L’initiative est un franc succès.

« Au bout d’une semaine, tous les livres que nous avions déposés dans la boîte sont partis et ont été remplacés par d’autres. Nous sommes très heureux du résultat », explique Véronique Lalonde, directrice des services au PITREM et résidente à l’origine de ce projet, initié avec son conjoint. La boîte est située devant le 5822, Eugène-Achard.

Les bibliothèques en libre-service, où les gens peuvent s’échanger des livres tout à fait gratuitement, se répandent dans les grandes villes. Montréal ne fait pas exception, notamment dans Rosemont. « Ce genre de projet souligne l’esprit de communauté dans Rosemont, reprend Mme Lalonde. Cet esprit existe aussi dans le quartier. On le voit tous les jours. Les gens se parlent, c’est clair. Mais nous voulions poser un geste pour en faire davantage pour la vie de quartier. Pour mousser les liens entre jeunes et vieux, entre les familles, les voisins, les gens de différentes origines. »

Mme Lalonde et son conjoint, Alexandre Lanoix, ont glissé une gamme variée d’ouvrages dans leur boîte, plantée juste devant leur domicile. M. Lanoix a même annoncé l’apparition de la boîte sur son compte Twitter. « On a mis des livres pour enfants, des romans, des livres de recette, de philosophie. Le premier qui est parti fut le “Guide d’autodéfense intellectuelle” de Normand Baillargeon (Lux éditeur), ce qui est quand même remarquable. Les livres pour enfants sont aussi très populaires, vu le grand nombre de jeunes familles dans le quartier. Mon fils se réjouit d’y trouver de nouvelles lectures! Et les livres de recettes intéressent les jeunes parents », ajoute l’initiatrice du projet, qui insiste sur les notions de partage et d’appartenance au quartier.

La famille Lalonde-Lanoix a fait affaire avec les Ateliers d’Antoine, une entreprise d’insertion au marché du travail d’Hochelaga-Maisonneuve, qui a produit la magnifique boîte sur mesure à l’épreuve des intempéries, pourvue d’une porte vitrée en plexiglas. « À notre avis, c’est la première boîte du genre dans l’est de Montréal. Mais nous aimerions qu’elles se multiplient dans le quartier », ajoute Véronique Lalonde.

L’Éco-Quartier Tétreaultville a lancé un service similaire l’an dernier, devant ses locaux, rue de Grosbois. Les livres étaient offerts sur des étagères recouvertes de bâches. « Ça a marché très fort, relate Marion Bonhomme, coordonnatrice de l’Éco-Quartier. Les gens sont venus nous porter des centaines de livres. Ils signaient massivement le livre d’or. L’expérience a ralenti l’hiver dernier. Nous ne l’avons pas renouvelée cette année, car nous gérons plusieurs projets qui demandent beaucoup de temps à notre petite équipe. Mais une relance est prévue l’an prochain, avec de meilleurs équipements. On cherche une installation plus durable et conviviale. »

Mme Bonhomme se réjouit que des citoyens du quartier aient relancé le concept. « On envisage d’ajouter un banc l’an prochain pour que les gens puissent feuilleter les livres avant de repartir avec leurs choix », termine Véronique Lalonde.

Vos commentaires
loading...