Publicité

C’est la rentrée!

Vie de quartier
De retour des vacances estivales, des élèves de l'école primaire La Vérendrye jouent dans la cour après leur première journée de classe. (photo: Marie-Eve Cloutier)
De retour des vacances estivales, des élèves de l’école primaire La Vérendrye jouent dans la cour après leur première journée de classe. (photo: Marie-Eve Cloutier)

C’était jour de rentrée scolaire pour plusieurs élèves des écoles primaires de Mercier-Est qui sont plus populeuses que jamais. La croissance est telle que d’ici 2018-2019, le nombre de jeunes inscrits à l’école élémentaire passera à 3200, alors qu’on en comptait moins de 2500 l’année dernière. Une augmentation de près de 30%.

« À mon arrivée comme à titre de commissaire scolaire dans Tétreaultville en 2003, on fermait des écoles. Aujourd’hui, on doit gérer un pic de croissance dans un contexte d’austérité budgétaire », fait valoir Catherine Harel-Bourdon, également présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Bien entendu, cette réalité n’est pas unique au quartier: la surpopulation dans les écoles primaires est un phénomène ressenti dans plusieurs commissions scolaires sur l’île de Montréal. On prévoit d’ailleurs une augmentation de 1000 élèves par année sur 10 ans à la CSDM.

Selon Mme Harel-Bourdon, dans le cas de Mercier-Est, le boom démographique s’explique notamment grâce au développement immobilier dans le Faubourg Contrecoeur et l’arrivée de jeunes familles qui préfèrent s’installer dans le secteur plutôt que de choisir la banlieue à l’extérieur de la ville.

Trouver de l’espace

Certaines écoles ont dû réaménager quelques classes afin d’être en mesure d’avoir suffisamment de places pour leur nouvelle clientèle. C’est le cas entre autres de l’école primaire Philippe-Labarre où l’on retrouvait des classes d’accueil pour les élèves immigrants. Après une première année scolaire dans cette classe, ces élèves intégraient les classes ordinaires.

« Étant donné l’augmentation de la clientèle, nous avons dû déménager ces classes d’accueil dans l’école primaire Armand-Lavergne pour libérer de l’espace à Philippe-Labarre », indique Catherine Harel-Bourdon.

L’école Philippe-Labarre fera possiblement l’objet de rénovations majeures d’ici les prochains mois si le projet est accepté par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), tout comme ce pourrait être également le cas à l’école primaire Saint-François-D’Assise. Ces deux projets avaient été présentés aux citoyens du quartier lors de l’assemblée ordinaire de Solidarité Mercier-Est le 10 avril dernier (voir autre texte). « Les décisions dans ce dossier devraient être rendues par le MELS d’ici environ deux semaines », laisse savoir Mme Harel-Bourdon.

Compression dans le budget, mais pas dans les services

Malgré les récentes compressions budgétaires imposées par le gouvernement, le Conseil des commissaires de la CSDM a décidé de ne pas se serrer la ceinture à la hauteur de ce qui avait été demandé de manière additionnelle en juin. « Alors qu’on nous a demandé de retrancher encore 15 millions $ de notre budget, nous avons limité cela à 2 millions $ pour arriver à un déficit prévu de 29 millions $. Ce déficit paraît énorme, mais ne représente que 2,9% de notre budget total », précise la présidente de la CSDM.

Même si les temps sont durs à la Commission scolaire, les coupes n’entraineront pas une diminution des services aux élèves. « On préserve les programmes d’aide aux devoirs organisés en partenariat avec la Maison des familles dans Mercier-Est, ainsi que les programmes d’aide alimentaire et les services dans les bibliothèques », assure Mme Harel-Bourdon.

Les écoles de Mercier-Est

Le quartier compte un total de 13 écoles qui se répartissent comme suit: huit écoles primaires, deux écoles secondaires, deux écoles pour élèves avec besoins particuliers et une école pour adultes.

À lire également:

« Solidarité Mercier-Est célèbre ses 25 ans ! »

Vos commentaires
loading...