Publicité

EXCLUSIF: Huit mois après les élections: comment ça se passe au conseil d’arrondissement?

Élus
Depuis les dernières élections municipales en novembre, les citoyens de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve sont représentés par trois partis politiques. De gauche à droite, on retrouve sur la photo Éric Alan Caldwell, Laurence Lavigne-Lalonde (équipe de Richard Bergeron), Réal Ménard (équipe de Marcel Côté), Karine Boivin Roy et Richard Celzi (équipe de Denis Coderre). (photo: Patrick Deschamps)
Depuis les dernières élections municipales en novembre, les citoyens de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve sont représentés par trois partis politiques. De gauche à droite, on retrouve sur la photo Éric Alan Caldwell, Laurence Lavigne-Lalonde (équipe de Richard Bergeron), Réal Ménard (équipe de Marcel Côté), Karine Boivin Roy et Richard Celzi (équipe de Denis Coderre). (photo: Patrick Deschamps)

3 novembre 2013. Les électeurs montréalais se prononcent. Denis Coderre est élu nouveau maire de Montréal. Dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (MHM), Réal Ménard se fait réélire haut la main avec une majorité de plus de 2000 voix. Mais il est désormais minoritaire dans son propre conseil et Projet Montréal, l’opposition à la Ville de Montréal, a récolté une majorité de voix dans MHM! Huis mois plus tard, l’harmonie règne-t-elle dans les officines de l’arrondissement?

Lors des dernières élections municipales, la composition du conseil d’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve a donc changé de manière drastique : le maire Réal Ménard fut le seul à survivre après le dépouillement des votes. Du coup, ce n’était plus un seul parti politique, mais bien trois que l’on retrouvait représentés au sein du conseil.

Le lendemain des élections, M. Ménard déclarait à Contrecoeur Express (l’ancêtre du Journal de Mercier-Est) qu’il allait être un maire rassembleur. Huit mois après le scrutin, comment ça se passe au conseil d’arrondissement de MHM? Le Journal de Mercier-Est a posé la question aux principaux intéressés (première partie de deux textes).

Trois… ou plutôt deux partis politiques? 

Même si l’on retrouve désormais les partis politiques de Coalition Montréal (Réal Ménard), de l’Équipe Denis Coderre (Karine Boivin Roy et Richard Celzi) et de Projet Montréal (Laurence Lavigne-Lalonde et Éric Alan Caldwell*) au sein du conseil, l’arrondissement n’est pas le seul à vivre en coexistence. C’est aussi le cas notamment dans Ahuntsic-Cartierville ainsi que dans Ville-Marie. « Nous faisons partis des arrondissement où la coexistence se vit de manière plus marquée, un peu comme cela se déroule au Parlement Européen », souligne Réal Ménard.

D’après Laurence Lavigne-Lalonde, son collègue Éric Alan Caldwell et elle-même doivent parfois agir comme seul parti d’opposition. (photo: Patrick Deschamps)

D’après Laurence Lavigne-Lalonde, son collègue Éric Alan Caldwell et elle-même doivent parfois agir comme seul parti d’opposition. (photo: Patrick Deschamps)

D’avis que tous s’entendent bien sur le plan humain, le maire ira même jusqu’à dire que quelques amitiés se sont développées avec le temps. « Bien entendu, j’ai été un peu en état de choc quand mes collègues ont été battus aux dernières élections municipales. Nous vivons parfois certaines tensions, comme lorsque ce fut le cas lors de l’adoption du budget. Mais nous agissons toujours dans le respect, car nous avons tous la même légitimité démocratique. Mon rôle est d’animer le conseil pour que tout le monde soit à l’aise et que l’on arrive à bien travailler ensemble », ajoute M. Ménard.

De son côté, Richard Celzi croit que même si tous les élus ne font pas partie d’un seul parti politique, les cinq politiciens forment une même famille. « Dans une famille, il arrive que l’on ne partage pas les opinions de ses frères et sœurs, mais cela ne veut pas dire que l’on doit nier leur droit de parole. D’ailleurs, sur le plan politique, je dirais même que, dans le même caucus, il arrive régulièrement, sinon presque toujours, que des opinions divergentes sont mentionnées. Cependant, lorsque l’on prend une décision d’équipe, on doit se rallier à cette décision. […] Diverger d’opinion est une attitude saine, mais il est tout aussi sain de ne pas se laisser guider par la partisannerie », fait valoir le conseiller de Tétreaultville.

Alors que Laurence Lavigne-Lalonde est également d’avis que l’ambiance au conseil est assez harmonieuse, la conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe tient à souligner que, puisque le maire Réal Ménard est également membre du comité exécutif à la Ville de Montréal, ce dernier se doit d’y être solidaire. Résultat? « Oui, dans les faits, nous sommes constitués d’élus provenant de trois partis politiques différents. Mais lorsque le maire doit se ranger du côté du maire de Montréal, Denis Coderre, c’est plutôt comme si nous n’étions que deux partis au sein de l’arrondissement. Dans certaines situations, Éric Alan Caldwell et moi-même devons parfois agir comme si nous étions le seul parti d’opposition », soutient Mme Lavigne-Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe.

Choisir ses alliés

Bien entendu, les différents partis politiques peuvent parfois partager la même vision dans différents dossiers. « Je suis plus près de Projet Montréal pour les questions qui touchent le développement durable et l’environnement. Avec l’Équipe Coderre, nous nous entendons davantage sur le budget et les services aux membres. Nous avons parfois des points de vue différents avec les uns, mais on peut faire des alliances stratégiques avec les autres », explique le maire de MHM.

« Nous avons des discussions entre nous avant d’aller débattre sur la place publique. Néanmoins, cela ne nous empêche pas d’exprimer nos points de vue dans les différents dossiers quand vient le temps de le faire. Ça rend simplement les réunion du conseil plus accueillantes, car les citoyen n’ont pas envie de venir nous voir nous chamailler, indique Laurence Lavigne-Lalonde. De plus, nous avons tous droit maintenant de faire une courte déclaration en début de séance alors qu’au départ, seulement le maire avait cette tribune », ajoute-t-elle.

Lire la suite…

 

* Dans le texte, Mme Laurence Lavigne-Lalonde parlent également en le nom de son collègue M. Éric Alan Caldwell. 

À lire également:

Dossier Élections municipales 2013

Vos commentaires
loading...