Publicité

Les yeux de Mercier-Est

Vie de quartier
Les Badauds de Mercier-Est est une initiative de Denis Clavet, résident du quartier. Deux ans plus tard, près d'une douzaine de badauds se sont joints à M. Clavet pour alimenter sa page Facebook. (photo: Les badauds de Mercier-Est)
Les Badauds de Mercier-Est est une initiative de Denis Clavet, résident du quartier. Deux ans plus tard, près d’une douzaine de badauds se sont joints à M. Clavet pour alimenter sa page Facebook. (photo: Les badauds de Mercier-Est)

Connaissez-vous les Badauds de Mercier-Est? Depuis mars 2012, cette page Facebook sert les citoyens du quartier afin que ceux-ci puissent s’exprimer sur différentes thématiques de leur milieu de vie, principalement par l’image.

L’histoire des Badauds de Mercier-Est a débuté avec l’initiative d’un seul homme. « L’histoire est simple. Je venais tout juste de prendre ma retraite. J’avais beaucoup de photos du quartier dans mon ordinateur. Je voulais trouver un moyen de les partager avec les autres. Mes enfants m’ont montré comment fonctionnait Facebook et la page des Badauds fut créée! » explique Denis Clavet, résident de Mercier-Est.

« Aujourd’hui, cette page ne m’appartient plus à moi seul », ajoute-t-il. Petit à petit, d’autres personnes se sont jointes au projet de Denis Clavet en tant que « reporters ». « Nous nous sommes dotés d’un code d’éthique. Nous ne voulons pas d’histoires de “chialage” ni de propos haineux sur notre page », précise M. Clavet.

L’objectif du groupe est donc de montrer les beautés du quartier sous différentes thématiques. On compte une soixantaine d’albums différents et des centaines de photos sur le site. Même si les images se veulent être libre de droits, le crédit photo est toutefois indiqué, car c’est la règle.

« On s’amuse beaucoup. On souhaite garder ça simple et spontané, tout en tentant de publier des images qui ont un certain sens afin de faire réfléchir les gens », raconter M. Clavet, qui veille cependant à ne pas piler dans les plates-bandes d’autres groupes du quartier qui sont présents sur Facebook, comme l’historien Robert Carrière et la communauté Born and raised in Tétreaultville.  « Nous ne publions pas des images historiques, car M. Carrière est déjà présent dans le quartier pour faire cela. »

En deux ans, la page des Badauds de Mercier-Est a récolté près de 750 mentions « J’aime ».

Des images pour faire bouger les choses?

Outre les photos de coucher ou de lever de soleil, des animaux que l’on retrouve dans le parc de la Promenade Bellerive, des nouvelles installations dans le quartier et des événements culturels en cours, il arrive que les Badauds publient des images afin de dénoncer une situation déplorable, comme du vandalisme, ou bien des poubelles qui débordent (voir autre texte). « On aime les belles photos, mais parfois, certaines images publiées sur notre site permettent peut-être aux élus de voir des situations dont ils ne connaissaient pas l’existence », fait valoir M. Clavet.

Au début de l’été, une photo de la fontaine non fonctionnelle et laissée à l’abandon dans le parc Pierre-Tétreault a été publiée sur la page des Badauds. « Deux jours plus tard, elle fonctionnait le ménage y avait été fait. Coïncidence? On peut penser que non… », s’amuse à dire Denis Clavet.

 

Vos commentaires
loading...