Publicité

Tables à pique-nique en cavale

Vie de quartier
Une des nouvelles tables à pique-nique a vite été déplacée pour se retrouver dans le boisé. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Une des nouvelles tables à pique-nique a vite été déplacée pour se retrouver dans le boisé. (photo: Marie-Eve Cloutier)

De nouvelles tables à pique-nique ont fait leur apparition en juillet au parc Thomas-Chapais à la demande du Comité citoyen du parc du même nom. Mais, contrairement aux autres tables déjà en places, celles-ci sont libres d’être déplacées, augmentant ainsi les chances de les voir disparaître selon plusieurs usagers du parc.

En effet, les tables à pique-nique situées près du terrain de pétanque sont solidement ancrées dans le sol, empêchant ainsi leur déplacement ailleurs dans le parc ou même leur vol. Les poubelles dans ce même coin sont également visées.

Les nouvelles tables à pique-nique livrées le mois dernier ont été rapidement déplacées de leur lieu de livraison. L’une d’elles s’est même retrouvée dans le boisé, près de l’aire de jeux. « Sûrement pour que les jeunes puissent être à l’abri des regards » selon Carole Bédard, membre du Comité citoyen du parc Thomas-Chapais.

Lors d’une visite dans le parc au début du mois d’août, le Journal de Mercier-Est a été témoin du triste état dans lequel cette table cachée en bordure du boisé se trouvait : des graffitis et d’autres marques de vandalisme avaient fait leur apparition, sans compter que le sol était jonché de déchets. Emballages alimentaires, sachets de drogue vides, mégots de cigarette, canettes de boisson gazeuse et même des produits d’hygiène féminine ont été retrouvés aux alentours.

Une autre table a également été retrouvée près de la rue des Ormeaux, entre le sentier du rossignol et celui du pic-bois.

De nouvelles poubelles bleues avaient également fait leur apparition quelques jours après la livraison des nouvelles tables vers la fin du mois de juillet. « Les poubelles avaient été déposées en amas près du terrain de pétanque. Cependant, elles ont fini par disparaître complètement quelques jours plus tard », indique Carole Bédard.

« Les gens qui fréquentent le parc et qui ont constaté l’arrivée des poubelles et des tables à pique-nique auraient bien voulu que ces infrastructures soient ancrées dans le sol », ajoute Sophie Morel, une étudiante qui a travaillé cet été comme préposée à l’entretien du parc Thomas-Chapais.

Une demande en ce sens a été formulée au service 311 de la part de Mme Bédard. On lui avait alors répondu qu’un contremaitre allait passer dans le parc. Cependant, en date d’aujourd’hui, les nouvelles tables à pique-nique du parc Thomas-Chapais sont toujours libres d’être déplacées.

Vos commentaires
loading...