Publicité

Boîtes postales communautaires: c’est non!

Économie
Ève Péclet, députée de La Pointe-de-l'Île, entourée de ses collègues Alexandre Boulerice, député de Rosemont—La Petite-Patrie, Marjolaine Boutin-Sweet, députée d'Hochelaga et Paulina Ayala, députée d'Honoré-Mercier à sa droite, ainsi que d'Alain Duguay, président de la Section locale Montréal-Metro du STTP et de Linda Gauthier, présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec, à sa gauche. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Ève Péclet, députée de La Pointe-de-l’Île, entourée de ses collègues Alexandre Boulerice, député de Rosemont—La Petite-Patrie, Marjolaine Boutin-Sweet, députée d’Hochelaga et Paulina Ayala, députée d’Honoré-Mercier à sa droite, ainsi que d’Alain Duguay, président de la Section locale Montréal-Metro du STTP et de Linda Gauthier, présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec, à sa gauche. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Au-delà d’une cinquantaine de personnes se sont présentées à l’assemblée publique « Sauvons la livraison du courrier à domicile » organisée par Ève Péclet, députée de La Pointe-de-l’Île, à la mission San Domenico Savio, située dans Mercier-Est, le 21 septembre dernier.

L’objectif de cette rencontre était de mobiliser la population afin qu’elle fasse valoir son désaccord concernant la décision prise par Postes Canada en décembre 2013 de mettre fin à la livraison du courrier à domicile. Ce service serait remplacé par l’installation de boîtes postales « communautaires ». « Le Canada serait le seul pays de l’OCDE à éliminer la livraison de la poste à domicile. Cela prouve que les conservateurs n’ont pas à cœurs les services à la population, car cette décision va bien sûr toucher les personnes les plus vulnérables ainsi que les petites entreprises. Il faut demander aux conservateurs et à Postes Canada de revenir en arrière », insiste Mme Péclet.

Pour l’occasion, la députée néodémocrate était accompagnée par son collègue député de Rosemont—La Petite-Patrie et porte-parole du NPD dans le dossier Postes Canada, Alexandre Boulerice.

« Quand nous avons demandé à Postes Canada s’ils avaient une idée de l’impact qu’une telle décision allait avoir, notamment pour les personnes âgées, on nous a répondu que cela allait leur faire faire plus d’exercice! », lance le député fédéral de RPP, qui en était à sa 22e assemblée publique depuis le mois d’avril. Il ajoute : « Il n’est pas justifié de sabrer un service public si apprécié de la population. Mais, c’est bien connu, les conservateurs s’attaquent à tous les services publics, car ils veulent les privatiser. C’est ce qu’ils sont en train de faire avec Postes Canada. Nous voulons un moratoire sur ce projet. »

Afin de manifester son appui, Ève Péclet a invité la population à remplir une carte postale « Sauvons Postes Canada ». (photo: Marie-Eve Cloutier)

Afin de manifester son appui, Ève Péclet a invité la population à remplir une carte postale « Sauvons Postes Canada ». (photo: Marie-Eve Cloutier)

Postes Canada en situation de déficit… ou pas? 

Un des arguments avancés pour mettre fin à la livraison du courrier à domicile est que Poste Canada n’en a plus les moyens, étant dans une situation financière plutôt précaire. « Nous avons tous les rapports financiers de Postes Canada depuis 1988. Il est faux de croire que l’entreprise est en déficit. Postes Canada a réalisé des profits de 1,7 milliard $ au cours des 15 années précédant 2011, l’année où elle a enregistré un déficit. Cette année-là, il faut dire aussi que Poste Canada était en lock-out et que les conservateurs avaient forcé les travailleurs à retourner au travail par l’adoption d’une loi spéciale. Les profits ont repris en 2012 en même temps que la reprise des services », affirme Alain Duguay, président de la Section locale Montréal-Metro du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes.

« Les boîtes postales communautaires vont causer d’énorme contraintes aux personnes à mobilité réduite et en situation de limitation visuelle, auditive et intellectuelle, autrement dit pour au moins 15 % de la population au Canada », avance Linda Gauthier, présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec, qui insiste sur le fait que la livraison du courrier à domicile n’est pas tant un privilège qu’un droit pour eux. « Me voyez-vous l’hiver m’habiller et aller dans la neige avec mon fauteuil roulant pour aller chercher mon courrier aux boîtes communautaires? »

En fin d’assemblée, Ève Péclet a invité les personnes présentes à remplir une carte postale à l’intention du gouvernement afin de manifester leur mécontentement et leur opposition. « Nous allons les livrer à Stephen Harper au Parlement », a promis la députée de La Pointe-de-L’Île.

Vos commentaires
loading...