Publicité

Couleurs et vapeur

Culture
À gauche, une des peintures d'Hughette Mathieu Lussier et à droite, une oeuvre de Rosalie Gamache. (photos: Maison de la culture Mercier)
À gauche, une des peintures d’Hughette Mathieu Lussier et à droite, une oeuvre de Rosalie Gamache. (photos: Maison de la culture Mercier)

Dans le cadre de sa 25e année de diffusion culturelle, la Maison de la culture de Mercier accueil deux expositions où l’intensité des couleurs et la légèreté de la vapeur se rencontrent. L’une d’elles a fait sa première apparition il y a plus de 20 ans et l’autre en est à sa première expérience professionnelle.

En effet, les œuvres d’Hughette Mathieu Lussier et Rosalie Gamache, deux artistes originaires de Mercier, seront exposées à la Maison de la culture du 20 septembre au 2 novembre. Le vernissage a lieu demain, vendredi, dès 19 h.

« Folie de couleurs »

Les peintures d’Hughette Mathieu Lussier ont déjà foulé les murs de la Maison de la culture : en 1993, l’artiste présentait « Couleurs tropicales » réunissant 24 huiles et aquarelles d’oiseaux et de plantes exotiques, présentées dans un décor tout aussi thématique avec de vraies plantes tropicales et des perroquets en cage. L’exposition a eu beaucoup de succès, puisque tous les tableaux ont été vendus.

Cette fois-ci « Réminiscences tropicales » présente à la fois des œuvres de l’exposition originale en plus d’œuvres inédites. « On m’a contactée pour me demander si je ne voulais pas exposer mes tableaux à nouveau. J’ai hésité au départ, mais j’ai fini par accepter. Grâce à la Maison de la culture et moi-même, nous avons pu contacter les collectionneurs pour emprunter les tableaux. Je suis heureuse, c’est comme si je retrouvais certains de mes enfants », explique Mme Mathieu Lussier, dont certaines œuvres ont été vendues à Vancouver, New York et même Cancún.

L’inspiration d’Hughette Mathieu Lussier vient du fait qu’elle a souvent eu la chance de voyager dans les pays chauds : « Je vois en chaque tache de couleur vive une fleur ou un oiseau. »

Technique classique

Le voyage a également été une grande source d’inspiration pour Rosalie Gamache. « J’ai toujours été intéressée par le classique et le figuratif. J’ai eu la chance de passer une année complète en Italie l’année dernière afin de peaufiner ma technique à l’Académie des beaux-arts de Florence. L’exposition “Sfumato” en est largement inspirée. Mes œuvres transpirent la Renaissance italienne et l’histoire de la ville. Et l’hiver là-bas, il y a du brouillard comme ce n’est pas possible! », raconte la jeune artiste.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les tableaux de Rosalie Gamache sont empreints de légèreté. Elle explique : « Avant le 15e siècle, il n’était pas question de peindre la perspective atmosphérique. Mais après mon séjour à Florence, j’ai compris pourquoi Léonard de Vinci a développé cette technique de peinture à l’huile qui consiste en la superposition de délicates couches de vernis. C’était à cause du climat! Florence est située dans une vallée où c’est très humide. »

Vos commentaires
loading...