Publicité

Démystifier la maladie d’Alzheimer

Santé
On estime à 33 000 le nombre de gens vivants avec la maladie d'Alzheimer à Montréal. (photo: samarttiw - freedigitalphotos.net)
On estime à 33 000 le nombre de gens vivants avec la maladie d’Alzheimer à Montréal. (photo: samarttiw – freedigitalphotos.net)

Au Québec, plus de 125 000 personnes sont atteintes par la maladie d’Alzheimer, dont 33 000 Montréalais.D’ici moins de 20 ans, on prévoit que ces chiffres vont doubler à cause du vieillissement de la population. Coup d’œil sur cette maladie qui s’enfuie avec notre mémoire, tel un voleur.

« La maladie d’Alzheimer fait peur aux gens, car elle est associée à la fin du cours normal de notre vie dès son diagnostic. Les choses n’évoluent pas de cette façon. Notre mémoire ne s’efface pas du jour au lendemain et il est possible que conserver une certaine qualité de vie », rassure Christine Lessard, coordonnatrice aux communications à la Société Alzheimer de Montréal.

« Certaines personnes viennent me consulter et arrivent catastrophées. J’ai vu des femmes pleurer et des hommes apeurés. Il est pourtant possible de faire face à la maladie et de passer par dessus ses difficultés », ajoute sa collègue Sophia Thériault, nouvellement conseillère pour l’est de l’île de Montréal (voir autre texte).

Tenter de diagnostiquer tôt la maladie

L’Alzheimer est une maladie progressive et dégénérative qui détruit les cellules cérébrales. Il s’agit du trouble cognitif le plus courant au Canada (compte pour 64 % des cas). En ce moment, il n’existe aucun moyen pour enrayer la maladie.

« La maladie d’Alzheimer n’est pas une forme normale du vieillissement. Bien sûr, il est naturel d’avoir quelques pertes de mémoire quand nous sommes rendus à un âge avancé, mais il est bien important de distinguer les signes précurseurs du vieillissement normal. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas avoir peur de consulter son médecin afin de bénéficier d’un diagnostic précoce », fait valoir Christine Lessard.

Le diagnostic précoce peut en effet permettre à la personne atteinte de se prendre en main plus rapidement et d’avoir accès plus tôt aux informations et ressources disponibles.

Reconnaitre les 10 signes précurseurs

La Société Alzheimer de Montréal répertorie 10 signes précurseurs pour lesquels il est préférable de consulter son médecin si l’on se reconnait à travers plusieurs de ces points:

  • Pertes de mémoire – oublier des événements récents ou avoir de la difficulté à retenir de nouvelles informations.
  • Difficultés à exécuter les tâches quotidiennes – ne plus pouvoir remplir un chèque ou préparer un repas simple de tous les jours.
  • Problème de langage – ne pas trouver le mot juste ou l’utiliser de façon incorrecte.
  • Désorientation – se perdre près de chez soi ou ne plus savoir quelle heure il est.
  • Jugement amoindri – porter des vêtements légers par temps glacial.
  • Difficultés face aux notions abstraites – éprouver de la difficulté à accomplir des tâches mentales, comme additionner des chiffres.
  • Rangement inapproprié des objets – mettre le bac à glaçons dans le four.
  • Changements de comportement – graves sautes d’humeur sans raison apparente.
  • Changements dans la personnalité – devenir déprimé, méfiant ou anxieux comme jamais auparavant.
  • Perte d’initiative – se détacher de sa famille et de ses amis et perdre de l’intérêt pour ses activités préférées.

Pour en savoir plus, il est également possible de consulter les sites web www.alzheimermontreal.ca/montreal et www.diagnosticprecoce.ca. Il est également possible de rejoindre la Société Alzheimer de Montréal au  514-369-0800.

À lire également:

« Une nouvelle ressource pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer »

Vos commentaires
loading...