Publicité

Épluchette annuelle au jardin Pierre-Bernard

Environnement
Les membres du jardin communautaire Pierre-Bernard ont profité pleinement de la journée ensoleillée dimanche pour tenir leur épluchette de maïs annuelle. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Les membres du jardin communautaire Pierre-Bernard ont profité pleinement de la journée ensoleillée dimanche pour tenir leur épluchette de maïs annuelle. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Les membres du jardin communautaire Pierre-Bernard ont fêté la fin de la saison ce dimanche (7 septembre) accompagnée de leur famille et de leurs amis lors de l’épluchette de maïs annuelle.

Cette fête de clôture a été remise en place cette année par la présidente actuelle du jardin communautaire Pierre-Bernard, Marcela Folea. « L’événement n’avait pas eu lieu l’année dernière. Je suis la troisième présidente en trois ans. Nous sommes tous des bénévoles au sein du comité et nous devons investir beaucoup de notre temps pour la gestion du site. Ce n’est pas toujours évident de rassembler tous les membres du jardin, mais je tenais à ramener l’épluchette de maïs pour remettre en place la tradition », explique-t-elle.

Reportée à dimanche à cause de la pluie du samedi, l’épluchette de maïs a réuni environ une vingtaine de personnes, dont seulement sept membres du jardin communautaire incluant 4 membres du comité. Le jardin compte un total de 27 jardinets, donc 27 membres, provenant autant de jeunes familles que de personnes retraitées.

La présidente du jardin communautaire aurait bien entendu aimé voir un plus haut taux de participation de la part de ses membres. Cependant, Marcela garde le moral grâce aux projets collaboratifs qu’elle tente de mettre en place. « Avec l’aide de Y’a QuelQu’un l’aut’bord (YQQ) du mur et les éco-quartiers, nous avons pu céder trois planches de culture à une classe de l’école primaire St-Justin. Les jeunes viennent au jardin une fois par semaine pour apprendre des notions d’agriculture urbaine. Une famille située dans le HLM au coin des rues Bisaillon et Pierre-Bernard vient s’occuper du jardinet le reste de la semaine et pendant les vacances », raconte-t-elle.

L’année prochaine, Marcela tentera d’implanter un projet de compostage domestique dans le jardin communautaire. « Je vais par contre devoir trouver des commandites pour l’achat de matériel », laisse-t-elle savoir.

Efforts et négligence

Alors que la majorité des membres du jardin ont à cœur l’entretien et la récolte de leur carré de terre de 3 sur 6 mètres, quelques individus décident parfois en cours de saison de laisser leur jardinet à l’abandon. Après un premier avertissement de la part du comité, ces contrevenants sont passibles d’expulsion. « Ce qui est dommage, c’est qu’il est souvent trop tard pour donner l’emplacement à quelqu’un d’autre qui se trouvait sur la liste d’attente », déplore Marcela. En effet, l’ouverture du jardin a lieu le 1er mai, mais les membres ont jusqu’au 1er juin pour ensemencer leur lot et jusqu’au 1er octobre pour le nettoyer.

Heureusement, seulement un membre du jardin a laissé son emplacement à la merci des mauvaises herbes cette année et a dû être expulsé. Pour ce qui est des autres membres, ils vont parfois même jusqu’à s’aider et faire des échanges de fruits et légumes… dans le cas bien sûr où les récoltes ne se retrouvent pas écrasées dans la rue ou sur les portes de garage des gens du voisinage.

« La clôture entourant le jardin communautaire est trop basse. Il est facile pour des gens de passer par-dessus et de venir voler ou vandaliser nos jardins. Nous allons faire une demande à l’arrondissement cet automne afin qu’il nous aide à corriger ce problème », assure Marcela.

Vos commentaires
loading...