Publicité

L’art naïf au cinéma

Culture
Une des peintures de Royal Léger, un tableau qui illustre une vie en huit temps, qui avait été exposé à la Maison de la culture Mercier lors de la dernière édition du Festival Âges et culture cet été. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Une des peintures de Royal Léger, un tableau qui illustre une vie en huit temps, qui avait été exposé à la Maison de la culture Mercier lors de la dernière édition du Festival Âges et culture cet été. (photo: Marie-Eve Cloutier)

L’univers de l’art naïf québécois passera du canevas à la pellicule pour être raconté dans un film documentaire qui parle notamment de Royal Léger, artiste peintre qui a grandi dans le quartier (voir autre texte).

Réalisé par le Musée international d’art naïf de Magog en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Sherbrooke, le documentaire, intitulé « Comptes, légendes et imaginaire naïf québécois », passera en revue la carrière de 10 artistes en plus de s’attarder à 10 de leurs œuvres.

« C’est l’aspect ethnologique de l’art qui sera mis en valeur dans ce projet. Les peintres d’art naïfs racontent les façons de faire d’autrefois. Chaque participant sera appelé à commenter un point précis à l’intérieur de leurs tableaux », répond Royal Léger pour expliquer le rôle qu’il aura à jouer pour le documentaire.

Pour M. Léger, l’art naïf se distingue par ses petits détails. « Dans une de mes œuvres, un tableau qui dépeint le temps des sucres avec une personne qui ramasse l’eau d’érable, je pourrai m’attarder sur la méthode, soit les chaudières et les entailles dans les arbres, chose qu’on ne voit pratiquement plus aujourd’hui dans les érablières avec les systèmes de tubulure », explique-t-il.

« Dans un autre tableau que je suis en train de peindre, j’ai décidé de reproduire une cour d’école à l’époque où, dans les années 50-60, les filles et les garçons étaient séparés dans l’air de jeux. Même l’entrée pour les classes était divisée pour les séparer, bien avant l’arrivée des écoles mixtes », ajoute Royal Léger.

Si vous êtes de passage dans la région de Magog d’ici le 21 décembre, sachez que le Musée d’art naïf accueil le Rendez-vous international d’art naïf où quelques peintres canadiens exposent leurs œuvres, dont Royal Léger.

À lire également:

« Peindre le bonheur »

Vos commentaires
loading...