Publicité

Pas de plage en vue pour Mercier-Est

Environnement, Vie de quartier
Pour Sylvie Bibeau, directrice du Comité ZIP Jacques-Quartier, le gravier sur la rive de la Promenade Bellerive n'est pas un obstacle pour la baignade: « C'est comme les plages en Gaspésie », affirme-t-elle. (photo: Marie-Eve Cloutier)
Pour Sylvie Bibeau, directrice du Comité ZIP Jacques-Quartier, le gravier sur la rive de la Promenade Bellerive n’est pas un obstacle pour la baignade: « C’est comme les plages en Gaspésie », affirme-t-elle. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Alors que le quartier de Pointe-aux-Trembles aura sa plage d’ici 2016, aucun projet semblable n’est prévu à court terme pour Mercier-Est.

En cette fin de saison, si l’on observe la carte interactive du suivi de la qualité bactériologique des cours d’eau à Montréal, la station de prélèvement située au parc de la Promenade Bellerive à la hauteur de la rue Bellerive et de l’avenue Mercier affiche en moyenne des résultats allant de « bon » à « excellent » pour l’été. Cette même carte nous indique aussi que le bout est de l’île, là où sera construite la future plage dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, n’affiche pas des résultats aussi reluisants avec des taux de coliformes fécaux de plus de 200 par 100 mL, dépassant parfois même les 1000 par 100 mL, correspondant à des résultats qualifiés de « mauvais » à « pollué ».

« Oui, la qualité de l’eau est bonne dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve selon les résultats des stations d’échantillonnage. Mais à court terme, nous n’avons pas prévu aménager une plage au parc de la Promenade Bellerive », explique le maire de MHM, Réal Ménard, également responsable du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts à la Ville de Montréal.

Même si la qualité de l’eau est bonne selon les analyses bactériologiques, cette donnée ne suffit pas pour justifier l’aménagement d’une plage selon Réal Ménard : « Il est nécessaire d’évaluer la force du courant afin de voir s’il est possible d’avoir un projet de plage à un endroit donné et évaluer les investissements nécessaires pour l’installation d’infrastructures d’accueil pour le site. Cependant, il n’est pas question de faire ce genre d’évaluation dans Mercier-Est pour l’instant ».

Pour Sylvie Bibeau, directrice du Comité ZIP Jacques-Cartier, le parc de la Promenade Bellerive serait pourtant un lieu idéal pour la baignade. « La qualité de l’eau à cet endroit est presque toujours bonne. Ce n’est pas le cas plus à l’est alors que les taux en coliformes fécaux augmentent après une forte pluie, ce qui peut être dangereux pour la santé des gens », indique-t-elle.

La moins bonne qualité de l’eau dans Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles s’explique par la présence d’ouvrages de débordement et d’égouts pluviaux dans le secteur. « Un de ces ouvrages est même situé avant l’arrivée des eaux à la station d’épuration. Il faudra faire des efforts pour améliorer la qualité de l’eau dans l’Est en plus d’améliorer l’état du lieu de la future plage, car il s’agit d’une ancienne marina. La bande riveraine devra entre autres être restaurée », explique Mme Bibeau.

De plus, l’ampleur des travaux serait bien moindre si l’on considère un jour faire une plage à la Promenade Bellerive. « La plage est déjà présente en soi là-bas et l’endroit est convenable pour la baignade. Et pour ceux qui prétendent que c’est dangereux à cause du passage des bateaux et la succion qu’ils peuvent entraîner, je crois que ce n’est pas tellement plus dangereux que les vagues de fonds comme lorsqu’on se baigne en mer, par exemple aux États-Unis, avec les mesures de surveillance appropriée, telles que la présence d’un sauveteur », affirme Sylvie Bibeau.

Vos commentaires
loading...