Publicité

Agir ensemble contre la misère

Vie de quartier
L'équipe de « À la bonne franquette » s'est occupée de servir la soupe, le pain et le dessert. (photo: Marie-Eve Cloutier)
L’équipe de « À la bonne franquette » s’est occupée de servir la soupe, le pain et le dessert. (photo: Marie-Eve Cloutier)

Les paroisses de Mercier-Est ont rendu hommage aux personnes en situation de pauvreté en soulignant le dévouement des 400 bénévoles des cinq communautés paroissiales du quartier lors d’une soupe populaire organisée à l’Oasis du partage le 17 octobre (vendredi).

Plus de 70 bols de soupe aux carottes, rutabaga et érable ont été servis pendant le 5 à 7 où Réal Ménard, maire de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Serge Geoffrion, attaché politique de Maka Kotto, Alain Besner, président de la Société Saint-Vincent-de-Paul de Montréal et Brian McDonough, Directeur de l’Office de la pastorale sociale à l’archevêché de Montréal, étaient présents en tant qu’invités spéciaux.

« Une bonne gestion des fonds publics ne peut se faire au détriment des plus vulnérables », a commenté Serge Geoffrion au sujet des compressions que le gouvernement du Québec tente d'imposer dans les programmes d'économie sociale depuis un mois. (photo: Marie-Eve Cloutier)

« Une bonne gestion des fonds publics ne peut se faire au détriment des plus vulnérables », a commenté Serge Geoffrion au sujet des compressions que le gouvernement du Québec tente d’imposer dans les programmes d’économie sociale depuis un mois. (photo: Marie-Eve Cloutier)

« Les nombreux bénévoles de notre paroisse ont pu ramasser plus de 185 000 $ cette année pour aider les gens les plus démunis de notre quartier en terme de sécurité alimentaire », a fait valoir le pasteur François Baril. « Grâce à eux, c’est plus de 7600 personnes, sans distinction de nationalité et de religions, qui ont été accueillies et aidées. »

« Les gens en difficulté trouvent en vous des qualités de non-jugement et d’écoute. Personne n’est à l’abri de la pauvreté, car on ne sait pas de quoi sera fait demain. Aucun gouvernement ne pourra légiférer la solidarité dont vous faites preuve », a témoigné Réal Ménard en s’adressant aux bénévoles.

Entraide internationale

Le rassemblement du 17 octobre coïncidait avec la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté décrétée par l’Organisation des Nations Unies (ONU) en 1993. Le thème de cette année est « Ne laisser personne de côté : réfléchir, décider et agir ensemble contre la misère ».

« Le rassemblement d’aujourd’hui est l’occasion d’une prise de conscience de la force d’entraide que nous sommes. Les actions menées ensemble dans notre milieu auprès des démunis contribuent à faire reculer la misère chez nous et partout dans le monde », a mentionné François Baril.

Lors de cette Journée internationale, des marches silencieuses ont lieu partout dans les grandes villes du monde pour témoigner de la solidarité des communautés avec les personnes qui vivent la souffrance de la marginalisation. Cette année, c’est le quartier Saint-Michel qui organisait la marche à Montréal. L’événement avait rassemblé plus de 450 personnes dans Mercier-Est il y a 10 ans.

Vos commentaires
loading...