Publicité

De la télémédecine pour les patients diabétiques

Santé
L'appareil de télédépistage ressemble aux appareils d'examen de la vue standards. (photo: CSSS de la Pointe-de-l'Île)
L’appareil de télédépistage ressemble aux appareils d’examen de la vue standards. (photo: CSSS de la Pointe-de-l’Île)

Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Pointe-de-l’Île et l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont offrent maintenant un nouveau service de télédépistage de la rétinopathie pour les personnes atteintes de diabète.

La rétinopathie diabétique est une complication de suites de la maladie qui représente l’une des principales causes de cécité dans la population active. Sans symptôme apparent au départ, la rétinopathie modifie progressivement la structure des vaisseaux sanguins rétiniens pouvant causer la formation d’un œdème. Une personne sur quatre subira une perte d’acuité visuelle suite au développement d’un œdème au niveau de la macula, la zone au fond de l’œil qui concentre les photorécepteurs, où l’acuité visuelle est maximale. Chez les diabétiques de type 2, 20 % d’entre eux sont déjà atteints d’une rétinopathie lors du diagnostic de la maladie.

Sur le territoire du CSSS de la Pointe-de-l’Île, près de 16 000 personnes de 20 ans et plus souffrent du diabète. La proportion de personnes atteintes de la maladie (9,4 %) est d’ailleurs plus élevée dans ce secteur que sur le reste de l’île de Montréal (7,6 %).

Dépistage à distance

Le service de télédépistage consiste en fait à prendre des images de la rétine avec une caméra de fond d’œil. Ces images, prises au CSSS de la Pointe-de-l’Île, sont envoyées à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) et au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) pour être lues et interprétées par des rétinologues. Les patients qui nécessiteront des soins spécialisés suite au dépistage seront dirigés vers le service d’ophtalmologie de l’HMR.

« La mise en place [de ce service] à proximité du lieu de résidence des usagers est une valeur ajoutée pour la clientèle diabétique. On estime que 47 % des adultes diabétiques n’ont jamais eu recours à un service de dépistage de la rétinopathie diabétique », explique Denise Julien, coordonnatrice des services généraux au CSSS de la Pointe-de-l’Île.

« Un des principaux bénéfices de ce service est d’éviter une visite en clinique d’ophtalmologie pour les 85 % des patients qui n’ont ni besoin de traitement ni besoin de l’expertise d’un ophtalmologiste », ajoute la Dre Marie-Carole Boucher, spécialiste de la rétine à l’HMR.

Un avantage avec lequel Claude Côté, qui compte parmi les premiers patients du CSSS de la Pointe-de-l’Île à avoir pu bénéficier du nouveau service, est bien d’accord. « Il m’en couterait 50 $ pour faire le même examen chez mon ophtalmologiste alors que je suis suivi ici par mon médecin pour contrôler ma maladie », fait-il valoir.

Il est à noter qu’afin de bénéficier du nouveau service de télédépistage, les résidents de la Pointe-de-l’Île doivent d’abord consulter leur médecin de famille qui pourra par la suite prescrire le dépistage au besoin.

Vos commentaires
loading...