Publicité

Faudra-t-il creuser un tunnel pour la rue Sherbrooke?

Histoire
tunnelb

En 1921, la rue Sherbrooke s’arrête aux limites de l’ancienne ville de Maisonneuve, dans les environs actuels de la Place Versailles. En 1929, la rue Sherbrooke est « macadamisée » (pavée, selon la langue vernaculaire de l’époque) entre Mousseau Georges V. Auparavant, ce n’était qu’un chemin de terre.

Il manque donc un tronçon pour relier l’est de l’île et le reste de Montréal. Mais les religieuses, propriétaires de Saint-Jean-de-Dieu (l’actuel Institut universitaire en santé mentale de Montréal, autrefois l’hôpital Louis-H. Lafontaine) refusent de vendre!

À l’époque, l’église catholique était toute puissante au Québec. Montréal envisage plusieurs scénarios. Mais, au lieu de penser à l’expropriation, on songe à percer un… tunnel sous les terres de l’hôpital!

Voici les informations publiée dans le quotidien de l’époque, La Patrie.

Ouverture de la rue Sherbrooke à la Longue-Pointe :

Un tunnel sera creusé sous les terres de l’Asile St-Jean de Dieu

Depuis combien de temps du reste les citoyens ne réclament-ils pas l’ouverture de cette artère ? Les ouvriers et les commerçants le savent, eux qui souffrent de cette lacune depuis nombre d’années ; depuis que l’est de la ville prend de plus en plus d’expansion.

Actuellement, ne peut se rendre dans l’est de la ville que celui qui consent à passer par la rue Notre-Dame ; c’est le seul débouché qui puisse permettre aux véhicules de circuler d’un bout à l’autre de la ville. Aussi cette artère est toujours très encombrée.

L’ouverture de la rue Sherbrooke d’une extrémité à l’autre doterait la métropole du Canada de la plus belle route en Amérique, d’une route de 25 milles de long environ et traversant les sites les plus pittoresques de l’île.

Des limites du quartier Maisonneuve aux limites de la municipalité de la Longue-Pointe, il reste encore 572 620 pieds de terrain qui appartient à des particuliers.

Vos commentaires
loading...