Publicité

L’envers du décor de Molière

Culture
La pièce raconte l'histoire de Molière à travers le regard de Madeleine Béjart, son premier amour, ainsi que les hauts et les bas de leur vie de couple et de leur vie de théâtre. (photo: La Comédie humaine)
La pièce raconte l’histoire de Molière à travers le regard de Madeleine Béjart, son premier amour, ainsi que les hauts et les bas de leur vie de couple et de leur vie de théâtre. (photo: La Comédie humaine)

La Comédie humaine a attiré la foule pour la première de la pièce « Molière, en une farce et deux comédies » samedi soir (11 octobre) à la Maison de la culture Mercier alors que la salle de spectacle était comble.

L’idée derrière la pièce n’est pas seulement de jouer du Molière, mais aussi de présenter la vie du célèbre comédien et dramaturge français, né sous le nom de Jean-Baptiste Poquelin (Jean-François Beaupré), à travers les yeux de Madeleine Béjart, son amoureuse (Sophie Faucher), qui agit également en tant que narratrice tout au long de l’histoire. On assiste alors à leur première rencontre puis à leur cheminement, dans leur couple et dans l’évolution de la troupe de théâtre, entourés des autres comédiens (joués par Isabelle Drainville, Jean Maheux, Catherine Allard, Robert Brouillette et Stéphan Côté). Du Molière vu selon l’envers du décor, entrecoupé de trois pièces originales qui suivent le courant de l’histoire, soit Le Médecin Volant, Les Précieuses Ridicules et L’Amour Médecin.

« On voulait présenter Molière différemment en montrant aussi sa vie intime. Sa mère est morte alors qu’il était très jeune et il a plus tard refusé d’aller travailler avec son père en tant que “tapissier du Roi”. À l’âge de 20 ans, il a rejoint les Béjart pour être comédien », raconte la metteure en scène Michèle Deslauriers.

Regard humain

Malgré le titre de la pièce, l’œuvre présentée arrive bien sûr à nous faire rire, mais l’histoire connaît bien sûr des moments plus touchants ou tristes, puisque l’on partage la vie du couple et la vie de la troupe de théâtre qui connurent des épisodes plus difficiles avant d’atteindre la gloire. Des éléments clés qui nous permettent de comprendre les motivations de Molière. « Il a créé à partir de ses problèmes et ses malheurs et s’en ai servi comme tremplin, sans compter qu’il avait derrière lui Madeleine qui le poussait à écrire, malgré ses craintes et ses insécurités », explique Michèle Deslauriers. « Molière a su se servir de ses émotions et de ses observations à droite et à gauche pour dépeindre l’âme humaine et tourner le tout en affaire comique », ajoute-t-elle.

C’est ainsi que l’on se moque des charlatans dans Le Médecin Volant ou encore de la superficialité dans Les Précieuses Ridicules. La vision du monde qu’avait Molière lui aura servi jusqu’à la toute fin alors qu’il rédigeait Le Malade Imaginaire, largement inspiré de la dernière année de sa vie. « Molière était malade lorsqu’il a écrit cette pièce. Malheureusement, parce qu’il s’était moqué des médecins de l’époque, aucun ne voulait venir le voir pour le soigner. Il est décédé un an, jour pour jour, après le décès de sa muse, Madeleine Béjart », confie la metteure en scène.

Après la grande première à la Maison de la culture Mercier, la pièce « Molière, en une farce et deux comédies » sera en tournée tout cet automne et cet hiver prochain partout à travers le Québec. Pour consulter les dates de présentation, cliquez ici.

À lire également:

« Du Molière accessible à tous »

Vos commentaires
loading...