Publicité

Blogue de Maka Kotto: Soutien aux jeunes et au développement économique: les Libéraux tournent le dos à l’expertise de nos organismes locaux

Élus
Maka Kotto
Maka Kotto

Les récentes orientations et décisions du gouvernement de Philippe Couillard auront pour effet de démanteler nos organismes de concertation et de développement économique.

Dans Bourget, deux organismes extrêmement performants sont dans la mire des libéraux, à savoir le Carrefour Jeunesse-emploi Mercier du PITREM et la Corporation de développement de l’Est, la CDEST. Dans les deux cas, les coupes annoncées dans les budgets de ces organismes feront très mal. Le gouvernement tourne le dos au modèle de concertation qui a pourtant fait ses preuves depuis des années.

Que ce soit au chapitre du retour aux études, de l’aide à l’employabilité des jeunes, grâce à un accompagnement soutenu, ou de services d’orientation et d’information scolaire, le Carrefour jeunesse-emploi de Mercier a fait ses preuves ayant rejoint plus de 3 000 jeunes l’an dernier, quel que soit leur statut social ou économique. Avec la proposition des libéraux, ce sont des centaines de jeunes qui n’auront plus la chance d’être soutenus et orientés dans leur cheminement personnel et bénéficier d’un magnifique tremplin vers l’emploi.

Il semble de plus en plus clair que les libéraux ont fait le choix unilatéral de retirer aux organismes locaux les moyens de soutenir les jeunes de 16 à 35 ans à la recherche d’une formation ou d’un emploi. On assiste à un exercice de centralisation autour des ministères à Québec, comme si les libéraux savaient mieux que les gens sur le terrain, y compris dans Bourget, comment aider et servir les jeunes.

Pourtant une étude réalisée en 2013 par la firme Raymond, Chabot, Grant, Thorton a démontré que la contribution des CJE a été profitable à l’économie du Québec. D’autres soutiennent que le taux de chômage chez les jeunes a diminué depuis la création des Carrefours Jeunesse-Emploi en 1998.

Bien plus, l’ancien premier ministre Jean Charest, le 23 avril 2008, a dit et je le cite : « Moi, je suis un fan numéro un des carrefours jeunesse-emploi au Québec. Ils font un travail fantastique. Et d’ailleurs ce n’est pas mon gouvernement qui les a mis sur pied, j’aurais aimé ça que mon gouvernement ai eu l’idée de les mettre sur pied. Moi, je trouve ça formidable les carrefours jeunesse-emploi ». Un très bel aveu!

Conserver les CLD

Je suis aussi très inquiet du sort réservé par le gouvernement libéral aux Centres locaux de développement (CLD) qui ont également fait leurs preuves en créant ou maintenant plus de 200 000 emplois au Québec depuis 1998, pour quelque 7 milliards de dollars d’investissements.

Dans Bourget, cette mission du CLD est sous la responsabilité de la CDEST qui oeuvre au développement économique sur le territoire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve depuis bientôt 30 ans.

Encore ici, nous exhortons le gouvernement libéral de conserver ce modèle qui assure un soutien professionnel et indépendant aux entrepreneurs locaux grâce à son expertise auprès des gens d’affaires, des travailleurs autonomes et des entreprises d’économie sociale. Sur Montréal, ce sont plus de 12 millions de dollars qui ont été investis via ces organismes et qui ont permis la création et le maintien de quelque 15 913 emplois au cours de la dernière année.

Ce modèle, je le rappelle, a pour objectif de responsabiliser les instances locales et régionales dans la gestion des services aux entrepreneurs tout en y associant les intervenants locaux aux processus décisionnels, ce que notre CDEST a fait avec beaucoup de succès dans notre arrondissement. La CDEST c’est aussi un endroit où l’on se donne une vision du développement local, de l’économie et de l’emploi par l’entremise d’un plan d’action local. Au fil des ans, la CDEST a su mobiliser la collectivité afin d’améliorer la qualité de vie de notre communauté.

Les CLD, c’est plus qu’une structure, c’est l’expertise, partout au Québec, de plus de 1 000 employés, mais aussi de 3 000 bénévoles, gens d’affaires et intervenants locaux, qui s’activent et se concertent pour le développement économique et social de leur région ou de leur quartier. Pourquoi donc changer une formule gagnante?

Nous sommes en train d’assister au démantèlement unilatéral d’organismes de développement économique qui ont pourtant fait largement leurs preuves, dans Bourget, à Montréal comme dans l’ensemble du Québec. Ce sont des jours tristes pour nos communautés locales et nos régions qui se voient rabrouées et abandonnées par l’actuel gouvernement libéral.

Les opinions émises dans les blogues sont celles de leurs auteurs et non celles de Pamplemousse.ca.
Vos commentaires
loading...