Publicité

Émilie Auclair et Catherine Harel-Bourdon écrasent leurs adversaires

Élus
Émilie Auclair est une résidente du Faubourg Contrecoeur. La voici accompagnée de ses deux enfants, Léon, qui commencé la maternelle à l’école La Vérendrye et Jules, qui fréquente une garderie à proximité du parc Louis-Riel . (Photo: Facebook)
Émilie Auclair est une résidente du Faubourg Contrecoeur. La voici accompagnée de ses deux enfants, Léon, qui commencé la maternelle à l’école La Vérendrye et Jules, qui fréquente une garderie à proximité du parc Louis-Riel . (Photo: Facebook)

Selon les résultats disponibles sur le site internet de la CSDM à 23h10 ce soir (2 novembre), Émilie Auclair est élue commissaire scolaire dans Mercier, tandis que Catherine Harel-Bourdon garde son poste à la présidence. L’élection consacre un véritable raz-de-marée de leur formation politique, le MÉMO.

Mme Auclair a remporté son élection avec une majorité de plus de 70,3% des voix. Son plus proche adversaire, Zine Elabidine Hajouji-Idrissi, du CREM, finit deuxième avec 9,67% des voix.

La présidente sortante Catherine Harel-Bourdon, qui briguait pour la première fois la présidence au suffrage universel, l’a emporté avec 67,26% des voix dans Mercier. Mme Auclair se présentait au poste auparavant détenu par Mme Bourdon.

Les nouveaux élus entament leur mandat dans l’incertitude, puisque le taux de participation demeure faible dans l’ensemble du territoire de la CSDM. Par exemple, dans Mercier, à 23h19, il était de 5,44% au poste de commissaire scolaire et de 4,58% à la présidence. Il varie grandement d’un district électoral. Il tombe à 3,75% dans Ville-Marie mais grimpe jusqu’à 7% dans Petite-Patrie/Rosemont-Ouest. Ces taux devraient grimper encore au fur et à mesure que les résultats seront compilés par les bureaux électoraux. Le taux de participation s’élevait à un peu moins de 40% en moyenne aux dernières élections à Montréal et à 71% pour le dernier scrutin québécois, selon le Directeur général des élections du Québec.

Émilie Auclair est pleinement consciente du défi que de tels taux représentent. «Disons que ce soir, on va fêter la victoire. Mais dès demain, nous allons analyser ça», a-t-elle déclaré au Journal de Mercier-Est il y a quelques minutes.

«Je suis lucide sur cette question mais j’aimerais souligner qu’un grand nombre de personnes se sont tout de même déplacées pour aller voter, a-t-elle continué. Des gens y croient à la démocratie scolaire. Nous avons tout un travail à faire pour valoriser nos réalisations à la commission scolaire et expliquer notre travail. Pendant les 44 jours qu’a duré la campagne, beaucoup de gens que nous avons rencontrés durant la campagne nous ont dit qu’ils ne savaient pas ce que fait un commissaire scolaire, le rôle d’une commission scolaire. Ce sera à nous de l’expliquer, de valoriser nos réussites.»

Mme Auclair est très fière de sa victoire. «On a travaillé très fort pendant 44 jours, dit-elle. Je n’ai pas beaucoup dormi.»

Elle en a profité pour remercier les électeurs, l’équipe de bénévoles et ses proches, notamment son conjoint et ses parents, qui l’ont soutenue pendant cette longue campagne. Elle a aussi rendu un vibrant hommage à son équipe de bénévoles, «des gens tout simplement formidables», ainsi qu’à ses adversaires.

«Ma priorité, désormais, c’est de rassembler les gens autour des enjeux, notamment dans un contexte de compressions budgétaires. Ces compressions font la preuve que, comme société, on ne valorise pas l’éducation comme il se doit.»

Émilie Auclair a ajouté qu’elle entendait réaliser un portrait de la population de Mercier: «Il y a de nombreuses nouvelles familles dans le quartier. La population a beaucoup changé et augmente constamment. Il faut cerner davantage les besoins.» Elle approuve pleinement le projet d’école alternative dans Mercier-Ouest et entend rencontrer les parents qui le défendent prochainement.

Elle s’est dit pleinement consciente des enjeux dans Mercier, notamment autour du monde communautaire. «Je considère que mon poste au sein de Solidarité Mercier-Est et mon statut de commissaire scolaire se rejoignent totalement, dit-elle. Je connais les enjeux communautaires mieux que quiconque et les intérêts de la population seront bien servis par une jeune maman de 29 ans, qui habite le quartier, qui est habituée à travailler en équipe et qui a bien hâte de servir la population de Mercier.»

Vos commentaires
loading...