Publicité

5 principes pour des pratiques parentales positives

Santé
Maman, papa, fille et graçon
(photo: photostock)

Tout parent voudra le meilleur pour son enfant. Sans dire qu’il existe une seule marche à suivre pour élever notre progéniture, quelques points de repère sont toujours bienvenus lorsqu’on se lance dans cette aventure.

Les pratiques parentales positives (PPP) sont une approche du rôle parental dont le but est de favoriser le développement des enfants et de gérer leur comportement et leurs émotions d’une manière constructive et non blessante. Ce programme a déjà connu du succès dans plusieurs autres pays à travers le monde. Au Québec, l’implantation et l’évaluation du système Triple P est piloté par la Chaire de partenariat en prévention de la maltraitance de l’Université Laval.

Voici 5 principes à retenir provenant de cette technique.

1) Avoir un milieu sûr et intéressant

Vos enfants ont besoin de se sentir en sécurité partout où ils vont. Ils ont aussi besoin d’explorer, de découvrir et de développer leurs aptitudes. Autrement dit, vos enfants doivent vivre dans des milieux intéressants et sûrs. Pour y arriver, vous pouvez leur enseigner les règles de la sécurité routière (bon nombre d’enfants ont de la difficulté à évaluer la vitesse des voitures et les distances à franchir avant l’âge de 9 ans), leur fournir de l’équipement de protection adéquat lorsque cela est nécessaire (par exemple un casque à vélo) et leur parler aussi de leur sécurité personnelle. Tous les étrangers ne sont pas méchants, mais il faut savoir identifier les bons inconnus si nous avons besoin d’aide. Tandem MHM peut également vous aider dans ce domaine.

2) Avoir un milieu d’apprentissage positif

S’ils sont aimés et soutenus dans ce qu’ils font, vos enfants ne pourront que mieux développer leurs aptitudes. En tant que parents, vous devez vous rendre disponibles le plus possible lorsque votre fille ou votre garçon a besoin d’aide. Un truc: montrer à votre enfant que vous appréciez ce qu’il fait lorsque c’est le cas. Il s’agit ici de lui donner de l’attention positive. Ainsi, il sera plus susceptible de refaire ce qu’il faisait. Le plus souvent possible, passez du temps avec vos enfants, écoutez-les, parlez-leur avec gentillesse et partagez leur vos propres expériences lors de vos processus d’apprentissage.

3) Adopter une discipline affirmée

Papa dit oui, mais maman dit non? Sachez que la discipline est maximisée lorsque les enfants vivent dans un milieu où les parents s’appuient mutuellement et utilise la même approche. Il est donc important de se montrer uniforme d’un côté comme de l’autre. Quand les règles de discipline sont établies d’avance, cela vous permet aussi d’agir rapidement lors que vos enfants se conduisent mal. Peu importe ce qui peut arriver, l’important est de rester calme! Utilisez l’indifférence volontaire s’il s’agit d’un problème de comportement mineur (il s’agit souvent ici d’une tentative d’attention) et imposez une période de retrait en cas de comportement indésirable grave (si votre plus vieux blesse votre plus jeune, par exemple). On parle d’un ton ferme, mais on ne crie jamais.

4) Avoir des attentes réalistes

Un parent qui s’attend à avoir un enfant parfait se condamne d’avance à être déçu. Il n’y a pas d’enfants parfaits, tout comme il n’y a pas de parents parfaits. Ceci étant dit, il sera plus facile pour vous d’avoir des attentes réalistes, à condition de prendre le temps d’y réfléchir.

Est-ce que votre enfant est assez grand pour comprendre ce que vous lui demandez de faire? Quelles sont les attentes des parents qui ont des enfants du même âge que les vôtres? Quel genre de comportement est demandé à l’école et à la garderie? Quelles sont vos attentes par rapport à vous-même? Les réponses à ces questions vont vous permettre d’avoir des attentes plus réalistes.

5) Prendre soin de soi-même en tant que parent

Même si vos enfants sont le centre de votre univers, cela ne veut pas dire qu’ils doivent complètement dominer votre vie. Si vos besoins d’adultes sont satisfaits (intimité, camaraderie, loisir, etc.), il sera plus facile pour vous de bien remplir votre rôle de parent. Pour cela, il faut que vous trouviez l’équilibre entre vos responsabilités familiales et vos responsabilités professionnelles et personnelles. Évitez les engagements trop prenants ou irréalistes autant au travail que dans vos activités supplémentaires (vous savez, quand les cours de piano, de hockey, de natation, de karaté ou de théâtre n’en finissent plus?)

 

Ces principes sont tirés du premier séminaire sur les pratiques parentales positives présentées par Renée Trudel du service de garde de l’école Saint-Justin, Rachel Payette, conseillère pédagogique au CPE Les Maisons Enjoués et de Marie-Hélène Scalzulli, psychoéducatrice au CSSS de Mercier-Est-Anjou, à l’école Saint-Justin, le 29 janvier dernier. D’autres séminaires suivront. Pour plus de détails, vous pouvez contacter Christine Renard, coordonnatrice locale d’implantation de la technique Triple P à Montréal, par courriel au [email protected] ou par téléphone au 514-647-6911. 

Vos commentaires
loading...